Moins de  % de tra­vailleur­shan­di­ca­pés en em­ploi di­rect dans le sec­teur pri­vé

Monaco-Matin - - France -

Un to­tal de 400 400 tra­vailleurs han­di­ca­pés étaient em­ployés en 2014 dans les en­tre­prises pri­vées et les éta­blis­se­ments pu­blics à ca­rac­tère in­dus­triel et com­mer­cial ( Epic) de plus de 20 sa­la­riés, soit 3,6% des sa­la­riés, se­lon une étude du mi­nis­tère du Tra­vail pu­bliée hier. Ces sa­la­riés des 101 000 éta­blis­se­ments as­su­jet­tis à l’obli­ga­tion d’em­ploi de tra­vailleurs han­di­ca­pés ( OETH) sont en hausse de 4,2 % par rap­port à 2013, se­lon l’étude de la Di­rec­tion sta­tis­tiques du mi­nis­tère ( Dares), fon­dée sur des chiffres éta­blis avec l’Age­fiph (As­so­cia­tion pour la ges­tion du fonds pour l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle des per­sonnes han­di­ca­pées). La loi im­pose aux en­tre­prises de plus de 20 sa­la­riés des sec­teurs pri­vé et pu­blic d’em­ployer 6 % de per­sonnes han­di­ca­pées, sous peine de pé­na­li­tés fi­nan­cières qu’elles versent à l’Age­fiph ou au FI­PHFP (fonds d’in­ser­tion des per­sonnes han­di­ca­pées dans la fonc­tion pu­blique). Le taux d’em­ploi di­rect de tra­vailleurs han­di­ca­pés était de 3,6 % en 2014 dans les en­tre­prises pri­vées et les Epic au sens de la loi, et de 3,3 % en équi­valent temps plein, se­lon cette étude.

Le re­cours aux sta­giaires...

Ces taux ne concernent tou­te­fois que les per­sonnes han­di­ca­pées em­ployées di­rec­te­ment par les en­tre­prises concer­nées. À dé­faut de re­cru­ter di­rec­te­ment, une en­tre­prise peut aus­si re­cou­rir à des sous-trai­tants ou ac­cueillir des sta­giaires han­di­ca­pés, pour vi­ser l’ob­jec­tif de 6 %. Quel que soit le mode de dé­compte, ces taux d’em­ploi sont en hausse de 0,1 point par rap­port à 2013. Se­lon une autre étude de la Dares, éga­le­ment ren­due pu­blique mer­cre­di, le taux d’em­ploi glo­bal (em­ploi di­rect et in­di­rect) des per­sonnes han­di­ca­pées était en 2013 de 4,01% dans les en­tre­prises pri­vées et les Epic. En 2014, 8 % des éta­blis­se­ments ont uni­que­ment ver­sé une contri­bu­tion fi­nan­cière à l’Age­fiph, c’est-à-dire qu’ils n’em­ploient au­cune per­sonne han­di­ca­pée.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.