No­trean­cien­col­la­bo­ra­teur Gé­rardCia­ra­bel­li n’est plus

Monaco-Matin - - Côte D’azur - P.- R. D.

Qui rem­por­te­ra le tour de chant dimanche après-mi­di? Gilles avec My Way ? Ca­the­rine avec Les mots d’amour? An­toine avec Aline? Comme d’ha­bi­tude, la lutte vo­cale se­ra ser­rée. À l’ins­tar des gorges... La fi­nale de la StarSe­niors, qui au­ra lieu dimanche 13 no­vembre, à par­tir de 14 heures au Pa­lais Acro­po­lis, pro­met bien du trac, bien du sus­pense. Le ni­veau est bon. Le ju­ry, par­rai­né par Richard San­der­son ( La Boum), au­ra une lourde res­pon­sa­bi­li­té. Mais c’est ce ta­lent, sans cesse re­nou­ve­lé, sans cesse ac­cen­tué, qui fait le suc­cès de la ma­ni­fes­ta­tion, or­ga­ni­sée pour la 8e fois, par la dé­lé­ga­tion ni­çoise et mé­tro­po­li­taine à la Ci­toyen­ne­té des se­niors. Un concours d’en­ver­gure in­ter­na­tio­nale pour les ama­teurs de plus de 55 ans, qui ne s’est pas im­pro­vi­sé à la der­nière mi­nute. De­puis le mois de mai, en ef­fet, 323 can­di­dats ve­nus de la Côte d’Azur, de France, de Bel­gique, d’Ita­lie et d’Es­pagne, se sont suc­cé­dé pour dé­cro­cher le droit de par­ti­ci­per à cette fi­nale de dimanche. Elle per­met­tra d’ap­plau­dir 21 chan­teurs sé­lec­tion­nés au fil des cas­tings. À eux le ta­pis rouge de la gloire puisque tous se­ront ac­com­pa­gnés d’unor­chestre de 26 mu­si­ciens, di­ri­gés par Thier­ry Noll. Àses dé­buts, la StarSe­niors était un simple ra­dio­cro­chet. C’est dé­sor­mais le ren­dez-vous in­con­tour­nable d’un au­tomne vo­cal sans couac... Les places sont en vente au­jourd’hui en­core, à la Mai­son des Se­niors, 6, ave­nue Fé­lix-Faure à Nice. C’est avec tris­tesse que nous avons ap­pris la mort àNice, mar­di 8 no­vembre, de no­trean­cien­col­la­bo­ra­teur du ser­vi­ce­pré­presse, Gé­rardCia­ra­bel­li, à l’âge 72 ans des sui­tesd’une lon­gueet dou­lou­reuse ma­la­die. Né le 15 juillet 1944, ce vé­ri­table Ni­çois était « en­tré au jour­nal », comme on di­sait ja­dis dans notre belle mai­son, le 11 juin 1970 en qua­li­té de ty­po­graphe. Fils d’im­pri­meur – son père avait son ate­lier rue Ton­du­ti-de-l’Es­ca­rène dans le centre-ville de Nice –, il fut un ty­po­mon­teur hors pair avant de de­ve­nir cadre en 1999 et co­di­ri­ger l’ate­lier la nuit jusqu’à son dé­part à la re­traite le 31 dé­cembre 2005. Grâ­ceàses com­pé­tences or­tho-ty­po­gra­phiques et à sa pers­pi­ca­ci­té lé­gen­daire, ce sont ain­si des cen­taines de fautes que « Gé » a cor­ri­gées in ex­tre­mis, amé­lio­rant ain­si la qua­li­té de notre titre. Der­nier fi­let avant les ro­ta­tives, il était par­ti­cu­lière- ment ap­pré­cié des se­cré­taires de ré­dac­tion pour ses re­marques construc­tives lors­qu’il li­sait une in­vrai­sem­blance ré­dac­tion­nelle ou qu’une­pho­to était in­adap­tée ou mal lé­gen­dée. Des re­marques émises avec hu­mour, ce­qui ren­dait les re­la­tions beau­coup plus agréables. Ses ob­sèques au­ront lieu à l’atha­née de Nice-Saint-Au­gus­tin le ven­dre­di 18 no­vem­breà14­heures. Confor­mé­ment àses der­niè­res­vo­lon­tés, son in­ci­né­ra­tion sui­vra au cré­ma­to­rium de Ni­ceCôte d’Azur. A son fils Ni­co­las, à sa belle-fille Cin­dy, à sa pe­tite-fille Ce­lia, à toute sa fa­mille, ain­si qu’à tous ses proches, Nice-Ma­tin adresse ses plus sin­cères condo­léances.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.