Epi­dé­mie de gas­tro-en­té­rite: ce que disent les ana­lyses

Au moins 21 cas avaient été re­cen­sés au groupe sco­lai­rede La Plage à Ro­que­brune. Les pa­rents soup­çon­naient une in­toxi­ca­tion ali­men­taire mais les études ne ré­vèlent «pas de germes pa­tho­gènes»

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - THI­BAUT PARAT tpa­rat@ni­ce­ma­tin.fr

L’af­faire avait pro­vo­qué des crampes d’es­to­mac à cer­tains pa­rents du groupe sco­laire de La Plage à Ro­que­brune-Cap-Mar­tin. Et sus­ci­té une vive in­quié­tude lorsque leurs en­fants étaient re­ve­nus au­do­mi­cile fa­mi­lial avec des symp­tômes de gas­tro-en­té­rite. Une frange mi­no­ri­taire avait alors soup­çon­né, lors d’une réunion im­pro­vi­sée­dans un ca­fé, « une in­toxi­ca­tion ali­men­taire lors d’un re­pas pris à la can­tine » (lire ci-contre). Les ana­lyses ef­fec­tuées par le la­bo­ra­toi­re­vé­té­ri­nai­re­dé­par­te­men­tal sur le re­pas en ques­tion ont tout ré­cem­ment li­vré leur ver­dict. Hier soir en mai­rie, mailsde l’Agence ré­gio­nale de la San­té (ARS) et de la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la pro­tec­tion des po­pu­la­tions (DDPP) à l’ap­pui, la mu­ni­ci­pa­li­té ro­que­bru­noise a an­non­cé à une poi­gnée de pa­rents « que les ré­sul­tats des pré­lè­ve­ments ali­men­taires ef­fec­tués le 21 oc­tobre ne­mettent pas en évi­dence de germes pa­tho­gènes ».

« Tou­jours le doute qui sub­siste »

En bref, pas de vi­lains mi­croor­ga­nismes dé­tec­tés, se­lon ces deux struc­tures. Et donc pas d’in­toxi­ca­tion ali­men­taire. De quoi apai­ser les quel­ques­pa­rents mon­tés au cré­neau? « La mai­rie s’est vou­lue ras­su­rante et il y a eu un vrai dia­logue. Mais on a tou­jours le doute qui sub­siste, concède Lu­do­vic, re­pré­sen­tant des pa­rents d’élèves à l’école de La Plage. Deux mails nous ont été pré­sen­tés mais pas le rap­port en ques­tion. Des symp­tômes com­muns le même jour en un même lieu, ce­la fait beau­coup quand même… On soup­çonne l’in­toxi­ca­tion ali­men­taire mais on n’a pas de preuves non plus que c’en est une. » Le rap­port en­ques­tion, que nous avons consul­té, dé­voile que tous les mets du re­pas dé­crié, sans ex­cep­tion, ont fait l’ob­jet d’un pré­lè­ve­ment par les ser­vices de la DDPP: le ca­mem­bert, les ha­ri­cots verts, le fi­let de ho­ki, la sa­lade de pâtes et l’es­ca­lope de dinde. De­vant chaque nom bar­bare de bac­té­ries sus­cep­tibles de se dé­ve­lop­per dans les re­pas, on y lit deux chiffres: le ré­sul­tat des fa­meuses ana­lyses et le seuil li­mite à ne pas dé­pas­ser.

Flore mé­so­phile su­pé­rieur dans l’es­ca­lope

Pour les di­vers mets ana­ly­sés, les chiffres ob­te­nus ne dé­passent pas la ré­fé­rence. Tout est donc aux normes. Hor­mis pour l’es­ca­lope de dinde où la flore mé­so­phile est à un chiffre 29 fois su­pé­rieur au cri­tère de base (29 mil­lions pour 1 mil­lion). « Ce­la peut-être dû à un pro­blème de pro­cess au ni­veau de la chaîne, soit au ni­veau de la tem­pé­ra­ture, du trans­port ou de la fa­bri­ca­tion. On va voir les ac­tions cor­rec­tives à ap­por­ter avec le fa­bri­cant [Sco­la­rest, N.D.L.R.], ana­lyse Pierre-Hen­ri Bauer, chef du ser­vice ali­men­ta­tion à la DDPP, avant de tem­pé­rer et de nuan­cer. Mais ce n’est pas ça qui peut être à l’ori­gine des toxi-in­fec­tions ali­men­taires col­lec­tives (TIAC). Il faut aus­si prendre en compte le fait que ce pré­lè­ve­ment sur l’es­ca­lope, consom­mée le 18, est le seul à avoir été ef­fec­tué le 24 oc­tobre, soit dix jours après la fa­bri­ca­tion. On est au-de­là des cinq jours de date de li­mite de consom­ma­tion (19 oc­tobre). Ce qui ex­plique ce chif­freé­le­vé! » Une chose est sûre, cet épi­sode qui au­ra in­quié­té cer­tains pa­rents, per­met­tra à chaque pro­ta­go­niste d’ac­croître une vigilance dé­jà bien ro­dée dans le pro­ces­sus d’hy­giène.

Sta­phy­lo­coque, sal­mo­nel­la, Lis­te­ria mo­no­cy­to­genes, Esche­ri­chia co­li… Une flore mé­so­phi­le­nom­breuse in­dique que le pro­ces­sus d’al­té­ra­tion des ali­ments est for­te­ment en­ga­gé.

(Pho­to M.A.)

Les pa­rents d’élèves ont ren­con­tré la mu­ni­ci­pa­li­té qui leur a re­mis la conclu­sion des ana­lyses.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.