Le Con­seil d’État dit oui aux crèches, sous condi­tions

« Leur ins­tal­la­tion tem­po­raire [...] dans un em­pla­ce­ment pu­blic est lé­gale si elle pré­sente un ca­rac­tère cultu­rel, ar­tis­tique ou fes­tif, mais non si elle ex­prime la re­con­nais­sance d’un culte »

Monaco-Matin - - France - ALP (Agence lo­cale de presse)

LeCon­seil d’Etat s’est pro­non­cé, hier après-mi­di, en fa­veur de l’ins­tal­la­tion tem­po­raire des crèches dans les lieux pu­blics, à la condi­tion que cette ins­tal­la­tion pré­sen­teun­ca­rac­tère « cultu­rel, fes­tif ou ar­tis­tique » . Deux ins­tal­la­tions de crèches de Noël, l’une par la com­mune de Me­lun, l’autre par le dé­par­te­ment de la Ven­dée, avaient fait l’ob­jet d’une contes­ta­tion de­vant le juge ad­mi­nis­tra­tif. La cour ad­mi­nis­tra­tive d’ap­pel de Pa­ris avait, en der­nier lieu, ju­gé illé­gale l’ins­tal­la­tion de la crèche de la com­mu­ne­deMe­lun. La cour ad­mi­nis­tra­tive d’ap­pel de Nantes avait, quant à elle, ju­gé lé­gale l’ins­tal­la­tion de la crèche du dé­par­te­ment de la Ven­dée. Deux dé­ci­sions pou­vant faire ju­ris­pru­dence, dans un sens ou dans l’autre, dans toutes les ré­gions. LeCon­seil d’État était sai­si d’un re­cours en cas­sa­tion contreces deux ar­rêts. En ver­tu de l’ar­ticle 28 de la loi de 1905 qui in­ter­dit « d’éle­ver ou d’ap­po­ser au­cun signe re­li­gieux sur les mo­nu­ments pu­blics ou quelque em­pla­ce­ment pu­blic que ce soit » , l’as­so­cia­tion, pour « pro­mou­voir la Laï­ci­té », fon­dée en 1995, de­mande qu’au­cune crèche ne soit ins­tal­lée­dans les s lo­caux de ces col­lec­ti­vi­tés lo­cales. Dans la dé­ci­sion ren­due hier, leCon­seil d’État com­mence par rap­pe­ler la por­tée du prin­cipe de laï­ci­té et de la loi de 1905 qui créent, pour les per­sonnes pu­bliques, l’obli­ga­tion d’as­su­rer la li­ber­té de conscience, de ga­ran­tir le libre exer­ci­cedes cultes et de veiller à la neu­tra­li­té des agents pu­blics et des ser­vices pu­blics à l’égarddes cultes, ce qui im­plique no­tam­ment de ne re­con­naî­tre­ni de sub­ven­tion­ner au­cun­culte. Le Con­seil d’État consi­dère ain­si que « l’ins­tal­la­tion tem­po­raire d’une crèche de Noël par une per­sonne pu­blique dans un em­pla­ce­ment pu­blic est lé­gale si elle pré­sente un ca­rac­tère cultu­rel, ar­tis­tique ou fes­tif, mais non si elle ex­prime la re­con­nais­sance d’un culte ou­marque une pré­fé­rence re­li­gieuse » .

Un sou­la­ge­ment

Pour dé­ter­mi­ner si une telle ins­tal­la­tion pré­sente un ca­rac­tère cultu­rel, ar­tis­tique ou fes­tif, ou au contraire ex­prime la re­con­nais­sance d’un culte ou d’une pré­fé­rence re­li­gieuse, le Con­seil d’État juge qu’il convient de te­nir compte « du contexte de l’ins­tal­la­tion – ce­lui-ci doit être dé­pour­vu de tout élé­ment de pro­sé­ly­tisme – et des condi­tions par­ti­cu- lières de l’ins­tal­la­tion, de l’exis­tence ou de l’ab­sence d’usages lo­caux et du lieu de l’ins­tal­la­tion » . En cas­sant l’ar­rêt de la cour d’ap­pel de Pa­ris, le Con­seil d’État es­time donc que les condi­tions de neu­tra­li­té de la per­sonne pu­blique sont res­pec­tées, et que l’ins­tal­la­tion d’une crèche dans un lieu pu­blic est lé­gale, si les condi­tions pré­vues par la loi sont res­pec­tées. Un sou­la­ge­ment pour les ins­tal­la­teurs de crèche de Noël.

(Pho­to AFP)

Le Con­seil d’Etat a fi­na­le­ment dé­ci­dé d’au­to­ri­ser l’ins­tal­la­tion de crèches de Noël dans les bâ­ti­ments pu­blics.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.