Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

LE SOU­TIEN

Il était, se­lon Jacques Chi­rac, « le­meilleur d’entre nous » : entre l’an­cien chef de l’État et son Pre­mier mi­nistre, la re­la­tion a tou­jours été­qua­si fi­liale. C’est donc sans grande sur­prise, mais avec grand plai­sir, qu’Alain Jup­pé a re­çu pu­bli­que­ment hier, dans le ca­drede sa can­di­da­ture à la­pri­maire de la droi­teet du centre, le sou­tien… de Claude Chi­rac, fille de l’an­cien pré­sident. Lors de ce dé­pla­ce­ment en Cor­rèze, le­mai­re­deBor­deaux a ren­du hom­mage à ce­der­nier: Jacques Chi­rac « a été­mon men­tor en­po­li­tique, c’est lui qui m’a tout ap­por­té, c’est lui qui m’a convain­cu­dem’en­ga­ger en po­li­tique » , a-t-il dé­cla­ré, ajou­tant: « Je­pense bie­nen­ten­du au­jourd’hui à lui, qui se dé­bat dans la ma­la­die. » Et de dé­tailler les qua­li­tés dé­fi­nis­sant, à ses yeux, l’an­cien mai­re­dePa­ris: « La com­pé­tence, la per­sé­vé­rance et aus­si l’hu­ma­nisme. Ce sont de belles ver­tus que je m’em­ploieà­par­ta­ger. »

MA­CRON SONNE LA CHARGE CONTRE LE FN

« Jene veux pas, je­ne­peux pas ac­cep­ter que, dans mon pays, les sym­boles de­no­tre­his­toire com­mune puissent di­vi­ser la so­cié­té, parce qu’on les a lais­sés en quelque sorte se fai­re­pren­dre­par le FN. [...] Je ne veux pas que, dans mon pays, une co­lère, qui est par­fois jus­ti­fiée, de­vienne le mo­no­pole d’un par­ti qui sa­lit la Ré­pu­blique » : Em­ma­nuelMa­cron s’en est pris avec vi­ru­len­ceau Front na­tio­nal hier, lors d’un ras­sem­ble­men­tàPa­ris de  membres de son­mou­ve­ment « En­marche! », en­vue de pré­pa­rer les échéances élec­to­rales. « Nous n’avons rien fait de­puis le  avril  » qui avait vu JeanMa­rie LePen se qua­li­fier pour le se­cond tour de la pré­si­den­tielle, a-t-il es­ti­mé: « Nous avons don­né des le­çons de mo­rale au pays, nous n’avons ti­ré au­cune le­çon pour nous-mêmes. [...] « Tous les pro­nos­tics pla­centM­meLe Pe­nen tê­teau­pre­mier tour de la pré­si­den­tielle, et tout le mon­deau fond s’en est ac­com­mo­dé » , a-t-il ana­ly­sé, dé­non­çant « les cy­niques [...] qui se disent: “Ces élec­tions pré­si­den­tielles, çan’est pas de­ve­nu si com­pli­qué, il suf­fit d’ar­ri­ver se­cond au pre­mier tour, et après la messe est dite.” »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.