LES NI­ÇOIS SA­LUENT MO­ZART

Sous le so­leil

Monaco-Matin - - Sports - WILLIAM

Salz­bourg est une ville char­mante. Une ba­lade dans la vieille ville est un ins­tant de plai­sir. Dans le dé­dale des rues pa­vées, on s’at­tarde sur les vi­trines, les églises et les fa­çades char­gées d’his­toire. Sous le re­gard d’un Mo­zart om­ni­pré­sent. En des­sin, en carton, en taille réelle, en mi­nia­ture, en por­ce­laine, en bois, en boule de sa­pin... Mo­zart est par­tout. Après l’ar­rêt in­con­tour­nable de­vant la mai­son jaune du com­po­si­teur, un pe­tit tour sur les bords de la

Sal­zach s’im­pose. La ri­vière est aus­si calme que la ville est pai­sible. Ça res­pire le bon vivre. L’Au­tri­chien est sou­riant, po­li, ac­cueillant. Comme cette jeune ser­veuse qui, après s’être éton­née de la taille énorme de l’ap­pa­reil pho­to de notre col­lègue Pa­trice, nous a lan­cé

«Bon ap­pé­tit !». Faut dire qu’hier, les Ni­çois étaient par­tout et le fran­çais om­ni­pré­sent. Maillot sur le dos ou l’écharpe au­tour du cou, les Nis­sarts ont ra­me­né le so­leil sur Salz­bourg. Parce qu’il faut dire que la veille, il fai­sait presque dix de­grés de moins et c’est sous quelques averses qu’on s’est aven­tu­ré dans une au­berge lo­cale bien ty­pique. On y boit la bière dans une chope d’un litre et on avale une viande de porc cou­pée en dés dans une as­siette en plas­tique et avec une four­chette en bois. On dit au­berge mais c’est en fait une bâ­tisse im­mense avec des salles fu­meurs et non fu­meurs, de la convi­via­li­té, des rires... Tou­jours ce bon vivre lo­cal. Le Fran­çais a beau­coup à ap­prendre... La Coupe d’Eu­rope a per­mis à un gros mil­lier de Ni­çois de vivre cette am­biance, de par­ta­ger ce plai­sir de dé­cou­vrir un pays, une cul­ture, une am­biance bien dif­fé­rente de chez nous. Mo­zart, on re­vien­dra. Mais avec notre pe­tite femme, cette fois. Parce que Salz­bourg vaut vrai­ment le dé­tour.

Pho­tos : Pa­trice La­poi­rie

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.