Ondes de choc

Monaco-Matin - - Détente - Le billet de Phi­lippe Bou­vard

À peine la nou­velle de l’élection de Do­nald Trump a-t- elle été connue que les ré­ac­tions se sont mul­ti­pliées dans tous les pays dé­mo­cra­tiques où le vain­queur d’un scru­tin est ce­lui qui a to­ta­li­sé le plus grand nombre de suf­frages. Ain­si, notre gou­ver­ne­ment a-t-il ré­so­lu, après réunion d’un co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel et consul­ta­tion du gou­ver­neur de la Banque de France, de conser­ver au Li­vret A son in­té­rêt de , %. Un gros sa­cri­fice pour nos fi­nances mais qui, en ga­ran­tis­sant un bon re­ve­nu aux TPR (très pe­tits ren­tiers), tient compte de la vague de po­pu­lisme ayant dé­fer­lé sur toutes les côtes des États-Unis. Nul doute que les in­ves­tis­seurs du monde en­tier, ras­su­rés par la sta­bi­li­té de notre épargne, vont af­fluer. Une dé­ci­sion qui n’a pas em­pê­ché tou­te­fois Jean-Jacques Gold­man de sau­ter dans l’Eu­ros­tar afin de s’ins­tal­ler au Royaume-Uni. À la fois pour s’ha­bi­tuer au Brexit avant que Ma­rine Le Pen entre à l’Ély­sée et pour pro­té­ger sa pe­tite fa­mille des pa­pa­raz­zis en édi­fiant au­tour de sa nou­velle pro­prié­té un mur aus­si ef­fi­cace que ce­lui char­gé de dé­cou­ra­ger les mi­grants mexi­cains. Dans la fou­lée, M. Ma­cron a an­non­cé la me­sure phare que, las­sés de l’obs­cu­ri­té, tous les Fran­çais at­ten­daient. À sa­voir, la du­rée du tra­vail fixée dé­sor­mais en fonc­tion de l’âge. Ce qui me contraint à ar­rê­ter bru­ta­le­ment l’écri­ture

de cette ch­ro­nique…

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.