Sous la terre

La cam­pagne de fouilles de la grotte de l’Ob­ser­va­toire re­prend pour com­prendre l’his­toire pré­his­to­rique de la Prin­ci­pau­té.

Monaco-Matin - - La Une - CE­DRIC VERANY cve­ra­ny@mo­na­co­ma­tin.mc

Ele­na Ros­so­ni-Not­ter a le sou­rire. La res­pon­sable scien­ti­fi­quedes opé­ra­tions est per­sua­dée que la cam­pagne ar­chéo­lo­gique qui dé­marre don­ne­ra de beaux ré­sul­tats. Et les pre­miers os­se­ments mis à jour au dé­mar­rage de la fouille confortent sa pré­mo­ni­tion. Un siècle après sa dé­cou­verte, la grotte de l’Ob­ser­va­toire, sous le jar­din Exo­tique, est à nou­veau le théâ­trede fouilles ar­chéo­lo­giques. Une vo­lon­té por­tée par l’équipe du mu­sée d’an­thro­po­lo­gie pré­his­to­rique (MAP) de rou­vrir ce chan­tier qui n’avait plus été ex­plo­ré de­puis trente ans. « C’est une grotte ex­tra­or­di­naire dans une faille, avec une pré­sence ar­chéo­lo­gique riche où l’on re­trouve dès l’en­trée toute la sé­quence pa­léo­li­thique su­pé­rieure » s’en­thou­siasme Pa­trick Simon, le­di­rec­teur du MAP. « L’ob­jec­tif de cette re­prise du chan­tier est de da­ter au mieux les dif­fé­rentes planches de cette grotte » . En 1916, le prince Al­bert 1er avait mis à jour ce site qui jouit au­jourd’hui d’une ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale. Les cher­cheurs sou­haitent dé­sor­mais mieux ap­pré­hen­der les lieux. Ily a un siècle, les ou­tils tech­no­lo­giques étaient in­exis­tants. Au­jourd’hui, l’équipe du MAP en­tend connaître au­plus près son ter­rain de jeu et le va­lo­ri­ser. Une di­zaine d’ar­chéo­logues de Mo­na­co, d’Eu­rope et d’Afrique vont in­ter­ve­nir pour ré­vé­ler le dé­fi. « Les pre­miers jours, en sur­face, nous avons dé­jà dé­cou­vert des ob­jets en grat­tant » sou­ligne Ele­na Ros­so­ni-Not­ter.

Les ou­tils de Cro-Ma­gnon re­trou­vés dans la terre

En ef­fet, dès les pre­miers coupsde pin­ceau dans la terre, les ar­chéo­logues ont­mis à jour des pe­tits ou­tils taillés spé­ci­fiques de la pé­rio­de­deC­ro-Ma­gnon (il y a 38000 ans). On re­trouve aus­si des restes d’ani­maux (mâ­choires et co­lonne ver­té­brale de bou­que­tins no­tam­ment) en­ser­rés dans le ro­cher. Un peu plus bas, des traces de l’ho­mo erec­tus évoquent une pé­riode d’il y a 300 mil­lions d’an­nées. « Ces don­nées, nous les avions des pré­cé­dentes cam­pagnes, mais notre ob­jec­tif est d’af­fi­ner la com­pré­hen­sion de cette grotte pour connaître les dif­fé­rents pas­sages des hommes de la pré­his­toi­reàMo­na­co, et du nombre d’oc­cu­pa­tions qu’il y a pu avoir » conti­nue Olivier Not­ter, qui col­la­bore à la fouille. Foi d’ar­chéo­logue, dès que l’on ouvre un site, on détecte des traces du pas­sé et on trouve des té­moi­gnages. Il s’agi­ra dans les pro­chains mois de fai­re­par­ler la terre et d’ana­ly­ser les moindres frag­ments qu’elle contient pour ta­cher de dis­cer­ner qui étaient les pre­miers ha­bi­tants de la Prin­ci­pau­té.

(Pho­tos Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

Olivier Not­ter en ac­tion sur les pa­rois de la grotte. Dans la roche (ci- des­sous), on trouve en­ser­rés des restes d’os­se­ments et de mâ­choires d’ani­maux.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.