L’onde de choc

On avait pré­dit la vic­toire de la dé­mo­crate Hilla­ry Clin­ton, à la sur­prise gé­né­rale c’est le mil­liar­daire ré­pu­bli­cain de 70 ans qui de­vient le 45e pré­sident des Etats-Unis d’Amé­rique

Monaco-Matin - - La Une -

À la sur­prise gé­né­rale, Do­nald Trump est de­ve­nu, hier, le  pré­sident des Etats-Unis. Qui est vrai­ment le mil­liar­daire amé­ri­cain ? Quelles consé­quences po­li­tiques pour la France ? L’ana­lyse des ex­perts. Com­men­taires à chaud d’Azu­réens et d’ex­pa­triés amé­ri­cains.

Les mé­dias, les ins­ti­tuts de son­dages, les po­li­to­logues avaient pré­vu une vic­toire d’Hilla­ry Clin­ton. La cou­leur bleue de­vait tein­ter ma­jo­ri­tai­re­ment la carte des USA. Mais contre toute at­tente, c’est la cou­leur rouge, sy­no­nyme de la vic­toi­rede l’in­at­ten­du Do­nald Trump, qui, tout au long de la nuit, s’est em­pa­rée de la ma­jo­ri­té des Etat­sa­mé­ri­cains. Dans le dé­tail, la vic­toire sur­pre­nante de Do­nald Trump dans le Wis­con­sin, le Mi­chi­gan et la Penn­syl­va­nie, Etats-clés de la car­teé­lec­to­rale amé­ri­caine, a été dé­ci­sive. Une sur­prise mo­nu­men­tale pour le camp Clin­ton, tant ces Etats sont ac­quis aux­dé­mo­crates de­puis des dé­cen­nies. La can­di­da­te­dé­mo­crate avait d’ailleurs né­gli­gé de fai­re­cam­pagne dans leWis­con­sin. D’autres « Swing States » ont bas­cu­lé, de fa­çon pré­vi­sible mais non moins cru­ciale, en fa­veur­du­mil­liar­daire. Hier soir les ré­sul­tats de l’Etat du Mi­chi­gan et du New Hamp­shire n’étaient pas connus. 228 grands élec­teurs ont été rem­por­tés par Hilla­ryC­lin­ton et 290 pour Do­nald Trump. Le mil­liar­dai­rede70ans de­vient donc le 45e pré­sident des USA et se­ra in­tro­ni­sé le 20 jan­vier pro­chain à laMai­son Blanche.

Oba­ma et Clin­ton ap­pellent à l’uni­té

Ba­ra­ckO­ba­ma, qui avait évo­qué la me­nace que re­pré­sen­tait ce der­nier pour la dé­mo­cra­tie, a as­su­ré avoir été « en­cou­ra­gé » par ses pro­pos conci­liants après la vic­toire. Et ex­hor­té les Amé­ri­cains à ne pas cé­der au dé­cou­ra­ge­ment ou à la pa­nique. « Nous sommes d’abord amé­ri­cains. Nous vou­lons tous le meilleur pour ce pays » , a-t-il dé­cla­ré lors de brèves re­marques de­puis les jar­dins de la Mai­son Blanche. Mme Clin­ton, a choi­si, hier, de s’ex­pri­mer dans un hô­tel de Man­hat­tan, non loin de l’en­droit où elle au­rait cé­lé­bré­sa­vic­toi­re­si les son­dages ne s’étaient­pas trom­pésàce point sur son compte. « J’es­père qu’il va réus­sir en tant que pré­sident de tous les Amé­ri­cains » , a-t-elle dé­cla­ré, très émue, en es­ti­mant par ailleurs que cette élec­tion avait mon­tré que les EtatsU­nis étaient « plus di­vi­sés que nous ne le pen­sions » . L’an­cienne Pre­miè­re­da­meaa­jou­té que les Amé­ri­cains de­vaient faire preuve d’ « ou­ver­ture d’es­prit » à la pers­pec­tive d’une pré­si­dence Trump, àqui ils de­vaient « of­frir sa chance de di­ri­ger » le pays. « Nous n’avons pas en­core bri­sé le plus haut et le plus dur des pla­fonds de verre mais, un jour, quel­qu’un le fe­ra et, es­pé­rons-le, plus tôt qu’on ne l’ima­gine » , a-telle dit.

Les mar­chés re­prennent pied

Fai­sant fi des craintes ini­tiales sus­ci­tées par l’élec­tion de Do­nald Trump à la pré­si­dence des ÉtatsU­nis, les mar­chés fi­nan­ciers ont re­pris le des­sus ce mer­cre­di, dans la fou­lée de Wall Street dont l’in­dice ve­dette s’est of­fert le luxe d’une hausse. Mais si les places fi­nan­cières ont connu une phase d’ajus­te­ment, avec des nettes baisses no­tam­ment à l’ou­ver­tu­redes Bourses eu­ro­péennes, non seule­ment elles n’ont pas cé­dé à la pa­nique mais elles ont réus­sià­re­mon­ter la pente au fil de la jour­née, chan­geant même de cap grâce à l’in­dice Dow Jones quiaou­vert sur une hausse de 0,14 %, don­nant ain­si une im­pul­sion dé­ci­sive.

(Pho­to MaxPPP)

Do­nald Trump en­tou­ré de sa fa­mille et de son équipe de cam­pagne sa­voure sa vic­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.