In­quié­tude après trois nou­veaux séismes

La terre a de nou­veau trem­blé à trois re­prises entre hier et avant-hier dans la ré­gion de Gap, avec une in­ten­si­té de 4,1 sur l’échelle ou­verte de Rich­ter, res­sen­tie jus­qu’à Nice

Monaco-Matin - - La Une - GRÉ­GO­RY LE­CLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

Un vé­ri­table sha­ker. En l’es­pace de 24 heures, entre mer­cre­di et jeudi, près d’une tren­taine de se­cousses ont été en­re­gis­trées dans la ré­gion de Gap et Digne ( Hautes- Alpes et Alpes-de-Haute-Pro­vence). Avec des in­ten­si­tés cou­rant de 1,1 à 4,1 sur l’échelle ou­verte de Rich­ter. Et sans faire ni dé­gâts, ni vic­times. La plus forte se­cousse (4,1), celle de 3h48 du­ma­tin hier, a été res­sen­tie jusque sur la Côte d’Azur. Ma­jo­ri­tai­re­ment à Nice, où une ving­taine de per­sonnes ont aler­té le bureau cen­tral sis­mo­lo­gique fran­çais ba­sé à Stras­bourg. Mais au­cun ap­pel n’a été en­re­gis­tré par les sa­peurs pom­piers des Alpes-Ma­ri­times. Trois mi­nutes plus tôt, un séisme de 3,5 avait dé­jà été lo­ca­li­sé à 32 ki­lo­mètres de Gap. Une mul­ti­tude de ré­pliques ont sui­vi ces deux évé­ne­ments. Cette ac­ti­vi­té re­la­ti­ve­ment in­tense dans les Alpes-deHaute- Pro­vence avait connu avant-hier, mer­cre­di, un pre­mier épi­sode de 3,7 à 16h35.

Faut- il s’in­quié­ter ?

« Non », af­firme Anne Des­champs, sis­mo­logue à l’ob­ser­va­toire GéoA­zur, ba­sé à So­phia An­ti­po­lis. « Nous avons ici af­faire à un es­saim

sis­mique. Une sé­rie d’évé­ne­ments dont l’im­mense ma­jo­ri­té n’est pas per­cep­tible. Il n’y a pas de rai­son par­ti­cu­lière de s’alar­mer. » Anne Des­champs note mal­gré tout dans ces der­nières 24 heures la pré­sence de trois

séismes « im­por­tants », de ma­gni­tude 3,7 à 4,1. Aux alen­tours de 4 sur l’échelle de Rich­ter, les séismes peuvent être res­sen­tis par la po­pu­la­tion en fonc­tion de leur lo­ca­li­sa­tion. Quant à « l’es­saim » de pe-

tits séismes, ré­pliques des plus gros, An­neDes­champs re­la­ti­vise: « Cette ac­ti­vi­té est an­cienne et clas­sique dans cette ré­gion. » An­dré Lau­ren­ti, amateur ni­çois très éclai­ré et pas­sion­né de sis­mo­lo­gie rap­pelle qu’en 2002 et 2003, « ce ne sont pas moins de 15000 mi­ni se­cousses qui avaient été comp­ta­bi­li­sées dans le sec­teur de Bar­ce­lo­nette ».

Faut- il igno­rer ces si­gnaux?

Là en­core, la sis­mo­logue répond « non » . « Ce sont tou­jours des élé­ments d’alerte. La science n’est pas ca­pable, compte te­nu des connais­sances ac­tuelles de pré­dire quand un séisme plus im­por­tant pour­rait se pro­duire. Ces si­gnaux doivent donc nous rap­pe­ler que nous sommes dans une ré­gion à risque sis­mique, et qu’il est bon de connaître les consignes d’éva­cua­tion. Sor­tir de l’im­meuble si on en a le temps, se pla­cer sous un cham­branle de porte, ou sor­tir une fois qu’une grosse se­cousse a été res­sen­tie. »

Ces séismes ont- ils un lien avec la si­tua­tion en Ita­lie ?

En rien. « La ré­gion de Digne et Gap se pro­longe par la faille de la Du­rance, ex­plique Anne Des­champs. Sur le pour­tour des Alpes, on trouve des failles liées à leur for­ma­tion. Ce sont elles qui gé­nèrent cette ac­ti­vi­té. » Du cô­té d’Ama­trice, en Ita­lie, où s’est pro­duit en août der­nier un ter­rible et meur­trier séisme, s’af­frontent les plaques afri­caine et eur­asienne. La chaîne de mon­ta- gnes qui par­court le centre de la botte ita­lienne se frac­ture le long de grandes failles. Ses bords glissent par­fois bru­ta­le­ment l’un sur l’autre pro­vo­quant des trem­ble­ments de terre.

Un séisme ma­jeur sur la Côte d’Azur est- il pos­sible ?

« Oui. » La ré­ponse d’Anne Des­champs est claire. « On peut craindre un séisme ma­jeur, du type du séisme dit “Li­gure” de 1887 » (lire par ailleurs). Son in­ten­si­té avait été éva­luée entre 6,5 et 6,8. « S’il sur­ve­nait, il pour­rait se si­tuer plus à l’ouest que ce­lui de la fin du XIXe siècle. On pour­rait le craindre plus proche de Men­ton. Il fe­rait des dé­gâts re­la­ti­ve­ment im­por­tants. » Le séisme du 23 fé­vrier 1887 avait fait 635 morts dont huit dans les Al­pesMa­ri­times, à Cas­tillon, La Bol­lène-Vé­su­bie, Bar-surLoup et Nice. Quand­pour­rait-il sur­ve­nir? « On ne peut sa­voir. La ré­cur­rence est de 40005000 ans, mais ce­la peut être de­main comme dans 3000 ans », com­mente Anne Des­champs. « Nice est éga­le­ment sous la me­nace d’un séisme et plus par­ti­cu­liè­re­ment son ar­rière-pays, dans la ré­gion de Peille ou Blau­sasc. »

(Re­pro Sis­moA­zur)

Une cap­ture d’écran du site « http://sis­moa­zur.oca.eu ». On y dis­tingue clai­re­ment les der­niers épi­centres de séismes. Hor­mis les trois plus forts en­re­gis­trés vers Gap, les autres ne peuvent être res­sen­tis.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.