Tur­quie, dan­ger im­mé­diat

Monaco-Matin - - Monde - Par DE­NIS JEAMBAR

Fe­ront-ils amende ho­no­rable tous ces beaux es­prits qui nous ont ex­pli­qué pen­dant des an­nées que la Tur­quie de­vait en­trer dans l’Union eu­ro­péenne? Ils plai­daient, au­mé­pris de la géo­gra­phie, pour une Eu­rope cou­rant jus­qu’aux confins du Cau­case et de l’Asie, aux fron­tières de l’Iran, de l’Irak, de la Sy­rie et de l’Azer­baïd­jan! L’Eu­rope sans fin. Les An­glo-Saxons y te­naient et pous­saient à cette ou­ver­ture qui per­met­trait la créa­tion d’un im­men­se­mar­ché et an­cre­rait An­ka­ra dans le camp oc­ci­den­tal. Les avo­cats de la Tur­quie eu­ro­péenne ima­gi­naient que nos règles s’y im­po­se­raient dé­fi­ni­ti­ve­ment et qu’une dé­mo­cra­tie is­la­mique, soeur de la dé­mo­cra­tie chré­tienne, ver­rait le jour. Certes, la Tur­quie fut un temps proche de nous. Après la ré­vo­lu­tion ké­ma­liste en  y fut ins­tau­rée une Ré­pu­blique laïque dans la­quelle les femmes ob­tinrent le droit de vote dès , fut in­ter­dite la po­ly­ga­mie, ins­tau­ré le ma­riage ci­vil, créée l’école pri­maire obli­ga­toire tan­dis que l’is­lam ces­sait d’être la re­li­gion of­fi­cielle. Au­tant de me­sures qui ont rap­pro­ché, en ef­fet, la Tur­quie de l’Eu­rope tout au long du XXe siècle. Mais, au tour­nant des an­nées , pre­nant d’abord les ha­bits de la mo­der­ni­té, l’AKP de Re­cet Tayyip Er­do­gan s’em­pare du­pou­voir pour re­ve­nir au fil des ans sur tous les ac­quis ré­pu­bli­cains de Mus­ta­pha Ke­mal. Le masque, au­jourd’hui, tombe : la Tur­quie est en trainde se trans­for­mer en une ré­pu­blique is­la­mique au­to­ri­taire peu sou­cieuse de la dé­mo­cra­tie et des droits de l’homme, bref en rup­ture avec toutes les va­leurs oc­ci­den­tales. Pre­nant pré­texte d’une ten­ta­tive de coup d’État le  juillet der­nier, Er­do­gan a lan­cé une ré­pres­sion fé­roce. Après avoir vi­dé les prisons de   pri­son­niers de droit com­mun, il y a ex­pé­dié en trois mois   per­sonnes ac­cu­sées de ter­ro­risme et de com­plot contre le ré­gime. Une purge ter­rible ac­com­pa­gnée du li­mo­geage de   fonc­tion­naires, de la­mise à l’écart de di­zaines de mil­liers d’autres, d’un­pla­ce­ment sous tu­telle des uni­ver­si­tés, d’une chasse aux jour­na­listes d’op­po­si­tion, de la fer­me­ture de nom­breux mé­dias, d’en­traves au­mé­tier d’avo­cat et, bien­tôt, d’une loi consti­tu­tion­nelle pour ré­ta­blir la peine de mort. L’Eu­rope peut- elle en­core fer­mer les yeux de­vant une telle dé­rive? Elle mur­mure des cri­tiques mais, té­ta­ni­sée par la ques­tion des ré­fu­giés sy­riens, elle n’élève pas la voix. On ai­me­rait que nos di­ri­geants, si prompts à se pa­rer de grands prin­cipes, soient plus co­hé­rents dans leur dé­fense. Nous pra­ti­quons une in­com­pré­hen­sible po­li­tique du­deux poids deux me­sures : pour­quoi au­tant de fer­me­té avec la Rus­sie et au­tant de com­plai­sance en­vers la Tur­quie? La real­po­li­tik est une cho­se­mais la dé­fense de nos va­leurs ne peut être à géo­mé­trie va­riable.

« La Tur­quie est en train de se trans­for­mer en une ré­pu­blique is­la­mique au­to­ri­taire peu sou­cieuse de la dé­mo­cra­tie et des droits de l’homme »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.