L’autre élec­tion cru­ciale de mar­di

Monaco-Matin - - Le Dossier Du Dimanche -

Les Amé­ri­cains ne sont pas seule­ment ap­pe­lés à élire leur fu­tur pré­sident ce mar­di. Dans le « bal­lot » de vote qu’ils ont re­çu il leur est aus­si de­man­dé de choi­sir leurs re­pré­sen­tants à la chambre ain­si que leurs sé­na­teurs. Du moins dans cer­tains États, car le Sé­nat est re­nou­ve­lé par tiers tous les deux ans. Trente- quatre siè- ges sur les cent qui com­posent cette ins­ti­tu­tion sont à pour­voir. Une autre ba­taille se mène donc en­marge de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Elle est tout aus­si cru­ciale pour le Par­ti dé­mo­crate car il lui faut ra­vir le plus de postes de sé­na­teurs s’il veut par­ve­nir à en chan­ger la ma­jo­ri­té au­jourd’hui ré­pu­bli­caine. Ce qui pa­ra­ly­se­rait Hilla­ry Clin­ton en cas de vic­toire.

Un siège vide à la Cour su­prême Ain­si, faute de­ma­jo­ri­té au Sé­nat, Ba­rack Oba­ma n’a même pas réus­si à pour­voir le siège lais­sé vide par le dé­cès en fé­vrier du juge Sca­lia. Ce Ré­pu­bli­cain était l’un des neuf ma­gis­trats nom­mé à vie qui com­posent la Cour su­prême des États-Unis. C’est cette ins­ti­tu­tion qui va­lide les lois fé­dé­rales. Au­jourd’hui, les neufs « sages » ne sont donc plus que huit, quatre dé­mo­crates et quatre ré­pu­bli­cains. Une éga­li­té par­faite sus­cep­tible de blo­quer le sys­tème lé­gis­la­tif. Or, des sé­na­teurs ré­pu­bli­cains ont d’ores et dé­jà an­non­cé que si Hilla­ry Clin­ton ac­cé­dait à laMai­son Blanche ils s’op­po­se­raient à tous les can­di­dats qu’elle pour­rait pré­sen­ter. Sans ma­jo­ri­té la can­di­date dé­mo­crate pour­rait avoir du mal à gou­ver­ner. Quant à Trump, sa pro­pre­ma­jo­ri­té ne lui semble pas plus ac­quise tant sa can­di­da­ture a di­vi­sé le Par­ti ré­pu­bli­cain.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.