Sur scène avec Mi­chel Polnareff à Nice

L’Ami­ral nous a ou­vert les ré­pé­ti­tions du spec­tacle qu’il don­ne­ra ce soir à 20 h 30, au Pa­lais Ni­kaïa, en ou­ver­ture de la deuxième par­tie de sa tour­née. Avec une pen­sée par­ti­cu­lière pour les vic­times du 14-Juillet

Monaco-Matin - - L’événement - PHI­LIPPE DU­PUY

Je rêve d’un monde sans guerre et sans mi­sère/Un monde qui s’rait rien que pour nous/Et qui se­ra/Un monde sans haine, sans race, ni fron­tières/Un monde qui s’rait rien que pour nous/Et qui se­ra/Ce qu’il y a de mieux ici-bas /Oh que pour nous, oh rien que pour nous »… Cette chan­son ( Je rêve d’un monde), dont il ne joue de­vant nous que la par­tie de pia­no pour éco­no­mi­ser sa voix, Mi­chel Polnareff ne la chante ja­mais en concert. Il la dé­die­ra pour­tant ce soir au Pa­lais Ni­kaïa, aux vic­times du 14- Juillet à Nice, où dé­bute la deuxième par­tie de sa tour­née. « C’est juste une pen­sée, que je veux avoir pour le pu­blic ni­çois, ex­plique-t-il en ter­mi­nant le mor­ceau au pia­no. Je dé­teste les ré­cu­pé­ra­tions et je ne veux pas que ce concert serve à rap­pe­ler de mau­vais sou­ve­nirs. On est là pour don­ner du plai­sir aux gens ». Le 14 juillet der­nier, Polnareff ve­nait de ter­mi­ner son concert à l’Olym­pia­quandFa­bien Le­coeuvre, qui l’ac­com­pagne sur la tour­née, lui a ap­pris ce qui ve­nait de se pas­seràNice: « Je l’ai vu se dé­com­po­ser. Pen­dant 24 heures, il est res­té si­len­cieux, per­du dans ses pen­sées. De­puis 12 ans que je l’ac­com­pagne, c’est la pre­mière fois que je le voyais aus­si abat­tu », confie le com­plice té­lé­vi­suel de Pa­trick Sé­bas­tien.

Dé­jà   spec­ta­teurs

Ar­ri­vé di­man­che­soiràNice, Pol­na s’est tout de suite mis au bou­lot pour pré­pa­rer le spec­tacle qu’il don­ne­ra ce soir et qu’il a vou­lu lé­gè­re­ment dif­fé­rent de ceux de la pre­mière par­tie de la tour­née qui s’est ache­vée en sep­tembre à la fête de l’Hu­ma, de­vant 200 000 spec­ta­teurs. « Au to­tal 500 000 per­sonnes ont dé­jà vu le show et on est par­ti pour 16 nou­velles dates », se ré­jouit Fa­bien Le­coeuvre. L’Ami­ral est tel­le­ment content de re­trou­ver son groupe (qu’il ap­pelle sa « dream team »), qu’il nous laisse mon­ter sur scène avec lui pour le sound check. Sa jeune com­pagne Da­nye­lah est là aus­si et mi­traille la scène avec son ap­pa­reil pho­to de pro. Elle a te­nu le road book illus­tré de la tour­née1, qui pa­raît jeu­di, en même temps que l’al­bum live à l’Olym­pia. « J’ai com­men­cé à faire les pho­tos pour que notre fils Lou­ka ait une trace du tra­vail de son père, nous dit-elle. C’est Mi­chel qui m’a per­sua­dée de les pu­blier. Je les trouve in­té­res­santes parce qu’elles illus­trent bien la com­mu­nion par­ti­cu­lière qu’il y a entre Mi­chel et son pu­blic sur cette tour­née ». « Ce n’était pas aus­si évi- dent en 2007, se sou­vient la jeune femme. Cette fois, Mi­chel est plus à l’aise sur scène et sa voix est par­faite. Il m’épate tous les soirs. Quand le pu­blic re­prend avec lui « Ka­ma Su­tra » ou « Ma­ry­lou », j’en ai des fris­sons à chaque fois ». Des fris­sons, le pu­blic ni­çoi­se­nau­ra aus­si ce soir, c’est sûr, quand il dé­cou­vri­ra les nou­velles chan­sons de la set­list: Je rêve d’un monde, I Love YouBe­cause et Viens te faire cha­hu­ter. Pour ceux que ça in­té­res­se­rait de ve­nir faire les choeurs: il reste en­core quelques places… 1. Backs­tage aux édi­tions Ipa­ne­ma 125 pages 23,90€

(Pho­tos Frantz Bou­ton)

Sa lé­gende de di­va in­ac­ces­sible et ver­sa­tile va en­core en prendre un coup : on a ra­re­ment vu ar­tiste en tour­née plus char­mant, ou­vert et dis­po­nible que Mi­chel Polnareff...

Fa­bien Le­coeuvre (à gauche) est le confi­dent de Polnareff de­puis  ans. À droite, le road Book illus­tré de la tour­née du chan­teur, te­nu par sa com­pagne Da­nye­lah.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.