Une riche idée

Monaco-Matin - - Détente -

Sans doute M. Donald Trump va-t-il faire souf­fler un peu d’air – si­non frais du moins cli­ma­ti­sé – sur la po­li­tique fran­çaise. Cons­ter­né par les ca­la­mi­teux ré­sul­tats d’un pau­pé­risme mi­nis­té­riel où les vieux vé­los fi­gu­raient à la place d’hon­neur dans les pa­tri­moines trans­pa­rents, nous de­vons pas­ser à un autre sys­tème. Par exemple à l’élec­tion de chefs d’Etat mil­liar­daires qui sau­ront s’en­tou­rer de col­la­bo­ra­teurs aus­si pros­pères qu’eux. Rien que des avan­tages. D’abord les cam­pagnes élec­to­rales ne se­ront plus à la charge des contri­buables mais des can­di­dats eux-mêmes. En­suite, les gros ma­lins qui ont fait leur pe­lote avant de tâ­ter du suf­frage uni­ver­sel ne se­ront plus ten­tés de pui­ser dans les caisses pu­bliques. En­fin, nous se­rons en droit d’es­pé­rer qu’ils condui­ront nos af­faires aus­si bien qu’ils ont su me­ner les leurs. Le mil­liar­daire a des femmes très belles qu’il couvre da­van­tage de bi­joux que de son corps. Le mil­liar­daire a de beaux en­fants qui, quelques soient leurs ré­sul­tats sco­laires, ob­tien­dront très tôt des fau­teuils dans les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion. Le mil­liar­daire sent bon puis­qu’il peut dé­pen­ser en eau de toi­lette ce que les autres consacrent aux ti­ckets de mé­tro. Le mil­liar­daire re­chigne en­core moins à la dé­pense pour di­vor­cer que pour se ma­rier. Le mil­liar­daire est ado­ré car il donne des pour­boires à tout le monde. Le mil­liar­daire n’est ja­loux de per­sonne. Contrai­re­ment au mil­lio

naire...

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.