Le­ca­ve­lier était trop juste...

Monaco-Matin - - Sports - CH­RIS­TO­PHER ROUX

C’est la­pa­ti­neu­se­du­mo­ment. Celle qui at­tire les re­gards. Dans le pe­tit monde du pa­ti­nage, Lau­rine Le­ca­ve­lier n’est pour­tant plus une inconnue, ni une en­fant. A20ans, la blon­di­net­te­dé­tient qua­tre­mé­dailles aux cham­pion­nats de France (bronze en 2013, ar­gent en 2014, 2015 et 2016). Dans sa be­sace, aus­si, trois par­ti­ci­pa­tions aux Eu­rope (10e en 2015 et 2016) et une aux Mon­diaux (31e en 2016). Avec un tel CV, loin d’être ri­di­cule, pour­quoi les pro­jec­teurs se braquent-ils da­van­tage sur elle au­jourd’hui ? Tout sim­ple­ment parce qu’elle est l’une de ces filles, rares, à contes­terMaé-Bé­ré­ni­ceMei­té et son hé­gé­mo­nie sur les glaces fran­çaises.

Mei­té l’em­porte à Nice

Il y a quinze jours, la na­tive d’En­ghien-les-Bains (Val d’Oise) abat­tu pour la pre­mière fois de sa car­rière la triple cham­pionne de France en titre, lors duMas­ters­deVillard-de- Lans (Isère). Une énorme per­for­man­ceet sans doute un dé­clic pour une ath­lè­te­qui rêve des Jeux 2018 en Co­rée du Sud. Un pe­tit ex­ploit qu’el­leen­ten­dait ré­édi­ter ce­wee­kend à Nice, dans une ville re­jointe en juin der­nier afin de pour­sui­vre­sa pro­gres­sion, après 16 an­néesàGarges-lès-Go­nesse (Val d’Oise). Hé­las, pour la nou­velle pé­pite du Nice Baie des Anges As­so­cia­tion, c’est sa prin­ci­pale concur­rente, Mei­té, qui s’est im­po­sée hier­ma­tin à l’is­sue du pro­gramme libre (voir ré­sul­tats ci-des­sous). Une pe­tite dé­cep­tion pour l’ex-pen­sion­naire du pôle France de Ber­cy, en tête à l’is­sue du court. « Il­man­quait un triple saut dans­mon pro­gramme. Ce n’est pas dû à une chute, je n’ai juste pas es­sayé de le pla­cer. J’ai quelques re­grets. C’est ra­geant. Je n’ai fait pas hon­neur à la tech­nique en com­met­tant quelques er­reurs par-ci par-là. » Un échec re­la­tif qui n’em­pêche pas Lau­rine de re­gar­der vers l’ave­nir et de voir les pro­grès ac­com­plis de­puis sa ve­nue sur la Côte. « J’avais une bles­sure au bas­sin quand je suis ar­ri­vée ici. Je n’avais plus pa­ti­né de­puis deux mois. Jeme suis re­mise et fi­na­le­ment j’ai beau­coup­pro­gres­sé. Cette an­née est une bonne oc­ca­sion de de­ve­nir la n°1 fran­çaise. Voir l’écart avec Maé se ré­duire, c’est mo­ti­vant. Je m’épa­nouis à Nice. Ka­tia (Gen­te­let, sa coach, ndlr) est une ar­tiste. J’ai res­sen­ti le be­soin de dé­cou­vrir de nou­velles per­sonnes. L’ac­com­pa­gne­ment tech­nique ici me cor­res­pond da­van­tage qu’àGarges. L’ap­pren­tis­sa­ge­de­nou­velles tech­niques me per­met d’être une pa­ti­neuse plus com­plète. » Maé-Bé­ré­nice et Lau­rine se connaissent bien. Avant de par­tir s’en­traî­ner aux Etats-Unis der­niè­re­ment, Mei­té était éga­le­ment au pôle France de Ber­cy. « Nous ne sommes pas proches mais je res­pecte son tra­vail », confiai­thierMaé-Bé­ré­nice. Les deux femmes ne sont pas prêtes de ces­serde fer­railler. Plu­sieurs ren­dez-vous com­mun­sont dé­jà été co­chés dans leur agen­da res­pec­tif des pro­chaines se­maines. Entre le Bom­pard (11-13 no­vembre), les France (àCaen­du15 au 18 dé­cembre) puis les Eu­rope en Ré­pu­blique Tchèque (à Os­tra­va en jan­vier), leur duel de­vrait en­core ga­gner en consis­tance. « La concur­rence de tous les jours entre nousàBer­cy était de­ve­nue dif­fi­cile, achève Lau­rine. Quand l’une per­for­mait, l’autre était moins bien mo­ra­le­ment. Etre par­tie cha­cune de notre cô­té nous a faits du bien. » Et pour­rait, en­fin, of­frir à la­Ni­çoise son pre­mier titre na­tio­nal.

(Pho­to DR)

En tête après le pro­gramme court, la néo- Ni­çoise est re­tom­bée au troi­sième rang à l’is­sue du libre hier.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.