La Poste adapte sa stra­té­gie en zone ur­baine Face à la ré­dac­tion

Baisse du vo­lume du cour­rier, hausse des ha­bi­tudes de consom­ma­tion via In­ter­net, La Poste change de vi­sage pour col­ler à son temps. En sec­teur ru­ral comme en ville

Monaco-Matin - - L’économie -

Quelle stra­té­gie al­lez-vous dé­rou­ler dans le dé­par­te­ment? Elle s’ins­crit dans celle du groupe La Poste, or­ga­ni­sé en branche de­puis , date du plan Con­qué­rir l’ave­nir qui va jus­qu’en . La branche Cour­rier Co­lis s’oc­cupe de la concen­tra­tion et dis­tri­bu­tion du cour­rier et des co­lis. La branche nu­mé­rique a été créée pour nous dé­ve­lop­per au­de­là de la proxi­mi­té phy­sique, notre va­leur pre­mière. La branche Géo­poste s’oc­cupe de tout ce qui est co­lis express, à l’in­ter­na­tio­nal. La Banque Pos­tale re­groupe tous les mé­tiers de la banque. Et le Ré­seau est le point de conver­gence des autres branches. C’est le ré­seau de dis­tri­bu­tion com­mer­cia­li­sa­teur des pro­duits et ser­vices du groupe.

Quel est son vi­sage ac­tuel? Le Ré­seau compte   points de contact, qui, se­lon la loi de pré­sence pos­tale de , ne peuvent être di­mi­nués. On peut les aug­men­ter mais pas les ré­duire.

Pour au­tant, vous adap­tez votre pré­sence…

Le contexte en­vi­ron­ne­men­tal nous y oblige. Nous comme tous les grands groupes. Nous nous adap­tons d’abord à l’évo­lu­tion des ha­bi­tudes de consom­ma­tion des clients qui passent da­van­tage via le web. La baisse du vo­lume cour­rier, c’est  % par an. La baisse de fré­quen­ta­tion des bu­reaux de poste est de - à - %. En dix ans, nous sommes pas­sés de , mil­lions de clients par jour fré­quen­tant les bu­reaux à , mil­lion. Ça ne veut pas dire que les clients désaf­fec­tionnent les pro­duits pos­taux­mais ils les consomment au­tre­ment.

C’est aus­si vrai dans le ban­caire? Avec la di­gi­ta­li­sa­tion, hors re­trait d’es­pèces,  % des opé­ra­tions se font hors agences phy­siques. C’est une grosse de ten­dance de fond qui amène l’en­semble des réseaux à bais­ser la maille. Comment adap­ter notre pré­sence tout en res­tant at­trac­tif pour nos clients et en con­qué­rir de nou­veaux, c’est tout l’en­jeu. En plus du ré­seau phy­sique, il nous faut dé­ve­lop­per un ré­seau di­gi­tal nu­mé­rique. Cé­line Barre: « Nos es­paces com­mer­ciaux se ré­in­ventent pour être plus at­trac­tifs. »

La ré­gle­men­ta­tion ban­caire marque aus­si votre or­ga­ni­sa­tion? Dans la struc­ture de coût d’une banque, elle pèse plus au­jourd’hui qu’hier. Et puis il y a le contexte des taux bas. Là aus­si, la lo­gique de ren­ta­bi­li­té et le­mo­dèle éco­no­mique sur les­quels

l’en­semble des banques de dé­tails est construit sont à re­pen­ser. Du coup, il faut adap­ter notre pré­sence. Trou­ver une forme qui reste at­trac­tive pour le client qui sou­haite fré­quen­ter l’agence ban­caire et le bu­reau de poste, et être dy­na­mique sur le di­gi­tal.

(Pho­to C.L.)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.