Ra­ma Yade : « La ru­ra­li­té est une va­leur d’ave­nir »

Can­di­date in­dé­pen­dante à la pré­si­den­tielle, l’an­cienne se­cré­taire d’Etat de Ni­co­las Sar­ko­zy veut dé­fendre les ter­ri­toires ru­raux et re­cen­trer l’édu­ca­tion sur les sa­voirs fon­da­men­taux

Monaco-Matin - - France - THIER­RY PRUDHON tprud­hon@ni­ce­ma­tin.fr

Elle aus­si veut concou­rir à la pré­si­den­tielle. Acon­di­tion de réunir les cinq cents par­rai­nages in­dis­pen­sables. Ra­ma Yade sillonne donc la France sans re­lâche. El­le­vient de pas­ser deux jours dans lesAlpes-Ma­ri­times, à la ren­contre de maires in­dé­pen­dants, ru­raux es­sen­tiel­le­ment, in­car­na­tion de cette « France pé­ri­phé­rique » qu’elle as­pire à re­pré­sen­ter. « Par­mi les po­pu­la­tions que les autres ne dé­fendent plus, il y a les jeunes, les femmes, les quar­tiers po­pu­laires et les ter­ri­toires ru­raux, qui souffrent des­mêmes aban­dons et des­mêmes dis­cri­mi­na­tions. C’est cette France des grands ou­bliés qui m’in­té­resse, parce qu’elle a une part de dis­si­dence qui fait écho à mon propre par­cours » , sou­ligne l’an­cienne se­cré­taire d’Etat aux Af­faires étran­gères puis aux Sports, au­jourd’hui en rup­ture avec les par­tis tra­di­tion­nels. Pour au­tant, Ra­ma Yade ne veut pas être ré­duite à une can­di­date an­ti-sys­tème. « Moi, j’ai l’am­bi­tion de construire un autre sys­tème, un sys­tème al­ter­na­tif. L’an­ti-sys­tème ne fait pas un pro­jet po­li­tique. Je veux por­ter un pro­jet fon­dé sur la so­cié­té ci­vile, l’in­no­va­tion dé­mo­cra­tique, l’in­no­va­tion éco­no­mique, l’in­no­va­tion édu­ca­tive… »

Gre­nelle de la ter­ri­to­ria­li­té

Le pro­gramme de La France qui ose, son slo­gan, s’ap­puie no­tam­ment sur un ma­ni­feste de la ru­ra­li­té, qui vise à contre­car­rer l’étouf­fe­ment des com­munes. « Sous cou­vert de­mo­der­ni­sa­tion, la loi NOTRe re­cen­tra­lise et mé­tro­po­lise. Or, on ne peut pas faire dis­pa­raître la seule com­mu­nau­té de vie que les Fran­çais re­con­naissent. A force de conti­nuer ain­si, on va trans­for­mer le maire en por­tier et dé­struc­tu­rer le tis­su so­cial fran­çais, à un mo­ment où tout le monde est dé­jà en manque de repères. » Elle pro­pose donc un Gre­nelle de la ter­ri­to­ria­li­té, pour une ré­par­ti­tion plus équi­table des res­sources du pays. « La ru­ra­li­té n’est pas une va­leur du pas­sé, c’est une va­leur d’ave­nir. 70% des start-up s’ins­tallent dans les com­munes ru­rales, parce que la qua­li­té de vie y est meilleure et les loyers moins éle­vés. Mon pro­jet ru­ral, pour dé­ve­lop­per l’éco­no­mie cir­cu­laire et les em­plois verts, est fon­dé sur la connexion : par les tran­sports, le haut-dé­bit et les équi­pe­ments de proxi­mi­té liés à la culture et au sport, qui créent du lien entre les hommes. »

Une école de l’ex­cel­lence

L’an­cienne mi­nistre re­belle de Sar­ko­zy tient tou­te­fois à prendre ses dis­tances avec l’éco­lo­gie po­li­tique. « L’éco­lo­gie est une ques­tion d’in­té­rêt gé­né­ral qui doit échap­per à la lo­gique par­ti­sane. Je ne sup­porte plus l’éco­lo­gie pu­ni­tive, qui veut taxer, in­ter­dire, mettre des normes. L’éco­lo­gie est aus­si un com­bat so­cial et quand on taxe, ce sont les plus pauvres qui trinquent. » Elle sug­gère l’ins­tau­ra­tion d’une TVA so­ciale et en­vi­ron­ne­men­tale, qui se­rait « ré­duite sur les­pro­duits de pre­mière né­ces­si­té et alour­die sur les pro­duits conte­nant des em­bal­lages in­utiles ou des hy­dro­car­bures » . A re­bours de la dis­cri­mi­na­tion po­si­tive, Ra­ma Yade veut par ailleurs re­nouer avec une école de l’ex­cel­lence. « L’école n’a pas à être mo­derne, elle doit avoir pour pre­mière mis­sion l’ins­truc­tion, pas l’édu­ca­tion qui in­combe aux pa­rents. Il faut se concen­trer sur la transmission des sa­voirs fon­da­men­taux. La­part des op­tions ci­toyennes, qui gan­grène les agen­das des en­fants, doit être ré­duite. L’hy­giène buc­cale, la lutte contre l’ho­mo­pho­bie, l’éga­li­té hom­mes­femmes, la mo­rale sont des choses très im­por­tantes, mais qui n’ont rien à faire à l’école. Les cours de re­li­gion n’y ont pas da­van­tage leur place, si­non cha­cun ar­rive avec son his­toire. Une telle école va à la­dé­rive. » Elle pré­co­nise plu­tôt de res­tau­rer la mé­ri­to­cra­tie ré­pu­bli­caine par la créa­tion de col­lèges et ly­cées d’ex­cel­lence, « où l’on en­ver­rait les meilleurs élèves, en de­hors de toute carte sco­laire qui fige les in­éga­li­tés. On re­noue­rait ain­si avec la vraie­mixi­té, par le tra­vail, le mé­rite et l’ex­cel­lence » .

(Pho­to Franck Fer­nandes)

Ra­ma Yade, en quête de par­rai­nages pré­si­den­tiels, a ren­con­tré des maires azu­réens.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.