CHAM­PIONS CUP ( JOUR­NÉE, SALE SHARKS - TOU­LON, À H) Mal­heur aux vain­cus...

Comme les Sharks, les Rouge et Noir sont au pied du mur. Au­cune des deux équipes n’a droit à l’er­reur si elle en­tend pour­suivre sa route vers la qua­li­fi­ca­tion

Monaco-Matin - - Sports - A SALE, PAUL MASSABO

Ce soir, sur les coups de 22h30, on se­ra fixé. On sau­ra à l’is­sue de ce match qui de Sale ou de Tou­lon se­ra hors course. Car les vain­cus se­ront dé­fi­ni­ti­ve­ment écar­tés de la course aux quarts de fi­nale. Dès la troi­sième jour­née, les Sharks ou le RCT joue­ront le reste de l’aven­ture eu­ro­péenne (leurs quatre der­niers matches de poule) pour l’hon­neur, faute de gloire. En quête de ra­chat – le­mot n’est pas ex­ces­sif par les temps qui courent aus­si vite que les ru­meurs –, les Tou­lon­nais en­tendent re­le­ver le dé­fi de cette « mis­sion im­pos­sible ». Le chal­lenge n’en est que plus beau. Die­go Do­min­guez n’est pas homme à se ca­cher der­rière son pe­tit doigt. Il re­grette que ses pro­té­gés soient pas­sés à cô­té du su­jet pen­dant qua­rante mi­nutes face aux Sa­ra­cens. Mais cet échec fait dé­jà par­tie du pas­sé et le ma­na­ger tou­lon­nais veut al­ler de l’avant. Il n’évoque pas une quel­conque ré­ha­bi­li­ta­tion. Il parle de vic­toire. Rien d’autre!

Rien d’im­pos­sible

Elle est, il est vrai, im­pé­ra­tive. « On peut être tous dé­çu de la dé­faite, sa­me­di der­nier. Mais main­te­nant, il faut as­su- e mer. Et se dire que rien n’est fait, tout reste ou­vert. » Dans ce pre­mier mat­ch­cou­pe­ret d’une longue sé­rie, la pres­sion n’en se­ra que plus grande. « Et après? » au­rait ten­dance à dire l’Ita­lo-Ar­gen­tin, qui n’a pas pour ha­bi­tude de lâ­cher quoi que ce soit. « Réus­sir un 5 sur 5 n’est pas un pa­ri fou. En sport, il n’y a rien d’im­pos­sible » se per­suade-t-il, en­traî­nant avec lui tout le groupe va­rois aux dents longues. Idéal pour af­fron­ter les Sharks qui, n’ayant rien de mar­teau, ne joue­ront cer­tai­ne­ment pas les en­clumes. Pour au­tant, en se com­pli­quant sin­gu­liè­re­ment la tâche, les Rouge et Noir peuvent sor­tir gran­dis si la réus­site était au ren­dez­vous. Ver­meu­len et son pack qui ont dé­cou­vert avec sur­prise la vi­tesse de dé­pla­ce­ment et d’exé­cu­tion des Lon­do­niens sont pré­ve­nus. Les ban­lieu­sards de Man­ches­ter ont, eux aus­si, quelques beaux atouts à sor­tir outre-Manche. Dans cette poule 3 très re­le­vée, l’an­cien « Mis­ter Drop » de l’équipe d’Ita­lie place les Sharks et les Scar­lets au même ni­veau que les Tou­lon­nais, les Sa­ra­cens au­des­sus, comme il a pu amè­re­ment le consta­ter. Voi­là pour­quoi il pense le coup jouable sur ces terres hos­tiles. Dans son sillage, ce même cou­plet sert de re­frain. Pour ten­ter d’écar­ter cette autre for­ma­tion an­glaise bat­tue par les Gal­lois des Scar­lets la se­maine der­nière, il va se ras­su­rer avec un pack dense qui n’a pas per­du un seul bal­lon aus­si bien en tou­che­qu’en­mê­lée. Tao­fi­fe­nua, qui a fait une en­trée re­mar­quée il y a six jours à Mayol, a ga­gné une place de ti­tu­laire.

Ça bouge der­rière

Der­rière, là où le bât blesse ac­tuel­le­ment, les chan­ge­ments sont plus nom­breux, à com­men­cer à la­mê­lée où la confiance a été ac­cor­dée à Es­cande. Ce der­nier fe­ra équipe avec Trinh-Duc, tou­jours à la re­cherche de son meilleur ren­de­ment. L’ou­vreur in­ter­na­tio­nal a omis no­tam­ment, lors de la jour­née eu­ro­péenne inau­gu­rale, de pas­ser le drop du bo­nus dé­fen­sif en toute fin de ren­contre. Au centre, la puis­sante pai­reNo­nu-Bas­ta a été choi­sie pour créer des brèches et ap­por­ter si pos­sible de bonnes mu­ni­tions aux fi­nis­seurs ai­lés. Half­pen­ny est tou­jours aus­si sûr au pied. Voi­là pour­quoi on vou­drait le voir plus im­pli­qué dans le jeu, avec no­tam­ment quelques re­lances dont il avait le se­cret avant la coupe du monde, et sur­tout avant son opé­ra­tion du ge­nou. Le Gal­lois, c’est sûr, à l’image de cer­tains autres de ses co­équi­piers, en a en­core sous le pied. Face à une for­ma­tion de Sale bien or­ga­ni­sée qui compte de sé­rieux clients dans son pack, les Tou­lon­nais, sur leurs gardes, ont obli­ga­tion de sor­tir la tête de l’eau. Les Sharks sont, quant à eux, tou­jours en re­cherche de proie. Ce n’est pas une rai­son pour que les Va­rois leur servent d’ap­pâts. Ils pas­se­raient alors par-des­sus bord... de l’Eu­rope. Ce ne se­rait pas digne de leur ré­cent par­cours sur le toit du conti­nent...

(Pho­to Frank Mul­ler/Luc Bou­tria)

Do­mi­nés par les Sa­ra­cens le week- end der­nier, Tao­fi­fe­nua, Bas­ta­reaud et les Tou­lon­nais s’at­tendent à un nou­veau rude com­bat ce soir dans la ban­lieue de Man­ches­ter.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.