Nice Est : en pleine mu­ta­tion

Mont-Bo­ron, Saint-Roch, le port… Le sec­teur com­bine des uni­vers aux an­ti­podes, réunis par une ca­rac­té­ris­tique com­mune : un cadre de vie po­pu­laire et ac­tif

Monaco-Matin - - L’immobilier -

Le sec­teur de Nice Est pro­fite ac­tuel­le­ment d’un élan dy­na­mique, at­ti­rant les in­ves­tis­seurs qui sou­haitent se rap­pro­cher des quar­tiers at­te­nants au centre, en pleine mo­der­ni­sa­tion, et ceux qui pri­vi­lé­gient la proxi­mi­té avec les dif­fé­rents bas­sins d’em­ploi, ain­si qu’un ac­cès ra­pide aux col­lines, vers le nord. Le mar­ché connaît ain­si une double ac­ti­vi­té. Sur la par­tie haute du quar­tier, dans les zones tra­di­tion­nel­le­ment ré­ser­vées aux grands en­sembles lo­ca­tifs, de nom­breux pro­grammes d’amé­na­ge­ment prennent forme, no­tam­ment entre Saint-An­dré-de-la-Roche, la Tri­ni­té et Drap. Une zone qui compte prin­ci­pa­le­ment des lo­caux, en quête d’une ré­si­dence prin­ci­pale, de pré­fé­rence sur une grande sur­face, dans l’ob­jec­tif de s’ins­tal­ler du­ra­ble­ment. « Nous com­mer­cia­li­sons ac­tuel­le­ment cinq pro­grammes sur le sec­teur, com­po­sé à 30% d’in­ves­tis­se­ment lo­ca­tif et à 70% de ré­si­dences prin­ci­pales, ven­dues es­sen­tiel­le­ment à des pri­mo ac­cé­dants, des lo­caux ac­tifs qui sou­haitent se rap­pro­cher des axes rou­tiers. Les biens concer­nés sont ma­jo­ri­tai­re­ment des deux et trois pièces ou, pour les in­ves­tis­seurs, des stu­dios à proxi­mi­té des fa­cul­tés », sou­ligne Sa­rah-Ma­rie Chou­ra­ki, di­rec­trice com­mer­ciale Nexi­ty. À titre d’exemple, sur les pro­grammes en cours, les lots de la Tri­ni­té, à en­vi­ron 3 600 eu­ros le m2, se sont ven­dus très ra­pi­de­ment. De la même fa­çon, à Drap, sur les vingt-trois lo­ge­ments com­mer­cia­li­sés, dix-sept sont dé­jà ré­ser­vés. Une at­trac­ti­vi­té fa­vo­ri­sée par les dis­po­si­tifs de ré­duc­tion de la TVA et par les atouts struc­tu­rels de la zone. « Un quatre pièces de 73m2 s’est ven­du 265000 eu­ros à Drap, et un deux pièces de 40 m2, Vil­la Ju­lia, s’est ven­du 192 000 eu­ros », ajoute Sa­rah-Ma­rie Chou­ra­ki. Sur la par­tie sud, du port au bas de Saint-Roch, le mar­ché est scin­dé entre un im­por­tant parc lo­ca­tif, avec des ac­tifs et des ré­si­dences prin­ci­pales, no­tam­ment des ap­par­te­ments ni­çois de construc­tion 1920 ou 1970, sous le mont Bo­ron. Le sec­teur est très re­cher­ché par la clien­tèle lo­cale, des­cen­due des col­lines, pour se rap­pro­cher du centre en pleine mu-

ta­tion. « Dans le bas­sin du port, on trouve des biens al­lant de 3000 eu­ros le m2 à ré­no­ver, jus­qu’à 10 000 eu­ros le m2 pour des lo­ge­ments en très bon état. Notre ac­ti­vi­té a dou­blé de­puis 2015 sur la zone, dû aux ré­no­va­tions. Nous voyons ar­ri­ver une clien­tèle qui ne ve­nait pas au­pa­ra­vant », in­dique Ben­ja­min Mon­dou, di­rec­teur de Cen­tu­ry 21 La­fage Tran­sac­tions.

La clien­tèle étran­gère

Sur la par­tie Ri­quier, Mont Bo­ron et le port, on re­trouve de nom­breux in­ves­tis­seurs étran­gers. Bri­tan­niques, Scan­di­naves, Hol­lan­dais, cette clien­tèle tra­di­tion­nelle de la Côte d’Azur re­cherche des biens sur le sec­teur, no­tam­ment des pro­duits à ré­no­ver dans l’an­cien, avec beau­coup de ca­chet. Ain­si, un deux pièces de 40m2 sur l’axe Ga­ri­bal­di - Port se vend en­vi­ron 280 000 eu­ros et un trois pièces fa­mi­lial, avec ter­rasse, entre 300 000 et 350 000 eu­ros. « Nous avons ob­ser­vé une aug­men­ta­tion du vo­lume des ventes de 25 % de­puis sep­tembre sur cette zone. C’est en

grande par­tie grâce aux amé­na­ge­ments de la rue An­toine Gautier et ceux du quar­tier des An­ti­quaires. Le port compte aus­si un parc lo­ca­tif re­la­ti­ve­ment im­por­tant, avec des lo­ge­ments sai­son­niers, des­ti­nés aux tou­ristes », sou­ligne Ge­rome Gior­da­no di­ri­geant de l’agence Ci­ty Nice. Dé­crit comme un « pe­tit ma­rais », ce sec­teur sé­duit les étran­gers pour son am­biance ty­pique et la proxi­mi­té avec Ville­franche et Mo­na­co : « Ces pro­prié­taires pri­vi­lé­gient la vue et la ter­rasse. Ain­si, cer­tains pro­duits peuvent al­ler de 600 000 à 1 mil­lion d’eu­ros. De plus, dans l’ha­bi­tat an­cien, on trouve des hô­tels par­ti­cu­liers ré­ha­bi­li­tés et di­vi­sés en plu­sieurs lo­ge­ments. Ce type de biens plaît par­ti­cu­liè­re­ment aux Russes et

An­glo-saxons », sou­ligne Ben­ja­min Mon­dou. Cet en­goue­ment est en grande par­tie dû à l’ac­ces­si­bi­li­té du mar­ché (en moyenne de 4000 à 5000 eu­ros du m2) qui, dans l’un des em­pla­ce­ments les plus pri­vi­lé­giés de Nice, offre en­core de beaux pro­duits, loin des prix du Car­ré d’Or. • Mé­lis­sa Ma­ri / SOPRESS

Dans le quar­tier du port, un deux pièces de  m , avec bal­con, si­tué rue Ar­son, s’est ven­du   eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.