L’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise : une dy­na­mique à suivre

Le mar­ché de l’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise connaît une évo­lu­tion constante et reste par­mi les plus fiables du sec­teur. Ou­vert aux par­ti­cu­liers, il per­met de réa­li­ser des in­ves­tis­se­ments avan­ta­geux. Ex­pli­ca­tions.

Monaco-Matin - - Sports - PAR MÉ­LIS­SA MA­RI/ SOPRESS

Ce mar­ché concerne les tran­sac­tions re­la­tives aux lo­caux et ter­rains des­ti­nés aux en­tre­prises, à la fois dans la vente, l’achat ou la lo­ca­tion. Pe­tites et grandes sur­faces, bu­reaux, en­tre­pôts, es­pace de pro­duc­tion, les op­por­tu­ni­tés d’in­ves­tis­se­ment sont nom­breuses. Tra­di­tion­nel­le­ment ré­ser­vé aux ini­tiés, il de­vient au­jourd’hui une al­ter­na­tive in­té­res­sante pour les par­ti­cu­liers qui sou­haitent se consti­tuer un pa­tri­moine, sans épar­gner à grande échelle. Sou­vent consi­dé­ré comme plus ras­su­rant que l’im­mo­bi­lier ré­si­den­tiel, il at­tire un nombre crois­sant d’in­ves­tis­seurs. Avec un ren­de­ment moyen de 2 à 3 % su­pé­rieur à ce­lui de l’im­mo­bi­lier d’ha­bi­ta­tion, en­par­ti­cu­lier pour les es­paces de bu­reaux si­tués en centre-ville, ce mar­ché est par­ti­cu­liè­re­ment at­trac­tif dans les villes dy­na­miques éco­no­mi­que­ment. L’un des avan­ta­ges­ma­jeurs de cette opé­ra­tion est de pou­voir tou­cher des re­ve­nus com­plé­men­taires. At­ten­tion ce­pen­dant à prendre en consi­dé­ra­tion tous les as­pects de fonc­tion­ne­ment avant de s’en­ga­ger, car si le ren­de­ment est avan­ta­geux (coûts de ges­tion ré­duits, bail souple, taux bas, pro­tec­tion en cas d’im­payés et de li­tiges), il convient de le mettre en ba­lance avec les risques de va­cance et le coût des tra­vaux à réa­li­ser. En­fin, en fonc­tion des biens choi­sis, la somme en­ga­gée peu s’avé­rer très éle­vée, d’où l’in­té­rêt de se re­grou­per en so­cié­té.

Fo­cus sur la SCI et la SCPI

Des so­cié­tés fi­nan­cières, sous forme de SCI ou SCPI, fa­ci­litent l’ad­mi­nis­tra­tion et la pro­prié­té des biens. La pre­mière op­tion s’adresse àdes in­ves­tis­seurs ca­pables de pla­cer jus­qu’à2mil­lions d’eu­ros, qui ac­ceptent d’être re­grou­pés sous forme de so­cié­té ci­vile im­mo­bi­lière. Concer­nant la SCPI, ce­la per­met aux par­ti­cu­liers d’ache­ter des parts pour quelques mil­liers d’eu­ros, dans une so­cié­té gé­né­ra­le­ment man­da­taire de plu­sieurs lo­caux, en étant ain­si moins sou­mis aux aléas du mar­ché. L’en­semble de ces so­lu­tions per­met d’al­lé­ger ses frais fis­caux, no­tam­ment lorsque l’on fi­nance l’achat de ses parts à l’aide d’un cré­dit.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.