Ré­vé­la­tions

Plus de trois mois après le san­glant at­ten­tat du -Juillet à Nice, les der­niers élé­ments de l’en­quête dé­voilent la per­son­na­li­té dé­ran­gée du meur­trier.

Monaco-Matin - - La Une -

Ce 14 juillet 2016, il est 23 h 15 lors­qu’une équipe de dé­mi­neurs ar­rive de­vant le Pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née. Le ca­mion qui vient de se­mer la mort sur la pro­me­nade des An­glais a été stop­pé, là, par le feu nour­ri des po­li­ciers qui sé­cu­ri­saient la Prom’ Par­ty. Le bi­lan de cette at­taque, qui n’a pour­tant du­ré que4mi­nutes et 17 se­condes, est à ce jour de 86 vic­times et 434 bles­sés. Mais, alors que les corps jonchent en­core le sillage de ce 19tonnes de la mort, on re­doute que le bi­lan ne s’ag­grave. Le ca­mion pour­rait être pié­gé. Voi­là pour­quoi les dé­mi­neurs ont été ap­pe­lés en ren­fort. Avec d’in­fi­nies pré­cau­tions ils ouvrent d’abord les portes ar­rière de la re­morque. Rien, si ce n’est le vé­lo de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel et quelques pa­lettes de bois. Un des tech­ni­ciens se glisse en­suite dans la ca­bine par la fe­nêtre bri­sée de la porte avant gauche. Le corps du pré­su­mé ter­ro­riste re­pose in­ani­mé cô­té­pas­sa­ger. Son arme, un pis­to­let 7.65, est à ses pieds. Sous la cou­chette ar­rière, dans un sac plas­tique vert, il y a aus­si deux ré­pliques gros­sières de fu­sils d’as­saut ain­si qu’une gre­nade fac­tice. Dans le vide-poches il y a aus­si une se­conde arme de poing, éga­le­ment fac­tice. En re­vanche pas de cein­ture d’ex­plo­sifs. Ce risque écar­té, les en­quê­teurs de la po­lice ju­di­ciaire vont prendre le re­lai. Ils fouillent à leur tour la ca­bine, à la re­cherche, cette fois, d’élé­ments pou­vant orien­ter l’en­quête. Et, il n’en manque pas ! Aus­si éton­nant que ce­la puisse pa­raître, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel n’a pas seule­ment se­mé la mort. Il a aus­si lais­sé der­rière lui une mul- ti­tude d’in­dices. Comme s’il vou­lait gui­der les po­li­ciers jus­qu’à ses com­plices pré­su­més, al­lant jus­qu’à en dres­ser la liste ! Mes­sages ac­ca­blants, pho­tos com­pro­met­tantes, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel a lui-même four­ni cer­tains des élé­ments qui, au cours de ces trois mois d’en­quête, ont conduit à la­mise en exa­men de six com­plices pré­su­més du tueur. Par ama­teu­risme ? La re­don­dance de cer­taines preuves, re­trou­vées en deux, trois, voire quatre exem­plaires, in­ter­roge. Ce­lui que les en­quê­teurs dé­crivent comme un « per­vers nar­cis­sique », « sa­dique », a-t-il ten­té d’en­traî­ner dans sa fo­lie meur­trière plu­sieurs de ses proches. Ce qui sou­lè­ve­rait une nou­velle ques­tion: celle des mo­ti­va­tions réelles de ce ter­ro­riste pour le moins « aty­pique ».

Un large pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té avait été éta­bli.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.