Les Bleus font le bou­lot contre la Suède (-)

Me­née au score par la Suède, la France a trou­vé les res­sources pour rem­por­ter son match et s’em­pa­rer de la pre­mière place du groupe. Une bonne chose dans l’op­tique de la qua­li­fi­ca­tion

Monaco-Matin - - La Une - VINCENT MENICHINI À SAINT-DE­NIS

La soi­rée a dé­bu­té par une Mar­seillaise chan­tée a cap­pel­la et une mi­nute de si­lence poi­gnante, pour rendre hom­mage aux vic­times de l’hor­reur. Un an après les at­ten­tats de Pa­ris, tout reste, les bruits as­sour­dis­sants de ces at­taques ka­mi­kazes qui ont se­coué le Stade de France, ces gens qui se re­groupent par mil­liers sur la pe­louse, pé­tris d’an­goisse. On s’en se­rait bien pas­sé, mais c’est ain­si et, hier soir, les Bleus ont une fois en­core tout mis en oeuvre pour que cette ren­contre contre la Suède soit un ins­tant de bon­heur. C’est bien en­ten­du en­core plus sa­vou­reux­quand la vic­toire est au bout. Une vic­toire ac­quise dans la dou­leur­mais qui place l’équipe de France dans un fau­teuil avant de re­trou­ver le Luxem­bourg en mars pro­chain. Comme Hu­go Llo­ris l’es­pé­rait, les Bleus vont pas­ser l’hi­ver au chaud et peuvent dé­jà pré­ve­nir leurs fa­milles qu’à l’été 2018, ils de­vraient faire un cro­chet par la Rus­sie avant de fi­ler en va­cances. En bat­tant laSuède, un­mois après s’être payé les PaysBas chez eux, l’équipe de France a rem­pli sa mis­sion, à sa­voir s’em­pa­rer de la­pre­mière place de son groupe après quatre jour­nées. Pour ne plus ja­mais la lâ­cher ? C’est le plan de route éta­bli par Di­dierDes­champs qui n’a plus du tout en­vie de re­vivre un re­make de France-Ukraine et un bar­rage à quitte ou double. Ce­lui-ci fut certes fé­dé­ra­teur, mais tant qu’on y est au­tant fi­ler à l’Est sans trop se faire peur. Face à cette Suède sans Zla­tan Ibra­hi­mo­vic mais avec un es­prit de sa­cri­fice dé­cu- plé, les Bleus se sont pour­tant fait une belle frayeur. Ce n’était pas­pré­vu, mais ça abien failli tour­ner au vi­naigre après l’ou­ver­ture du score de Fors­berg suite à un ma­gni­fique coup franc. On ima­gi­nait les Sué­dois ca­pables de cour­ber l’échine dans leur camp, pas for­cé­ment d’être de­vant au score après 54 mi­nutes.

Place aux jeunes contre la Côte d’Ivoire

Il a donc fal­lu que Griez­mann, Payet et Pog­ba re­prennent les choses en main pour ren­ver­ser ce bloc uni et sou­dé par le froid gla­cial de Saint-De­nis. En sept mi­nutes, tou­ta­bas­cu­lé : Ol­sen n’avait plus de mains et l’ar­bitre de sif­flet, ou­bliant une faute de Griez­mann sur le but de Payet. De­vant son banc de touche, Di­dier Des­champ­saeu­beau faire croire à son ho­mo­logue sué­dois qu’il n’y avait pas faute, per­sonne n’a été dupe. ‘‘Dé­dé’’ la gagne a en­core frap­pé et c’est tant mieux. Après vingt mi­nutes, les Bleus en avaient dé­jà fait beau­coup : 70% de pos­ses­sion de balle, trois oc­ca­sions franches par Payet, Pog­ba, Sis­so­ko, mais aus­si de jo­lis gestes tech­niques qui ont fait se sou­le­ver le ‘‘SDF’’. Une em­bel­lie qui n’a pas du­ré, les Bleus ayant eu toutes les peines du monde à per­cer le ver­rous­can­di­nave et à trou­ver Gi­roud à la pointe de l’at­taque. Sur le cô­té droit, Si­di­bé a eu du mal, mais il est en­core là pour ap­prendre. A gauche, rap­pe­lé à la res­cousse, Evra a pu lui faire consta­ter que l’ex­pé­rience ne s’ache­tait pas au su­per­mar­ché. Là en­core, Des­champs a réus­si son coup en rap­pe­lant le ‘‘vieux’’ Pat’. A Lens, mar­di soir contre la Côte d’Ivoire, le sé­lec­tion­neur au­ra le loi­sir de lan­cer la nou­velle vague (Le­mar, Dem­bé­lé, Ra­biot, Fe­kir). L’es­prit lé­ger. Ça n’a pas de prix.

(Pho­toAFP)

(Photo AFP)

Ra­phaël Va­rane et les Bleus ont fi­na­le­ment pris le des­sus sur les Sué­dois. Ils pas­se­ront l’hi­ver au chaud.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.