Di­ver­si­téde gé­né­ra­tion en en­tre­prise: les cinq idées à re­te­nir Ça buzze

Le ré­seau Les en­tre­prises pour la ci­té vient de rendre pu­blique son étude sur les sté­réo­types que l’on peut avoir en en­tre­prise concer­nant les gé­né­ra­tions. Sur­pre­nante

Monaco-Matin - - L’économie - CHRISTELLE LE­FEBVRE cle­febvre@ni­ce­ma­tin.fr

Quel regard les gé­né­ra­tions X, Yet les se­niors portent-ils sur leur col­lègue? Le ré­seau Les en­tre­prises de la ci­té oeuvre pour faire bou­ger les lignes sur les in­éga­li­tés en en­tre­prise. Dans les AM, ila­pro­fi­té de la re­mise des prix de son concours pho­to 2016 pour le­ver le voile sur son étude sur les Sté­réo­types entre gé­né­ra­tions. Elle a été me­née en par­te­na­riat avecVa­leurs et dé­ve­lop­pe­ment et conduite au­près de 3000 ma­na­gers­sur trois gé­né­ra­tions au tra­vail: lesY(20-35ans), lesX(36-49 ans) et les se­niors (50 ans et plus). De quoi nour­rir les ac­tions à me­ner pour dé­cons­truire ces sté­réo­types se­lon Éli­sa­beth Fuchs, di­rec­trice PACA du ré­seau.

. Les traits des uns

Ce­la res­sort des dé­cla­ra­tifs des gé­né­ra­tions sur el­les­mêmes et sur les autres. Les Y sont pres­sés et im­pa­tients. Les S sont en at­tente de re­con­nais­sance et veulent conti­nuer à être for­més car in­ves­tis dans leur poste. LesXont be­soin d’être iden­ti­fiés so­cia­le­ment.

. Bonne entente entre S et Y

L’étude dé­montre que les Y et lesSont plu­tôt de bonnes re­la­tions pro­fes­sion­nelles entre eux. Une fois les sté­réo­types liés aux codes com­por­te­men­taux dé­pas­sés, la col­la­bo­ra­tion se fait na­tu­rel­le­ment, cha­cun iden­ti­fiant clai­re­ment ce que l’autre peut lui ap­por­ter.

. Les X plus ten­dus

Les X ont des re­la­tions plus ten­dues avec les deux autres gé­né­ra­tions. Gé­né­ra­le­ment igno­rés des po­li­tiques RHdes en­tre­prises, lesX­piochent dans les com­pé­tences des S (ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle et ma­na­gé­riale) et celles desY(dy­na­misme, in­no­va­tion et créa­ti­vi­té) pour se construire une image très po­si­tive d’eux-mêmes. Ce­la en­gendre une cer­taine con­cur­rence entre lesXet les Y, voire entre les X et les S.

. Gé­né­ra­tion S

L’étude ré­vèle que l’en­tre­prise dis­pose de le­viers­pour lut­ter contre les pré­ju­gés à l’ori­gine de ten­sions dans les équipes. À com­men­cer par rem­pla­cer le terme se­nior par gé­né­ra­tion S ou en­core une meilleure in­té­gra­tion de la gé­né­ra­tion X dans les po­li­tiques RH.

. Une in­ter­gé­né­ra­tion bé­né­fique

La di­ver­si­té est vé­cue com­meune ri­chesse. L’étude met en avant une conscience par­ta­gée de l’in­té­rêt de tra­vailler de ma­nière in­ter­gé­né­ra­tion­nelle. X, Y ou S le

voient comme bé­né­fique pour tout le monde. Étude com­plète sur im­sen­tre­prendre.com/pu­bli­ca­tions.

(Pho­to C.L.)

Re­mise des prix in­ter­gé­né­ra­tion­nelle à l’Ed­hec : su­per dy­na­mique !

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.