Les bra­queurs de la­bi­jou­te­rie de Nice TNL sous les ver­rous

Trois se­maines après le spec­ta­cu­laire bra­quage dans la ga­le­rie de Car­re­four TNL à Nice, deux jeunes mal­fai­teurs ont été ar­rê­tés par la PJ et écroués hier soir par le juge d’ins­truc­tion

Monaco-Matin - - Côte d’Azur - CH­RIS­TOPHE PER­RIN chper­rin@ni­ce­ma­tin.fr

Ils avaient pro­vo­qué une vé­ri­table peur pa­nique, le sa­me­di 29 oc­tobre, en fai­sant ir­rup­tionà­mo­to et à scoo­ter­dans la très fré­quen­tée ga­le­rie com­mer­ciale de Ni­ceTNL. Cas­qués, ar­més, ils étaient en­trés par le bou­le­vard Del­fi­no, avaient neu­tra­li­sé un vi­gile puis, dans un ef­frayant va­carme, vo­lé des bi­joux de la bou­tique His­toire d’Or après avoir fra­cas­sé des­vi­trines à la­masse. Ils avaient au pas­sage me­na­cé et as­per­gé de gaz la­cry­mo­gène des clients. La po­lice ju­di­ciaire n’a pas tar­dé à rat­tra­per les trois au­teurs pré­su­més­dece spec­ta­cu­laire bra­quage au bu­tin, somme toute, mo­deste puis­qu’il ne se­rait que de 10 000 eu­ros. Hier soir, deux jeunes mal­fai­teurs, dé­jà connus de la justice pour des tra­fics de stu­pé­fiants, des vols avec ef­frac­tio­netdes vio­lences, ont été pré­sen­tésàun­juge d’ins­truc- tion. Ils ont été mis en exa­men pour vo­là­main ar­mée, as­so­cia­tion de mal­fai­teurs et écroués.

Rat­tra­pés par leur ADN

Comme sou­vent dans ce genre d’en­quête, les pre­mières heures sont cru­ciales et elles ont été fa­vo­rables aux en­quê­teurs. Très vite, la­mo­to et le scoo­terTMaxé­taient re­trou­vés rue­del’Ab­bé-Sal­vet­ti, àquelques cen­tai­nes­de­mètres à l’Est­du lieu­du hold-up. Les deux-roues, tous deux si­gna­lés vo­lés, étaient as­per­gés de poudre d’ex­tinc­teur pour ef­fa­cer toute trace. Les in­ves­ti­ga­tions pour re­cons­ti­tuer l’iti­né­raire de fuite des mal­fai­teurs per­met­taien­taux en­quê­teurs de laBRBd’iden­ti­fier quelques jours plus tard un pre­mier sus­pect, un homme de 32 ans, ori­gi­naire de la ré­gion pa­ri­sienne mais ins­tal­lé à Nice, pro­prié­taire d’une Ford­blanche. « Ce Mon- sieur pré­ten­dait qu’il avait prê­té­sa­voi­tu­reàdes in­di­vi­dus dont il ne sou­hai­tait pas don­ner le nom mais il y avait suf­fi­sam­ment d’ob­jets (casques, ca­goules…) dans sa voi­ture pour es­pé­rer iden­ti­fier des com­plices », pré­cise le com­mis­saire Phi­lippe Fri­zon, le chef de l’an­tenne de PJ de Nice. Le pre­mier sus­pect, mal­gré ses dé­né­ga­tions, était écroué dans le­ca­drede l’en­quê­tede fla­grance. Sous contrôle ju- di­ciai­re­du­fait de so­nim­pli­ca­tion dans un tra­fic de stu­pé­fiants, son ADN avait été re­trou­vé entre-temps sur une ca­goule. Les ana­lyses scien­ti­fiques des autres pièces à convic­tion ont per­mis d’iden­ti­fier la se­maine der­nière deuxautres jeu­nesNi­çois dé­fa­vo­ra­ble­ment connus. Mar­di, laBRB as­sis­tée de l’an­ti­gang (BRI), pro­cé­daient à l’in­ter­pel­la­tion de trois sus­pects âgés de 22 à 24 ans, dont un se­ra ra­pi­de­ment­mis hors de cause. Lors des gardes à vue, les deux autres « ont re­con­nu leur par­ti­ci­pa­tion », a in­di­qué le chef de la PJ. Ils ont été dé­fé­rés­de­vant le ju­ged’ins­truc­tion­pou­rêtre mis enexa­men dans un­dos­sier de na­ture cri­mi­nelle et donc pas­sible de la cour d’as­sises. Les in­ves­ti­ga­tions se pour­suivent sur ce trio qui n’en était­peut-être­pasà­son coup d’es­sai.

(Pho­to d’archives Fran­çois Vi­gno­la)

Des té­moins, le  oc­tobre, avaient cru à un at­ten­tat quand des hommes ar­més, ju­chés sur des mo­tos, ont at­ta­qué une bi­jou­te­rie de la ga­le­rie de Car­re­four TNL.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.