Les  bonnes rai­sons d’al­ler au sa­lon «Dé­co-Ha­bi­tat »

Le pa­lais des ex­po­si­tions de Nice a ou­vert ses portes, hier, pour ac­cueillir la ma­ni­fes­ta­tion azu­réenne consa­crée à l’ha­bi­tat. Du mo­bi­lier, à la dé­co­ra­tion, en pas­sant par le jar­din

Monaco-Matin - - Côte D’azur - S. L.

De­hors, la pluie. Bien dans ses bottes. À l’in­té­rieur, la cha­leur du co­coo­ning. Bien dans ses meubles. Le sa­lonDé­co-Ha­bi­tat a été of­fi­ciel­le­ment inau­gu­ré hier ( lire par ailleurs). Quelque 90 ex­po­sants se sont ins­tal­lés pour pré­sen­ter les nou­veau­tés en ma­tière d’ameu­ble­ment et de dé­co­ra­tion. Jus­qu’au 13 no­vembre, l’ha­bi­tat sous toutes ses formes, in­té­rieures comme ex­té­rieures, est mis à l’hon­neur.

Parce qu’un nou­veau souffle se des­sine

Nou­veau nom. Nou­velle ges­tion. Avant, c’était le sa­lon Dé­co meuble De­si­gn, gé­ré, no­tam­ment, par Ni­cex­po. Au­jourd’hui, le sa­lon Dé­co-Ha­bi­tat or­ga­ni­sé par les so­cié­tés Mo­bi­lex­po et Me­dia­gest, em­mé­nage à Nice. Co­rinne Ch­ris­tin est gé­rante de Mo­bi­lex­po de­puis . Cette ma­ni­fes­ta­tion est tou­jours la pro­prié­té de la Chambre du né­goce de l’ameu­ble­ment de la mai­son (CNAEM). « C’est un sa­lon qui existe de­puis  ans. Nous avons chan­gé de nom pour avoir quelque chose de plus simple et épu­ré. Le mot de­si­gn avait ten­dance à faire peur aux gens: trop cher, pas for­ce­ment ac­ces­sible », com­mente Co­rinne Ch­ris­tin qui ex­plique avoir vou­lu « al­ler cher­cher la di­ver­si­té » . Une nou­velle phi­lo­so­phie qui se ré­per­cute sur les   m d’ex­po­si­tion.

Pour dé­cou­vrir toutes les ten­dances

Du dres­sing au jar­din, il y a de quoi meu­bler son chez­soi. « Ici, c’est une vi­trine de la mai­son » , ap­puie Co­rinne Ch­ris­tin. Toutes les am­biances, tous les styles sont là. Es­pace bien- être, gad­gets dé­li­rants, sculp­ture, lu­mi­naires, car­re­lage. Au­tant de stands qui font les yeux doux aux vi­si­teurs. « Une des grandes ten­dances du mo­ment, c’est le vin­tage. Les ma­té­riaux ré­cu­pé­rés » , dé­crypte la gé­rante. Un concept que l’on re­trouve au stand  « La mine », di­ri­gé par Ch­ris­tophe Ur­voy, ar­ti­san, créa­teur. Il

confec­tionne des tables sur me­sure (à par­tir de  ). Acier. Bois. « Ici, on donne une deuxième vie à des ob­jets da­tant de la fin du XIXe siècle ou du dé­but du XXe siècle » . À ses cô­tés, Flo­riane Mo­rand, bro­can­teuse. Ses ob­jets vin­tage at­tirent l’oeil.

Parce que l’art n’est pas ou­blié

Pein­ture. Sculp­ture. Pho­to­gra­phies comme celles de Da­vid Law: « Je mets en si­tua­tion des man­ne­quins de vi­trines » . C’est un por­trai­tiste fa­çon mi­ni-pou­pée qui plaît par­ti­cu­liè­re­ment aux en­fants (des oeuvres

ac­ces­sibles à par­tir de  ). L’es­pace ar­tis­tique prend toute sa place dans les al­lées du sa­lon Dé­coHa­bi­tat. D’ailleurs, des dé­mons­tra­tions ar­tis­tiques vont ryth­mer la ma­ni­fes­ta­tion. Au­jourd’hui, Maxime Eques­tri, sculp­teur ex­pert du mé­tal, va réa­li­ser une oeuvre à base de bon­bons. Une oeuvre qui fi­ni­ra par être dé­vo­rée.

Pour les ate­liers

En­vie de ma­rou­fler comme Va­lé­rie Da­mi­dot? De mettre en va­leur votre bien en vente pour dé­clen­cher un coup de coeur de l’ache­teur fa­çon Sté­phane Pla­za? Pas

be­soin d’al­ler à la té­lé­vi­sion… Il suf­fit de se rendre au pa­lais des ex­po­si­tions et de s’ins­crire aux dif­fé­rents ate­liers. « À tra­vers ces ren­dez-vous, on fait faire des choses au pu­blic » , pré­cise Co­rinne Ch­ris­tin. Au­jourd’hui par exemple, Ce­line Hu­gou, ar­chi­tecte d’in­té­rieur pour Ha­nak In­te­rior De­si­gner, donne des conseils pour un coa­ching dé­co. Une séance gra­tuite. « L’idée est que les gens viennent avec un pro­jet. Un plan même grif­fon­né me suf­fit » , plai­sante-t- elle, « quelques pho­tos aus­si » . L’ar­chi­tecte tra­vaille éga­le­ment en uti­li­sant la D pour don­ner vie à un pro­jet. De  heures à  h ,

un ate­lier bri­co­lage est or­ga­ni­sé pour être un pro de la pose du car­re­lage.

Pour une pause bien- être

« Le ma­te­las et le som­mier sont les ki­nés de la nuit et le sou­rire du ma­tin » , aime à dire Syl­vie Ram­bault de l’en­tre­prise Da­vi­laine. Elle pro­pose des som­miers nou­velle gé­né­ra­tion. Nuit douce et apai­sée. Ter­mi­né le mal de dos. Un plai­sir qui a un prix: à par­tir de  . Un peu plus loin, il y a les fau­teuils mas­sants, les spas et tout ce qui peut of­frir de la ze­ni­tude à do­mi­cile.

(Pho­tos Jean-Sé­bas­tien Gi­no-An­to­mar­chi)

Co­rinne Ch­ris­tin () est la nou­velle gé­rante du sa­lon « Dé­co-Ha­bi­tat ». Une ma­ni­fes­ta­tion qui concentre toutes les ten­dances comme le vin­tage () et qui laisse une place im­por­tante à l’art () ou en­core au bien- être (). Jus­qu’au  no­vembre, des ate­liers sont or­ga­ni­sés comme des conseils dé­co ().

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.