Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

LEMAIREOFFENSIF

A une se­maine du pre­mier tour de la pri­maire, Bru­no Le Mai­ren’en­tend pas cé­der un pouce de ter­rain. Le vi­sa­ge­du re­nou­veauà­droite (même si Jean-Fré­dé­ricPois­son en­tend lui pi­quer ce titre : « Je suis le seul nou­veau à cette élec­tion », glisse-t-il) ré­clame des me­sures fortes, una­na­près les at­ten­tats is­la­mistes du  no­vembre  àPa­ris : « Ce qui compte, c’est de mettre en place une jus­tice d’ex­cep­tion, pour in­ter­pel­ler les in­di­vi­dus avant qu’ils ne passent à l’acte », lâche-t-il sur BFM. Concrè­te­ment, il ré­clame une in­car­cé­ra­tion des fi­chés S les plus sen­sibles, sous contrô­ledes juges : « Ce­la ne veut pas dire in­car­cé­rer tous les fi­chés S, ce­la n’au­rait pas de sens ». Pe­ti­te­pi­queàNi­co­las Sar­ko­zy, qui veut en­fer­mer ces fi­chésS­dans ces centres de ré­ten­tio­nad­mi­nis­tra­tive.

FILLON (TROP) CONFIANT?

« Je se­rai au se­cond tour ». Dans le JDD, Fran­çois Fillon le dit deux fois. Les der­niers son­dages– aux­quels plus per­sonne ne croit de­puis la faillite de l’élec­tion de Donald Trump – semblent don­ner des ailes à l’an­cien Pre­mier mi­nistre. « Jusque-là, dès que j’ar­ri­vais quelque part en­pro­vince, un jour­na­lis­teme ten­dait son mi­cro avec com­pas­sion : “Vous y croyez en­core ?” », ra­conte-t-il avec gour­man­dise. « Au­jourd’hui, on­me­de­mande jus­qu’où­ma cam­pa­gne­peut al- ler ». De­puis le dé­but, lui s’en­or­gueillit de par­ler du fond, quand « cer­tains perdent leur sé­rieux en par­lant de frites et de jam­bon ». Il est vrai que les Fran­çais n’aiment pas qu’on leur im­pose un scé­na­rio. Mais qui sait : la sur­prise vien­drat-elle de Fillon… ou d’un de ses ad­ver­saires ?

JUP­PÉ ET LES RG

Alain Jup­péaen­core trou­véun­moyen de cri­ti­quer Ni­co­las Sar­ko­zy. Sur France , le fa­vo­ri des son­da­ge­saat­ta­qué son ri­val, qui l’avait pour­tant nom­mé mi­nistre : « Nous avons fait une er­reur avant  en sup­pri­mant les ren­sei­gne­ments gé­né­raux, le ren­sei­gne­ment ter­ri­to­rial ». Avant d’ad­mettre : « Il faut re­con­naître ses er­reurs et j’en étais ». De làà­dire qu’il était co­res­pon­sable…

UN PEU DE RES­PECT

« Nous avons in­ven­té les pri­maires et main­te­nant nous sommes imi­tés par la droite ». Sur Eu­rope , le­mi­nis­tredes Af­faires étran­gères, Jean-Marc Ay­rault, se re­belle, iro­ni­seet goû­te­même le « sus­pense » de cet­te­pri­mai­reà­droite. Au pas­sage, il rap­pelle que « c’est la pri­maire so­cia­lis­te­qui dé­si­gne­ra­qui se­ra le can­di­dat so­cia­liste ». Avec Fran­çois Hol­lande comme can­di­dat ? « Ilaan­non­cé et il a re­dit qu’il pren­drait sa dé­ci­sion au mois de dé­cembre et qu’il l’an­non­ce­rait à ce­mo­ment-là, est ce qu’on ne peut pas un peu le res­pec­ter ? C’est le mi­ni­mum ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.