La sexua­li­té ne se « ré­pare » pas, elle se com­prend... Sexo

Après la pi­lule bleu ca­pable de re­don­ner de la vi­gueur aux hommes, la pi­lule rose of­fri­ra-telle aux femmes la pos­si­bi­li­té de re(trou­ver) le plai­sir ? Mi­chèle La­chows­ky émet des doutes

Monaco-Matin - - Santé - NAN­CY CATTAN ncat­tan@ni­ce­ma­tin.fr

Por­tés par la­ré­vo­lu­tion Via­gra chez les­hommes ilya­prèsde 20 ans, plu­sieurs la­bo­ra­toires ont lan­cé des re­cher­ches­pour ten­ter de dé­bus­quer la pi­lule mi­racle ca­pable de trai­ter le manque de dé­sir fé­mi­nin. Le su­jet se­ra trai­té, sa­me­di pro­chain, dans le ca­dred’Ob­jec­tif San­té par Mi­chèle La­chows­ky, gy­né­co­logue et psy­cho­so­ma­ti­cienne ( lire en­ca­dré). « La­pi­lule dite rose a fait l’ob­jet de nom­breux tra­vaux, confirme la spé­cia­liste. Un pro­duit est dé­sor­mais dis­po­nible, proche du via­gra chez l’homme. Mais dans la­réa­li­té, il est très­peu pres­crit » . Pour­quoi? La ré­ponse, les femmes au moins, la connaisse de­puis long­temps. « La sexua­li­té de la femme est in­fi­ni­ment com­plexe, et com­porte plu­sieurs com­po­santes… » Qu’une pi­lule, aus­si per­for­mante soit-elle, est bien im­puis­sante à trai­ter le dé­sir fé­mi­nin à elle seule!

Es­sayer de com­prendre ce qui se passe

Mais qu’est ce qui fait pré­ci­sé­ment la com­plexi­té de la sexua­li­té fé­mi­nine? « In­ter­viennent des fac­teurs so­ma­tiques, so­ciaux, psy­cho­lo­giques… etc., ré­pond Mi­chèle La­chows­ky. Pour faire l’amour, la femme, en­gé­né­ral, abe­soin que son couple soit har­mo­nieux, que son par­te­naire sexuel se com­porte bien, d’avoir aus­si une vie so­ciale épa­nouis­sante, mais bien sûr, elle est aus­si dé­pen­dante de ses hor­mones… » . Et avec l’âge, un autre obs­tacle se met sur la route de sa sexua­li­té: « L’idée du vieillis­se­ment est plus im­por­tante que chez l’homme– pro­ba­ble­ment parce que, lui, ne su­bit pas le cou­pe­ret de la mé­no­pause, et peut pro­créer à n’im­porte quel âge. Or, pour faire l’amour, une fem­mea­be­soin de se sen­tir­belle et dé­si­rable; si elle se trouve âgée, un peu grosse, ça gâche son plai­sir… » Faut-il dès lors re­non­cer? « Sur­tout pas! Faire l’amour, et à tout âge, est un plai­sir qu’il ne s’agit pas de bou- der. Les femmes qui n’ont pas ab­di­qué, qui ont un par­te­naire, et conti­nuent d’avoir une sexua­li­té épa­nouie après la­mé­no­pause disent se sen­tir ra­jeu­nies… » Mais, plu­tôtque cher­cher­dans une pi­lule rose une so­lu- tion, Mi­chèle La­chows­ky­se­dit plu­tôt fa­vo­rable à « es­sayer de com­prendre ce qui se passe ». « On est trop pré­oc­cu­pés par “ré­pa­rer la sexua­li­té”, peut-être parce qu’au­jourd’hui, onen­parle trop, et sur­tout on l’as­so­cieàune no­tion de per­for­mance » , s’ir­rite-t-elle. La sexua­li­té est affaire per­son­nelle et chaque couple un cas par­ti­cu­lier. « Quand un couple, au bout de quelques an­nées, ne se re­trouve plus, on ne l’en­voie pas à la phar­ma­ciea­che­ter une pi­lule rose ou bleue! Au­cune pi­lule ne sti­mule l’amour. Par contre, on­peut se ren­sei­gner sur la fa­çon dont le couple en­vi­sage la sexua­li­té, éven­tuel­le­ment les pous­serà­mo­di­fier leur fa­çon de pen­ser… S’il le de­mande! »

(Photo N.-M.)

« Au­cune pi­lule, qu’elle soit rose ou bleue, ne sti­mule l’amour », s’em­porte Mi­chèle La­chows­ky.

Mi­chèle La­chows­ky

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.