Pri­mai­rede la­droi­teet ducentre : Co­pé ba­laie les son­da­gesàD­ra­gui­gnan

Monaco-Matin - - France - E.C.

Hier soir à Dra­gui­gnan, deux dé­pu­tés va­rois Oli­vier Au­di­bert-Troin et Jo­sette Pons ain­si que 200 per­sonnes ont ac­cueilli le can­di­dat à la pri­maire de la droite et du centre des 20 et 27 no­vembre Jean-Fran­çois Co­pé. Une réunion pu­blique au contexte par­ti­cu­lier, quelques heures après l’élec­tion de Do­nald Trump qui, se­lon Oli­vier Au­di­bert-Troin, a stig­ma­ti­sé « l’échec des po­li­tiques clas­siques, le re­gain du po­pu­lisme et des ma­jo­ri­tés si­len­cieuses que le FN tente dé­jà de ré­cu­pé­rer. On en­tend dire qu’il faut chan­ger l’es­ta­blish­ment, mais si tout sim­ple­ment, on res­tait fi­dèle à ses convic­tions et à ses amis? Notre en­ga­ge­ment au­près de Jean-Fran­çois Co­pé, c’est ce­lui du coeur et de la rai­son ». Sa di­rec­trice de cam­pagne, Mi­chèle Ta­ba­rot, dres­sait le portrait d’un homme « de force, de cou­rage et de constance. Le 20 no­vembre, mon­trons aux ins­ti­tuts de son­dage qu’une fois de plus, ils se sont trom­pés. » À dix jours de la pri­maire, le maire de Meaux fi­gure, en ef­fet, dans le pe­lo­ton de queue des sept can­di­dats.

« Réar­mer la France » par or­don­nances

Mais pas de quoi in­quié­ter ce­lui qui dé­crit les son­dages comme une « per­ver­sion de notre dé­mo­cra­tie. Avant Trump, il y a dé­jà eu le Brexit et un an plus tôt, l’élec­tion de Ca­me­ron. » Lui pré­fère ré­af­fir­mer sa convic­tion dans une « droite dé­com­plexée, qui ne tremble pas quand il faut dé­ci­der, après des an­nées de re­cu­lades qui ne datent pas de 2012… » Et de ré­pé­ter sa vo­lon­té d’une « vi­sion et d’une mé­thode pour la France où, au XXIe siècle, il faut 18 se­condes pour en­voyer un tweet et 18 mois pour faire une loi! D’où l’idée de gou­ver­ner par or­don­nances, dans les deux mois après l’élec­tion pré­si­den­tielle, pour réar­mer la France avec les quinze me­sures que j’ai an­non­cées dans trois do­maines prio­ri­taires : sé­cu­ri­taire, éco­no­mique et pa­trio­tique. » À l’heure des ques­tions-ré­ponses, le can­di­dat LR a no­tam­ment été ques­tion­né par une dé­lé­ga­tion des Jeunes agri­cul­teurs du Var conduite par leur pré­sident Gé­rald Fabre. Quid de la fu­ture ligne à grande vi­tesse qui va am­pu­ter l’agri­cul­ture va­roise? Ré­ponse peu tran­chée de Jean-Fran­çois Co­pé : « Il est ca­pi­tal de pré­ser­ver l’ac­ti­vi­té agri­cole et de faire les choses en pleine concer­ta­tion. »

(Pho­to Mi­chel Joh­ner)

Jean-Fran­çois Co­pé a sa­lué les mi­li­tants avant de re­joindre sur l’es­trade sa di­rec­trice de cam­pagne Mi­chèle Ta­ba­rot et les dé­pu­tés va­rois Oli­vier Au­di­bert-Troin et Jo­sette Pons.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.