Cham­pions tout ter­rain

Les meilleurs ré­gio­naux, Pas­cale Mal­lu­ret de l’US Cagnes et Fré­dé­ric Gayol de l’ASPTT Nice ont un point com­mun : ils vibrent pour le trail et la route. La pas­sion de la course au sens large

Monaco-Matin - - Sports - FAB.P.

Fré­dé­ric Gayol, 40 ans, a pas­sé la ligne d’ar­ri­vée en 2h43’43’’. Le vi­sage ferme et fa­ti­gué. Mais sa­tis­fait du tra­vail ac­com­pli. Et pour cause... « J’ai souf­fert quelques jours avant le dé­part d’une throm­bose au mol­let, et j’ai tou­jours un peu mal, ex­pli­quait-il lu­cide à l’ar­ri­vée. J’ai ten­té un coup de bluff et au fi­nal, je suis content de moi. Ilya2ans, j’avais ter­mi­né en 2h37 ». Le li­cen­cié de l’ASPTT Nice a ter­mi­né pre­mier ré­gio­nal. Un clas­se­ment où seuls les cou­reurs por­tant le maillot du club fi­gu­raient au pal­ma­rès. Chez les femmes, Pas­cale Mal­lu­ret est pas­sée sous la barre des 3h30. « C’était mon ob­jec­tif, confir­mait-elle. Mais j’ai vrai­ment pris beau­coup de plai­sir. Je n’ai pas re­gar­dé ma mon­treet au fi­nal, je signe un chro­no de 3h23’41’’.» Sans­pres­sion ? « Ab­so­lu­ment pas, c’était une belle jour­née pour cou­rir. Au fi­nal, je dois être 50e fé­mi­nine, mais à 54 ans, c’est pas mal », sou­riait-elle. Et les vain­queurs dans tout ça ? « Fran­che­ment, c’est une autre pla­nète » , lâ­chait ad­mi­ra­tive Pas­cale. « J’ai énor­mé­ment de res­pect pour ces ath­lètes ke­nyans ou éthio­piens », in­sis­tait Fré­dé­ric avant de pour­suivre : « quan­don les re­garde cou­rir, on a l’im­pres­sion que c’est fa­cile. Alors qu’ils vont juste à la

même al­lure que moi quand je fais un 10 km » , ri­go­lait cet en­sei­gnant en bio­lo­gie à So­phia pour les fu­turs vé­té­ri­naires. Fré­dé­ric Gayol est un ha­bi­tué­du­dé­pas­se­ment de

soi.

« Pas la même dou­leur »

Le Ni­çois a été mé­daillé de bronze aux der­niers cham-

pion­nats de France de trail (mas­ter 1) et a long­temps pra­ti­qué le ski al­pinà­haut ni­veau au sein de l’équipe de france uni­ver­si­taire. « En fait j’ai com­men­cé tard la

course à pied. Au dé­but, ce­la fai­sait par­tie de ma pré­pa­ra­tion sur le plan fon­cier. Et ça m’a plu » . En 2017, il ai­me­rait se lan­cer dans le trail longue dis­tance. La mon­tagne, c’est jus­te­ment aus­si le do­maine d’ex­pres­sion pri­vi­lé­gié de la Ca­gnoise Pas­cale qui fai­sait avant de la na­ta­tion. « Di­sons que sur la route, le but est de te­nir une ca­dence et un rythme. Alors qu’en trail, on joue plus les équi­li­bristes avec des mon­tées en puis­sance et des des­centes tech­niques. Ce n’est pas la même dou­leur » , ex­pli­quait Fré­dé­ric. « Mais le trail et la route sont com­pa­tibles » , pré­ci­sait Pas­cale qui se sert de la route pour « tra­vailler la vi­tesse » . Il y a donc de fortes chances de les croi­ser en­core sur les grands ren­dez­vous.

(Ph P.La­poi­rie)

Pas­cale Mal­lu­ret ter­mine pre­mière fé­mi­nine ré­gio­nale avec un temps de h’’’ et Fré­dé­ric Gayol l’em­porte chez les hommes en h’’’

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.