L’As­so­cia­tion fran­çaise des dia­bé­tiques, une épaule pour les ma­lades

Monaco-Matin - - Santé -

L’AFD   ( As­so­cia­tion fran­çaise des dia­bé­tiques des Alpes- Ma­ri­times) est très en­ga­gée au­près des ma­lades. Elle or­ga­nise chaque mois des réunions d’in­for­ma­tion et épaule les pa­tients et leurs proches. La clef de voûte de ce sys­tème: les pa­tients ex­perts. L’un d’eux n’est autre que le pré­sident de l’AFD   , Ja­cky Vol­let. « Notre rôle est d’être à cô­té des ma­lades pour les ai­der à mieux vivre le diabète. Nous les re­ce­vons au cours d’en­tre­tiens in­di­vi­duels ou de réunions de groupes, par­fois avec l’en­tou­rage afin que les proches puissent eux aus­si po­ser les ques­tions qui les tra­cassent. » Pour de­ve­nir pa­tients ex­perts, ils bé­né­fi­cient de for­ma­tions. « La pre­mière par­tie est faite à dis­tance par or­di­na­teur. On y ap­prend les res­sorts de la ma­la­die, les traitements, etc. La deuxième par­tie est sous forme de stage en à  jours. Nous y étu­dions les tech­niques d’ani­ma­tion, comment don­ner la pa­role, in­té­res­ser les par­ti­ci­pants, par exemple. La for­ma­tion est va­li­dée par un di­plôme. Il est pos­sible d’al­ler plus loin et de pas­ser le cer­ti­fi­cat d’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique du pa­tient. Par exemple, nous, à l’AFD   , nous in­ter­ve­nons dans les hô­pi­taux d’An­tibes, de Grasse ou en­core de Breil- sur- Roya dans le cadre des pro­grammes d’édu­ca­tion thé­ra­peu­tique. » No­tions scien­ti­fiques et mé­thodes d’ani­ma­tion per­mettent ain­si à ces pa­tients ex­perts de par­ta­ger leurs ex­pé­riences et de sou­te­nir les ma­lades, sur­tout lors des coups durs. Les membres du bu­reau de l’AFD   mul­ti­plient les ac­tions d’in­for­ma­tion. « Notre but est de don­ner tous les ren­sei­gne­ments que peuvent cher­cher les dia­bé­tiques, sur­tout ceux qui viennent d’être diag­nos­ti­qués » , sou­ligne Jean- Pierre Ro­ca, de l’AFD   . Ré­gu­liè­re­ment, ils re­çoivent des pro­fes­sion­nels de san­té pour éclai­rer les ma­lades et ré­pondre à leurs éven­tuelles in­quié­tudes. Par­mi eux, le Pr Ca­ni­vet, dia­bé-

to­logue, an­cien chef de ser­vice au CHU de Nice. Il sou­ligne l’im

por­tance de la pré­ven­tion : « Il y a en­core du tra­vail à faire sur ce plan. Le dé­pis­tage est pri­mor­dial car il y a en­core beau­coup de dia­bé­tiques qui s’ignorent ; parce qu’il s’agit de per­sonnes qui se sentent en bonne san­té et qui ne voient pas l’in­té­rêt de se faire dé­pis­ter. Les me­sures hy­gié­no- dié­té­tiques ( sport, ali­men­ta­tion) sont elles aus­si à prendre en consi­dé­ra­tion. Ty­pi­que­ment, un gros man­geur qui ne pra­tique pas de sport peut se dé­cou­vrir un diabète de type à   ans. Mais si on adapte son mode de vie pour qu’il soit plus sain, on peut en par­tie se pro­té­ger. » Con­tactAFD 06 : 06.03.93.12.11. ou par e-mail à afd06.vol­let@gmail.com

Ja­cky Vol­let ( ci- des­sus), pré­sident de l’AFD   , est pa­tient ex­pert. L’as­so­cia­tion or­ga­nise ré­gu­liè­re­ment des réunions pour les ma­lades, comme ici en pré­sence du Pr Ca­ni­vet.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.