L’art de su­bli­mer un simple re­gard… comme un pot de mou­tarde

Monaco-Matin - - Monaco -

Les cli­chés Har­court font par­tie de l’in­cons­cient col­lec­tif­mais cer­tains re­gorgent d’anec­dotes tru­cu­lentes, comme le ré­vèle le pho­to­graphe Di­dier Bi­zos. « J’ai pho­to­gra­phié les che­vaux de Ma­rio Lu­ra­shi (cas­ca­deur équestre) sur un pa­ri. J’ai fait ve­nir les che­vaux dans le stu­dio et, comme ce n’était pas as­sez com­pli­qué, on a aus­si fait des nus des­sus! C’était mon pre­mier pa­ri avec Har­court, une de mes pre­mières images. » Par­mi la ri­bam­belle d’apôtres du  e art pas­sés de­vant son ob­jec­tif, cer­tains n’ont pas été simples à domp­ter non plus.

La banane de Spike Lee

« Vous avez cinq mi­nutes pour pho­to­gra­phier Spike Lee [réa­li­sa­teur de He got game, La ème heure, Clo­ckers, Mal­colm X, Inside man…, NDLR], avec son at­ta­ché de presse qui vous tire par l’épaule en vous di­sant que c’est fi­ni, et lui, qui dit: “Non, on parle d’art, tu les laisses tran­quilles”. Mais ça avait dé­mar­ré violent, parce qu’au dé­part il n’était pas content du tout. On ar­rive à le mettre sur le cube et il me dit: “Je fais quoi?”. Je lui ai dit: “Fais la gueule, c’est exac­te­ment ce qu’il me faut”. Et du coup, j’ai une des plus belles ba­nanes de Spike Lee [rires]. » Har­court ne se contente d’ailleurs pas de por­traits mais im­mor­ta­lise aus­si des col­lec­tions de montres, voi­tures, bi­joux… L’ex­po­si­tion Pers­pec­tives, ac­tuel­le­ment à Pa­ris, met ain­si en lu­mière un­pot de mou­tarde Maille à cô­té d’un fla­con de Cha­nel n° . « Sous le flash, ce pot de mou­tarde ano­din de­vient aus­si beau qu’un fla­con de Cha­nel » , s’en­thou­siasme Lau­rence Ai­na.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.