Aman­da Aiel­lo, vice-cham­pionne du monde de Triathle

Monaco-Matin - - La Une - PIERRE DU TERRAIL

Pour un coup d’es­sai, c’était un coup de maître. Fin oc­tobre en Flo­ride, par­mi plus de 500 ath­lètes ve­nant de 25 pays, la Mo­né­gasque Aman­da Aiel­lo se me­su­rait pour la pre­mière fois aux meilleures ath­lètes mon­diales du Triathle. Après son titre de vi­ce­cham­pionne du Monde de La­ser Run en sep­tembre au Por­tu­gal, la pentath­lète pour­sui­vait son en­traî­ne­ment sans re­lâche. Dis­ci­pline ex­traite du Pentathlon mo­derne, le triathle se com­pose de quatre sé­ries en­chaî­nant le tir au pis­to­let la­ser, la na­ta­tion et la course à pied en conti­nu. Sous le so­leil de Sa­ra­so­ta, l’asé­miste s’est oc­troyée la deuxième place der­rière la cham­pionne du Monde en titre, l’Es­pa­gnole Na­ta­lia San­chez, et de­vant l’im­pres­sion­nante Amé­ri­caine Ter­rie Hoops. « J’ap­pré­hen­dais la nage dans ce lac ar­ti­fi­ciel. L’eau était boueuse et on ne voyait même pas ses mains de­vant soi, sans par­ler des autres concur­rents que l’on co­gnait in­vo­lon­tai­re­ment. Don­ner des coups veut for­cé­ment dire en prendre aus­si. Les tran­si­tions, c’es­tà-dire re­ti­rer les chaus­sures avant et les re­mettre après la na­ta­tion, c’est un geste que je pen­sais ne pas bien maî­tri­ser, or j’ai été plu­tôt ra­pide à chaque fois. En fin de compte, le tir, que j’avais beau­coup tra­vaillé, s’est ré­vé­lé plu­tôt moyen à cause des ra­fales de vent. » ra­con­tait Aman­da à son re­tour.

Ju­lie La­faye bien­tôt maman

« C’était une évi­dence. Pour l’avoir conseillée, sup­por­tée et ac­com­pa­gnée dans sa pré­pa­ra­tion ces der­nières se­maines, Aman­da, avait sa place sur le po­dium » ren­ché­rit Ju­lie La­faye, sa col­lègue d’en­traî­ne­ment, ac­tuel­le­ment au re­pos pour cause de ma­ter­ni­té pro­chaine. Bien dé­ter­mi­née à pro­gres­ser en­core, Aman­da Aiel­lo conti­nue ses en­traî­ne­ments en Prin­ci­pau­té, tou­jours avec l’aide pré­cieuse de Fa­bienne Pa­set­ti pour le tir, à la Ca­ra­bine de Mo­na­co. « Fa­bienne a l’art de dis­til­ler son sa­voir dans la joie et la bonne hu­meur mais avec ce qu’il faut de ri­gueur » ex­plique Aman­da. Les pro­chaines dates im­por­tantes ne sont pas en­core fixées mais l’ob­jec­tif des cham­pion­nats d’Eu­rope de Pentathlon mo­derne en 2017 est dé­jà en ligne de mire. « Après un peu de re­pos, je dois sé­rieu­se­ment re­prendre la na­ta­tion ain­si que les tours de piste avec l’ASM Ath­lé­tisme et l’épée avec le club d’es­crime de Mo­na­co. L’es­crime, c’est là où je peine le plus pour le mo­ment. Il n’y a qu’en mul­ti­pliant les com­bats que je ga­gne­rai en ex­pé­rience pour y ar­ri­ver » .

Sa­voir + Pour tout ren­sei­gne­ment concer­nant le pentathlon mo­derne, té­trath­lon, triathle, bi­athle ou le la­ser- run à Mo­na­co, contac­tez le 07.61.14.90.03 ou vi­si­tez www.uipm­world.org.

(Pho­to UIMP Nu­no Gon­çalves)

Aman­da Aiel­lo, à gauche, heu­reuse sur la deuxième marche du po­dium en Flo­ride.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.