Nice: un pé­do­phile sé­vis­sait dans les bus  et 

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CH­RIS­TOPHE PER­RIN chper­rin@ni­cema­tin.fr

Riad Magh­re­bi 36 ans, est un homme d’ap­pa­rence sans his­toire, plom­bier de son état qui, chaque ma­tin, prend les bus 7 ou 23 dans le sec­teur Gam­bet­ta à Nice. Le bus est sou­vent bon­dé et l’homme a une fâ­cheuse ten­dance à se col­ler aux pas­sa­gères, sur­tout quand elles sont mi­gnonnes et ado­les­centes. Trois col­lé­giennes, toutes âgées de 14 ans, se plai­gnaient de ses agis­se­ments de­puis plu­sieurs mois. Au point qu’une des mères de fa­mille, aler­tée par sa fille, a ten­té de pié­ger l’in­di­vi­du et de le fil­mer avec son por­table. Elle a échoué dans son en­tre­prise mais l’a me­na­cé de re­pré­sailles s’il ne chan­geait pas son com­por­te­ment. C’est fi­na­le­ment le 3 oc­tobre der­nier que ce pas­sa­ger sin­gu­lier a été mis hors d’état de nuire. Une mère et sa fille re­pèrent ses­mains ba­la­deuses et alerte un agent de sé­cu­ri­té de Lignes d’Azur. Riad Magh­re­bi, qui n’a pas de titre de trans­port, s’échappe en bles­sant au pas­sage l’agent ver­ba­li­sa­teur. In­ter­pel­lé peu après par la po­lice, pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire, l’in­di­vi­du était ju­gé hier par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nice. S’il a avoué avec beau­coup de dé­tails ses écarts de conduite lors de sa garde à vue, il nie fa­rou­che­ment à son pro­cès.

« Pul­sions sou­daines »

La pré­si­dente Lau­rie Du­ca re­lit pa­tiem­ment les pro­cès-ver­baux d’au­di­tion: « Je ca­resse un peu mais ça ne va pas plus loin. Je ne peux ex­pli­quer mon com­por­te­ment. Ce n’est que le ma­tin. Je n’ar­rive pas à me contrô­ler. Ce sont des pul­sions sou­daines, uni­que­ment dans le bus. » Le tri­bu­nal vi­sionne en­suite les vi­déos de sur­veillance des bus mais elles ne sont pas pro­bantes. En re­vanche, les in­ves­ti­ga­tions me­nées sur la ta­blette et l’or­di­na­teur du pré­ve­nu sont in­quié­tantes. Les po­li­ciers y ont trou­vé 200 fi­chiers pé­do­por­no­gra­phiques. Dans le box, Riad Magh­re­bi ne nie pas avoir té­lé­char­gé des films por­no­gra­phiques pour adultes mais ja­mais, ô grand ja­mais des mises en scène d’en­fants. Ces images se­raient ap­pa­rues de ma­nière in­tem­pes­tive. La pré­si­dente Du­ca s’agace : « Quand vous faites des re­cherches in­ti­tu­lées ados pe­do porn, girl 12 ans, col­lé­giennes… vous vous at­ten­dez à trou­ver quoi ? » Connu par le pas­sé pour un bra­quage et un tra­fic de stu­pé­fiants, l’in­di­vi­du sem­blait ré­in­sé­rer de­puis neuf ans, sa­la­rié en contrat à du­rée in­dé­ter­mi­née. Il doit cette fois ré­pondre d’agres­sions sexuelles, consul­ta­tions d’images pe­do­por­no­gra­phiques, vio­lences… « En tout onze in­frac­tions com­mises sur des mi­neures » , rap­pelle le pro­cu­reur Lae­ti­tia Ma­nou­vrier.

Deux ans ferme

« Des faits dé­tes­tables, in­to­lé­rables. Un homme en âge d’être père de fa­mille se met à suivre des jeunes filles, à les hu­mer, à se frot­ter, à les tou­cher dans des trans­ports pu­blics. » Si les deux ex­per­tises psy­chia­triques sont contra­dic­toires, le pro­cu­reur Ma­nou­vrier a sa convic­tion: « Il a les traits d’un per­vers pré­da­teur, har­ce­leur, et il est très in­quié­tant qu’il n’as­sume pas son com­por­te­ment dé­viant. » Le pro­cu­reur re­quiert trois ans d’em­pri­son­ne­ment dont un an avec sur­sis et trois ans de mise à l’épreuve. Peine in­fli­gée par le tri­bu­nal.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.