Clin­ton et Trump au coude à coude

Avec neuf mee­tings, Hilla­ry Clin­ton et Do­nald Trump ont ache­vé, hier sur un rythme ef­fré­né, une cam­pagne pré­si­den­tielle amé­ri­caine qui a di­vi­sé le pays. Les son­dages sont ser­rés

Monaco-Matin - - La Une -

Hilla­ry Clin­ton, 69 ans, qui es­père de­ve­nir, dans la nuit de mar­di à mer­cre­di, la pre­mière femme pré­si­den­tedes Etats-Unis après 44 pré­si­dents, avait pré­vu, hier, deux étapes en Penn­syl­va­nie, une dans le Mi­chi­gan, et un tout der­nier mee­ting en Ca­ro­line du Nord juste avant mi­nuit. La dé­mo­crate, qui en­tend di­ri­ger dans la conti­nui­té du pré­sident Oba­ma, a vu di­manche dis­pa­raître la­me­nace de pour­suites dans l’af­faire de ses e-mails. Le di­rec­teur du FBI James Co­mey a écrit qu’après l’exa­men de nou­veaux emails– dont il avait an­non­cé la dé­cou­verte le 28 oc­tobre, s’at­ti­rant de vives cri­tiques si près de l’élec­tion – il main­te­nait sa po­si­tion de juillet se­lon la­quelle il n’y avait pas ma­tiè­reà­pour­sui­vreMme Clin­ton pour son uti­li­sa­tion d’un ser­veur pri­vé quand elle était se­cré­taire d’Etat. Un sou­la­ge­ment, même tar­dif, pour sa cam­pagne.

La can­di­date de la ré­con­ci­lia­tion

Di­manche soir, dans son der­nier mee­ting à Man­ches­ter ( New Hamp­shire), Mme Clin­ton s’est pré­sen­tée comme la can­di­date de la « ré­con­ci­lia­tion », après avoir pas­sé des jours à at­ta­quer son ad­ver­saire ré­pu­bli­cain, se­lon elle in­ca­pable de di­ri­ger le pays. « Nous sommes ar­ri­vés à l’heure de vé­ri­té dans cette élec­tion » ,a aus­si dé­cla­ré Mme Clin­ton dans l’Ohio. « Nos va­leurs fon­da­men­tales sont en jeu » . Do­nald Trump, 70 ans, était hier en Flo­ride, Ca­ro­line du Nord, Penn­syl­va­nie, New Hamp­shire et Mi­chi­gan, pour un der­nier mee­ting peu avant mi­nuit. Les deux can­di­dats ont le même ob­jec­tif : grap­piller la moindre voix, qui pour­rait faire bas­cu­ler à leur pro­fit les Etats-clés où se joue­ra l’élec­tion. Le der­nier son­dage Quin­ni­piac don­nait ce lun­di les deux ad­ver- saires au coude-à-coude enCa­ro­line du Nord et en Flo­ride, ce der­nier Etat pou­vant à lui seul dé­ci­der de la pré­si­den­tielle s’il était per­du par Do­nald Trump. Les Amé­ri­cains, dont 82 % se di­saient dé­goû­tés dans un autre ré­cent son­dage, n’at­tendent eux plus que la fin de cette longue cam­pagne entre deux can­di­dats his­to­ri­que­ment im­po­pu­laires (50 % n’aiment pas Mme Clin­ton, 62 % M. Trump) mar­quée par les in­sultes, les scan­dales et les ré­vé- la­tions de ca­ni­veau. Hilla­ryC­lin­ton est à 44,9 % des in­ten­tions de vote au ni­veau na­tio­nal contre 42,7 % pour Trump, se­lon la moyenne des plus ré­cents son­dages éta­blis par Real Clear Po­li­tics (RCP).

Entre co­lère et frus­tra­tions

La ba­taille a été plus dif­fi­cile que pré­vu face à Trump, po­pu­liste sans ex­pé­rience po­li­tique mais que rien n’ar­rête, qui se pré­sente comme l’out­si­der an­ti-es­ta­blish­ment. Il a ca­pi­ta­li­sé sur la co­lère et les frus­tra­tions de cer­tains Amé­ri­cains in­quiets de la mon­dia­li­sa­tion et des chan­ge­ments dé­mo­gra­phiques. Il a pro­mis des so­lu­tions simples à tous les pro­blèmes com­plexes. Ila­men­ti, in­sul­té les femmes, les Mexi­cains, les Noirs, les mu­sul­mans. Il a at­ta­qué son ad­ver­saire sans re­lâche, sur­nom­mée « Hilla­ry la cra­pule ». « Elle est pro­té­gée par un sys­tème tru­qué », a mar­te­lé Trump après l’an­nonce du di­rec­teur du FBI. « Hilla­ry Clin­ton est cou­pable, elle le sait, le FBI le sait, les gens le savent, et main­te­nant, c’est au peuple amé­ri­cain de rendre la jus­tice dans les urnes ». Peu im­porte que le mil­liar­daire n’ait ap­pa­rem­ment pas payé d’im­pôts pen­dant des an­nées. Ou ait agres­sé des femmes. Ses sup­por­ters n’ont pas lâ­ché ce mil­liar­daire de l’im­mo­bi­lier, cé­lèbre pour sa for­tune et pour avoir été l’ani­ma­teur d’une émis­sion de té­lé-réa­li­té à suc­cès, The Ap­pren­tice. Il a au pas­sage qua­si­ment fait ex­plo­ser un par­ti ré­pu­bli­cain, pro­fon­dé­ment di­vi­sé. Cer­tains ca­ciques l’ont ré­pu­dié, d’autres vo­te­ront pour lui en se bou­chant le nez. D’au­tant que Trump n’est pas tou­jours en phase avec le par­ti, étant par exemple hos­tile no­tam­ment au libre-échange.

(Pho­tos AFP)

Si les der­niers son­dages sont ser­rés entre Do­nald Trump et Hilla­ry Clin­ton, un lé­ger avan­tage est don­né à la can­di­date. Le nom du  pré­sident(e) se­ra connu dans la nuit de­mar­dià­mer­cre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.