Nice ré­écrit l’his­toire

La vic­toire à Salz­bourg per­met au Gym de re­ve­nir dans la course à la qua­li­fi­ca­tion comme de mettre fin à une sé­rie de vingt dé­pla­ce­ments sans suc­cès en Coupe d’Eu­rope

Monaco-Matin - - Sports - WILLIAM HUMBERSET, À SALZ­BOURG

Ce Gym n’ar­rête pas le pro­grès. Au par­cours his­to­rique qu’elle mène en cham­pion­nat, l’es­couade de Lu­cien Favre a ajou­té un fait d’armes in­édit sur son che­min eu­ro­péen, hier soir à Salz­bourg : ga­gner à l’ex­té­rieur. Ce n’était ja­mais ar­ri­vé en plus de 40 ans et vingt dé­pla­ce­ments (4 nuls, 16 dé­faites). L’anec­dote n’est pas ba­nale, et l’at­té­nuer au terme d’un match pas tou­jours maî­tri­sé contreunRed Bull qui semble le plus faible ad­ver­sai­re­du­groupe, ce se­rait faire la fine bouche. « On n’est pas en me­sure de gé­rer un match, ré­pète Lu­cien Favre à qui veut l’en­tendre. C’est la Coupe d’Eu­rope, on ne va pas maî­tri­ser contre une équipe comme Salz­bourg. Ils ont été bons dans le pres­sing, ils ont deux, trois si­tua­tions de mar­quer, on était par­fois à la li­mite. Nous aus­si, nous avons des op­por­tu­ni­tés de 2-0 en pre­mière pé­riode. Si on avait joué juste, on pou­vait mieux faire. Mais on était dé­jà content à 1-0, ça suf­fit. » C’est suf­fi­sant quan­don est ca­pable d’ali­gner un­sixième clean-sheet cette sai­son pour une qua­triè­me­vic­toire sur la plus pe­tite des marges. Pas tou­jours se­rein dans l’uti­li­sa­tion du bal­lon, le Gym de Favre com­pense par une ab­né­ga­tion, une so­li­da­ri­té et une com­ba­ti­vi­té à toute épreuve. Et quand

Alas­sane Plea est ca­pable d’ap­por­ter une touche de réa­lisme à son ac­ti­vi­té im­mense dans le pres­sing comme le re­pla­ce­ment, le cock­tail est par­fait. Sauf pour un coach per­fec­tion­niste comme le tech­ni­cien suisse.

Lu­cien Favre : « Par­fait pour es­pé­rer un peu »

« Ce n’est pas parce qu’un avant-centre ne marque pas qu’il n’est pas bon, et ce n’est pas parce qu’il marque qu’il est bon. Je suis content pour lui, il presse très bien le dé­fen­seur et ter­mine bien l’ac­tion. Mais il y a en­core du tra­vail pour tout le monde. On doit no­tam­ment an­ti­ci­per les ré­cu­pé­ra­tions du bal­lon pour avoir un temps d’avance sur l’ad­ver­saire. Il fau­dra des mois et des mois pour ar­ri­ver à ça. » La marge de pro­gres­sion est

en­core im­por­tante pour une équipe re­ve­nue dans la course à la qua­li­fi­ca­tion. La vic­toire de Schalke à Kras­no­dar (0-1) confirme que le deuxième billet pour les 16es de fi­nale se joue­ra contre les Russes. « C’est un suc­cès par­fait pour es­pé­rer un peu, dixit le coach. Ça va être dur face à des équipes

qui ont des bud­gets de 300 mil­lions d’eu­ros, mais on va conti­nuer de prendre match après match. » Le pro­chain ren­dez-vous eu­ro­péen, c’est le 3 no­vembre à l’Al­lianz, pour la manche re­tour contre Salz­bourg. D’ici là, Nice se dé­pla­ce­ra à Metz di­manche, et re­ce­vra Nantes la se­maine sui­vante.

Pro­ba­ble­ment sansDal­bert, tou­ché au ge­nou sur une in­ter­ven­tion dé­fen­sive. Le Bré­si­lien pas­se­ra une IRM au­jourd’hui, tout comme le ca­pi­taine Baysse, lui aus­si pour une dou­leur à l’ar­rière du ge­nou. Ce se­ront les deux seuls points noirs d’une soi­rée mar­quée par le dé­pla­ce­ment de 1 260 Ni­çois qui ont ani­mé et co­lo­ré une Red Bull Are­na dé­ser­tée par les lo­caux (moins de 10 000 spec­ta­teurs). « C’était ma­gni­fique. On était sur­pris de voir au­tant de sup­por­ters, c’est une ré­com­pense pour eux aus­si », té­moigne Lu­cien Favre. « On s’est cru chez nous, sur­en­ché­rit Bel­han­da. Sans eux, ce n’est pas pa­reil. Leur sou­tien nous pousse à se don­ner à fond. » Il fau­dra aus­si com­po­ser sans eux dans deux jours en Lor­raine.

(Pho­tos Pa­trice La­poi­rie)

Dal­bert a mis de la vie sur son cô­té gauche. Hé­las, le Bré­si­lien est sor­ti suite à une bles­sure au ge­nou en se­conde pé­riode.

Ce Gym - est dé­jà his­to­rique !

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.