Trans­ports: mo­bi­li­ser les Points de vue

En pleine concer­ta­tion pu­blique sur la Ligne Nou­velle Pro­vence Côte d’Azur, la CCI ni­çoise s’est clai­re­ment en­ga­gée pour sa créa­tion. Quels in­té­rêts pour notre éco­no­mie?

Monaco-Matin - - L’économie - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR CHRISTELLE LE­FEBVRE ET KA­RINE WENGER

Dans les concer­ta­tions pu­bliques, c’est ter­rible, mais ce sont tou­jours les voix contre qui s’ex­priment. Les pour ou­blient de se ma­ni­fes­ter. Celle ac­tuel­le­ment en­ga­gée dans le cadre de la Ligne Nou­velle Pro­vence Côte d’Azur n’échappe pas à la règle. La CCI Nice Côte d’Azur qui, nor­ma­le­ment, n’a pas de pré­ro­ga­tives en ma­tière de trans­ports s’en­gage en fa­veur de sa créa­tion et in­vite les en­tre­pre­neurs à se po­si­tion­ner. Jeu­di, le Club de l’Eco de Nice-Ma­ti­na­don­né l’oc­ca­sionà ses par­te­naires de faire va­loir leurs ar­gu­ments. Et ques­tion­ne­ments.

Pas­cal Ni­co­let­ti, vous êtes en charge des trans­ports à la CCI. Quelle est votre ac­tion ? Nous ne de­vrions pas en avoir puisque les trans­ports ne sont pas de la com­pé­tence de la chambre. Pour au­tant, le su­jet a des ré­per­cus­sions sur les en­tre­prises et leur ac­ti­vi­té et nous nous en pré­oc­cu­pons.

De quelle ma­nière ? Nous tra­vaillons sur la ca­pa­ci­té d’ac­cé­der aux zones d’ac­ti­vi­té, sur la meilleure ef­fi­ca­ci­té du ver­se­ment trans­port payé par les en­tre­prises, c’est plus de cent mil­lions par an sur le  ser­vant à fi­nan­cer es­sen­tiel­le­ment des réseaux de bus ur­bains. Nous avons en­ga­gé une ré­flexion pra­tique sur ce que nous pen­sons qu’il fau­drait faire, sur des re­mises en cause de la carte ter­ri­to­riale et sur des idées nou­velles. Nous vou­lons être en contact avec tous ceux qui amènent des so­lu­tions.

Où en est-on ? L’am­bi­tion de la Ligne Nou­velle reste que Mar­seille SaintC­harles ne soit plus une gare cul- de-sac. Et que la ligne Cannes-Mo­na­co, ligne unique sup­por­tant tous les types de cir­cu­la­tion (TER, TGV, Fret), ligne la plus char­gée hors Île- de-France, qui a le taux de ré­gu­la­ri­té le plus faible de France, ne soit plus sa­tu­rée. On a au­jourd’hui trois TER par heure entre Nice et Cannes, et la de  ligne dont  en tun­nel d’ici 

Une nou­velle ligne fer­ro­viaire peut en être une ? Elle en est une pour mailler le Pas­cal Ni­co­let­ti, élu en charge du trans­port à la CCI Nice Côte d’Azur (à gauche) : « Nous sommes pour la Ligne Nou­velle, pour ses nou­velles gares à So­phia et Nice Aé­ro­port, et pour la connexion entre tous les moyens de trans­ports. »

ter­ri­toire en . D’ici là, il fau­dra bien trou­ver d’autres so­lu­tions. Mais il ne faut pas pas­ser à cô­té de cette ligne et se mo­bi­li­ser pour sa réa­li­sa­tion.

tech­no­pole de So­phia qui compte   em­plois n’a au­cune des­serte fer­ro­viaire. Le but avec la Ligne Nou­velle sur les Al­pesMa­ri­times est d’avoir deux lignes en , avec une boucle fer­ro­viaire entre Cannes et Nice.

L’in­té­rêt est de construire le « RER » Côte d’Azur ? Et d’avoir un ré­seau dé­par­te­men­tal fiable, des trains plus nom­breux, plus ponc­tuels entre les villes et pôles éco­no­miques azu­réens. Pour mon­ter à dix TER par heure entre Nice et Cannes, et ral­lier Ni­ceSo­phia en huit mi­nutes. On parle des trains du quo­ti­dien, d’une meilleure flui­di­té du tra­fic. On parle d’ajou­ter des équi­pe­ments. La prio­ri­té de la concer­ta­tion est de fixer les po­si­tion­ne­ments de gares et de ligne. Il l’est. L’ob­jec­tif de la concer­ta­tion est aus­si dans un temps , de ga­gner énor­mé­ment de temps, pas uni­que­ment pour flui­di­fier notre ré­seau lo­ca­le­ment mais aus­si pour faire Ni­ceMar­seille à terme en  h .

En quoi consiste cette Ligne Nou­velle ? On parle de  ki­lo­mètres de ligne entre Cannes et l’aé­ro­port de Nice en pas­sant par la val­lée de la Siagne à l’ouest des Al­pesMa­ri­times.  ki­lo­mètres en tun­nel et seule­ment  ki­lo­mètres en aé­rien. La com­mande est aus­si de créer deux gares : une à l’aé­ro­port de Nice pour une connec­tion mul­ti­mo­dale avion, bus, tram, train et une gare dite Ouest Alpes-Ma­ri­times.

Qu’est-ce qui bloque ? Ça fait deux ans que la concer­ta­tion est ou­verte et on peut re­gret­ter que des ac­teurs po­li­tiques ar­rivent seule­ment main­te­nant avec des idées, bonnes ou pas. Mais à part Biot qui bloque to­ta­le­ment, parce que ne vou­lant pas que la ligne passe par son ter­ri­toire, la dis­cus­sion porte plu­tôt sur le­meilleur em­pla­ce­ment à adop­ter pour la gare Ouest. A la CCI, nous sou­hai­tons très clai­re­ment que cette gare ouest soit au nord de l’au­to­route, des­ser­vant le bas­sin de So­phia et tout ce qui tourne au­tour. « Cette Ligne Nou­velle est notre der­nière chance d’avoir une grande ins­tal­la­tion fer­ro­vière dans la ré­gion. La pré­cé­dente date de . L’ins­tal­la­tion ac­tuelle est sa­tu­rée à  % et elle est vé­tuste. D’où les pro­blèmes. Il ne faut pas lou­per le coche. Gain sur la pol­lu­tion, sur les em­bou­teillages, désen­cla­ve­ment : les in­té­rêts à cette Ligne Nou­velle sont mul­tiples. Si le pro­jet est ce­lui de la SNCF, l’am­bi­tion de la Ré­gion est de mo­bi­li­ser à nou­veau et d’en être la col­lec­ti­vi­té lo­co­mo­tive. Nous mon­trons com­bien ce pro­jet nous tient à coeur en por­tant de , à  M€ notre par­ti­ci­pa­tion au fi­nan­ce­ment des études. Nous avons ob­te­nu près de , M€ de l’Eu­rope. Il faut te­nir le ca­len­drier. La concer­ta­tion se ter­mine le  dé­cembre. L’ob­jec­tif est d’avoir une dé­ci­sion mi­nis­té­rielle sur le tra­cé en , l’en­quête pu­blique en , la dé­cla­ra­tion d’uti­li­té pu­blique en  pour un dé­but des tra­vaux en . Le chan­tier cor­res­pond à   em­plois di­rects sur la Ré­gion.

Au­jourd’hui, le prin­cipe de ligne est ac­quis ?

Phi­lippe Ta­ba­rot, vi­ce­pré­sident de la Ré­gion en charge des Trans­ports.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.