Ro­que­brune : re­tour à la source sur le Mont Gros

Dans le pro­lon­ge­ment du vaste pro­jet de re­boi­se­ment en­ta­mé dans les an­nées 90, la com­mune pour­suit son par­te­na­riat avec Mo­na­co et l’ONF via l’amé­na­ge­ment d’un point d’eau

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - ALICE ROUS­SE­LOT arous­se­lot@ni­ce­ma­tin.fr

Dif­fi­cile de trou­ver mieux que le Mont Gros pour illus­trer ce que sont les Alpes-Ma­ri­times. En contre­bas, à por­tée d’yeux, la mer Mé­di­ter­ra­née et ses plages ro­que­bru­noises. Sur site: de la ro­caille, de la ver­dure flo­ris­sante et… de l’eau. Dans la conti­nui­té d’une opé­ra­tion de re­boi­se­ment en­ta­mée dans les an­nées quatre-vingt-dix (voir en­ca­dré), c’est sur cet élé­ment que de nou­veaux tra­vaux en­tre­pris par la mai­rie, en col­la­bo­ra­tion avec l’Of­fice na­tio­nal des fo­rêts (ONF) et Mo­na­co, se dé­roulent de­puis plu­sieurs se­maines. Après que la source Ros­si­gno­la - qui donne son nom à un che­min - a été re­dé­cou­verte. « La zone était com­plè­te­ment ébou­lée, pleine de brous­sailles. On sa­vait qu’il y avait une source, mais on ne sa­vait pas où. Alors on a pris nos pelles et on a com­men­cé à creu­ser, ex­plique Eu­gène Ga­rac­cio, char­gé de l’en­tre­tien des sources com­mu­nales. On pense que l’amé­na­ge­ment date de 1700 ou 1800. » Il montre du doigt la source en ques­tion, dont l’amé­na­ge­ment est qua­si ache­vé. Puis, juste en des­sous, un pre­mier la­gon, en cours de ré­no­va­tion. « Les an­ciens avaient pré­vu la sé­che­resse et les fortes pluies en met­tant en place un cycle de dé­gor­ge­ment. », sou­ligne-t-il. Au­de­là d’un cer­tain seuil, l’eau s’écoule dès lors dans une ra­vine à cô­té, pro­té­geant le site. Plus bas en­core, un se­cond la­gon, qui se­ra trans­for­mé en mi­roir d’eau.

Une boucle pas­sant par tous les points de vue

Car le pro­jet est plus glo­bal, et en­tend bien of­frir un ré­amé­na­ge­ment to­tal de l’es­pace. Te­nant compte des ri­chesses pré­exis­tantes. « Nous avons re­pris le GR dans l’idée de créer une boucle pas­sant par tous les points de vue, ex­plique Fré­dé­ric Vial, res­pon­sable du ser­vice des es­paces verts de Ro­que­brune. Suite aux in­tem­pé­ries, des arbres étaient tom­bés au mi­lieu. Nous l’avons donc ren­du de nou­veau ac­ces­sible. Nous al­lons aus­si créer des pas-d’âne, des grandes marches, pour que le che­min soit moins abrupt. » Et d’ajou­ter que le tra­cé contourne une ruine, celle de la mys­té­rieuse « mai­son des bri­gands ». Au­tour de la­quelle se­ront créés un point de vue et une aire de pique-nique. Pour que cha­cun puisse trou­ver un in­té­rêt à ve­nir sur place, grand mon­ta­gnard comme simple pro­me­neur du di­manche. « Chaque fois qu’on tra­vaille sur ce site, on trouve de nou­velles pers­pec­tives… » Un an­cien four à chaux, un peu plus haut, de­vrait quant à lui être « re­dy­na­mi­sé » . « Le col de la Cou­pière tient son nom de là. La coupe, c’est la cuisse. Nos an­ciens met­taient de la terre des­sus pour mou­ler des tuiles » , re­prend Eu­gène Ga­rac­cio. Bien en­thou­siaste à l’idée que les en­fants puissent mon­ter au Mont Gros pour y faire le plein de connais­sances. « Nous fai­sons dé­jà tra­vailler deux classes de Ro­que­brune et une de Men­ton sur le cycle de l’eau. Mé­di­ter­ra­née-éva­po­ra­tion-in­fil­tra­tion dans le mont Agel-source. L’eau sor­tant na­tu­rel­le­ment grâce à l’ar­gile. »

« Faire com­prendre l’in­té­rêt de pré­ser­ver »

En fin d’an­née sco­laire, une fois les tra­vaux ache­vés, les élèves pour­ront ain­si ve­nir sur place ob­ser­ver le cycle de­ma­nière pra- tique. « On veut ou­vrir ce site à l’édu­ca­tion na­tio­nale, com­plète le maire, Pa­trick Ce­sa­ri. Pour y pro­po­ser une dé­cou­verte, des vi­sites com­men­tées. Il s’agit de mon­trer aux en­fants que leur com­mune, ce n’est pas que la mer… Et on peut leur faire com­prendre l’in­té­rêt de pré­ser­ver le site, son en­vi­ron­ne­ment. » Vingt ans après une opé­ra­tion de re­plan­ta­tion du­rant la­quelle les éco­liers de Ro­que­brune et de Mo­na­co s’étaient

in­ves­tis. Les trous ayant été conçus par l’ONF de ma­nière à ce que chaque en­fant puisse y dé­po­ser sa pousse de 20 cm. « Il faut ima­gi­ner qu’à l’époque, la mon­tagne était to­ta­le­ment pe­lée, rap­pelle Fré­dé­ric Vial. Les gé­né­ra­tions qui ont gran­di avec ces arbres doivent mon­ter voir ce qu’il en est au­jourd’hui. » Et s’in­té­res­ser, plus que ja­mais, aux en­jeux de va­lo­ri­sa­tion.

(Pho­tos DR)

En haut, une vue d’en­semble du site. Au mi­lieu, l’an­cienne « mai­son des bri­gands » et le bas­sin prin­ci­pal qui va être ré­amé­na­gé. En bas, la source re­trou­vée. Et le­maire de Ro­que­brune en­tou­ré des re­pré­sen­tants de l’ONF et du syn­di­cat des eaux d’ar­ro­sage.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.