Le re­tour du tau­lier

Avant d’af­fron­ter la Suède ven­dre­di, Di­dier Des­champs a choi­si Pa­trice Evra pour pal­lier à la bles­sure de Lay­vin Kur­za­wa, consta­tée hier (pu­bal­gie)

Monaco-Matin - - Sports -

L’équipe de Fran­cea­dé­bu­té hier son der­nier ras­sem­ble­ment de 2016pour ten­ter de bou­cler en beau­té une an­née faste mar­quée par la fi­nale de l’Eu­ro, avec no­tam­ment la ré­cep­tion de la Suède ven­dre­di au Stade de France, pres­qu’un an jour pour jour après la vague d’at­ten­tats à Pa­ris et Saint-De­nis. Ce match contre la Suède, qua­li­fi­ca­tif pour le Mon­dial2018, avant une ren­contre ami­cale le 15 no­vembre à Lens contre laCôte d’Ivoire, se­ra for­cé­ment pla­cé sous le signe du sou­ve­nir. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise sou­haite d’ailleurs faire ob­ser­ver une mi­nute de si­lence avant le coup d’en­voi en hom­mage aux vic­times.

Prendre la tête du Groupe A

En tête du groupe A, à éga­li­té avec les Sué­dois, sur la route de la Coupe du monde 2018 après deux­vic- toires et un nul, la bande à Des­champs conti­nue de sur­fer sur cette spi­rale po­si­tive. Des deux ren­dez-vous pro­po­sés­du­rant ce stage, ce­lui de ven­dre­di au SDF contre la Suède se­ra donc le plus cru­cial à né­go­cier. Un suc­cès per­met­trait aux Fran­çais d’oc­cu­per seuls la pre­mière place de leur poule et de bas­cu­ler en 2017 avec un ca­pi­tal confiance au plus haut. Pour ce match, il n’y a pas de rai­son que Di­dier Des­champs re­ma­nie de fon­den comble un onze qui lui a don­né en­tière sa­tis­fac­tion en oc­tobre face à laBul­ga­rie (4-1) et aux Pays-Bas (1-0).

Ga­mei­ro ou Gi­roud ?

Mais il y a quand même deux in­ter­ro­ga­tions. La pre­miè­re­con­cerne l’iden­ti­té de l’avant-centre, le re­tour de bles­sure d’Olivier Gi­roud me­na­çant Ke­vinGa­mei­ro, qui avait fait la paire en at­taque avec An­toine Griez­mann en son ab­sence. « Olivier et Ke­vin ont des re­gistres dif­fé­rents. Olivier a un jeu d’ap­pui, de sur­face, Ke­vin­mise plus sur la vi­tesse et la pro­fon­deur. Ce sont deux as­so­cia­tions dif­fé­rentes que je peux uti­li­ser au dé­but ou en cours de match. C’est bien d’avoir des joueurs aux re­gistres dif­fé­rents » , a élu­dé Des­champs. La se­conde tient au for­fait sur bles­sure (pu­bal­gie) de Lay­vinKur­za­wa au poste de la­té­ral gauche. Pa­trice Evra, qui n’avait plus été ap­pe­lé de­puis l’Eu­ro, a été convo­qué hier. Le dé­fen­seur de la Ju­ven­tus, 35 ans, se­ra-t-il pré­fé­ré à Lu­cas Digne et à ses 23 ans ? Les pro­pos de Des­champs laissent en­tendre que le vé­té­ran aux 80 sé­lec­tions pos­sède une lon­gueur d’avance sur l’ex-Pa­ri­sien. « C’est un joueur de haut ni­veau et il main­tient son ni­veau quand il joue avec la Ju­ven­tus Tu­rin, c’est pour ce­la que je l’ai rap­pe­lé. S’il est là, c’est qu’il est sus­cep­tible de jouer au même titre que les autres. Il y a le temps de dé­ci­der d’ici ven­dre­di. Il est sou­riant, cham­breur, il met de l’am­biance dans le groupe mais s’il est là c’est sur­tout pour ses qua­li­tés foot­bal­lis­tiques et son ex­pé­rience du haut ni­veau. Je n’ai ja­mais dit qu’il ne se­rait plus là » a in­di­qué le sé­lec­tion­neur.

Ven­dre­di, France-Suède à h sur TF Mar­di  : France - Côte d’Ivoire (ami­cal)

(Pho­to AFP)

Des­champs : « Evra est un joueur de haut ni­veau ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.