« C’est la cu­rio­si­té­qui sau­vede l’âge »

Monaco-Matin - - Santé - PRO­POS RECUEILLIS PAR AXELLE TRUQUET

Des rides au coin des yeux, un pas hé­si­tant, une ouïe moins fine. L’âge mé­ta­mor­phose le corps et joue des tours. Ghis­laine de Su­ry – Ma­mi­lène pour les in­times – pé­tillante re­trai­tée de 80 prin­temps, par­tage son ex­pé­rience du temps qui passe au gré des pages de son livre Le Goût de vieillir. Un ou­vrage lé­ger qui ne parle pas moins de choses graves, de la ma­la­die, de la mort. Ses lignes ras­surent les jeunes et évoquent des sou­ve­nirs aux vieux. Elle se livre éga­le­ment ici.

Pour­quoi avoir choi­si d’écrire un pre­mier livre à  ans? J’écris de­puis très long­temps à usage per­son­nel mais j’avais en­vie d’être pu­bliée. Je me suis dit qu’il était temps de m’y mettre. J’avais écrit des scènes de rue, du quo­ti­dien comme il y en a beau­coup dans le livre. Un jour, en me re­gar­dant dans le mi­roir, j’ai pris conscience qu’il fal­lait agir: je vou­lais tra­vailler sur le fait de vieillir.

Vous confiez vos pe­tits tra­cas qui viennent avec l’âge. Vous sem­blez avoir de l’au­to­dé­ri­sion. Oh ! il en faut, et beau­coup! Sur­tout quand on prend de l’âge!

Qu’est- ce qui vous a le plus mar­qué en vieillis­sant ? C’est sans nul doute le ra­len­tis­se­ment de mes ac­ti­vi­tés. J’ai par­fois l’im­pres­sion de me re­cro­que­viller sur moi… comme l’im­pres­sion de ré­tré­cir! (rires)

Est- ce que votre re­gard sur la vieillesse a chan­gé en pre­nant de l’âge? Je m’aper­çois que la vie

ré­tré­cit. Mais je pen­sais ne plus pou­voir faire de ski, ne plus pou­voir voya­ger. Pour­tant, je suis al­lée en Chine l’an­née

der­nière. Et toute seule ! Écrire ce livre m’a fi­na­le­ment re­gon­flée, re­don­né le cou­rage de faire des choses. J’ai été ai­dée par mon en­tou­rage qui m’a beau­coup sou­te­nue. Pour ce livre, mes en­fants m’ont ai­dée, m’ont re­lue, m’ont conseillée. J’ai pas­sé trois ans sur l’écri­ture parce que j’avais une foule de choses à ra­con­ter ! Je l’ai ter­mi­né pour mes  ans. J’ai­me­rais don­ner en­vie aux lec­teurs de rire, les en­cou­ra­ger à se mettre à leur tour à l’écri­ture. Ce­la fait un bien fou. Com­ment per­ce­vez-vous les re­la­tions entre les gé­né­ra­tions ? J’ai l’im­pres­sion que les rap­ports entre les jeunes et les per­sonnes âgées sont as­sez conflic­tuels. Les vieux en gé­né­ral ont une dent contre la jeu­nesse alors que je suis ad­mi­ra­tive de ce dont ils sont ca­pables dans les cir­cons­tances dans les­quelles ils vivent. Peu­têtre mon deuxième livre abor­de­ra ce su­jet, tou­jours dans le même es­prit que le pre­mier, à par­tir d’ob­ser­va­tions.

Quel est donc le mes­sage sur l’idée de vieillir que vous en­ten­dez trans­mettre? Vieillir, ce­la peut être sym­pa même si ce n’est pas un long fleuve tran­quille. On peut en­core dé­cou­vrir plein de choses en pre­nant le temps, en pro­fi­tant de la vie. J’ai ga­gné beau­coup de li­ber­té. Je marche avec une canne, ce n’est pas très mar­rant, il n’em­pêche que j’irai en Égypte dans un mois. C’est la cu­rio­si­té qui sauve de l’âge!

(Pho­to P. L.)

Le che­min de la vieillesse est pa­vé de belles choses pour « Ma­mi­lène ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.