La Grande So­phie : pay­sages émo­tion­nels en live à Cannes

Monaco-Matin - - Détente - LAU­RENCE LUCCHESI

Vi­sage mu­tin et sil­houette élan­cée, la Grande So­phie (LGS), du haut de son mètre soixante-dix-huit, est ma­ni­fes­te­ment ra­vie de se pro­duire àCannes dans le ca­dre­de­sa tour­née Nos his­toires. « C’est l’une de mes quatre der­nières dates, après plus d’un an sur les routes. J’éprouve d’ailleurs un pe­tit pin­ce­ment au coeur à l’idée que tout ce­la soit sur le point de s’ache­ver. Mais je me ré­jouis de pas­ser cette fois par Cannes, où je n’étais pas ve­nue de­puis sept ans. »

Fille du Sud

D’au­tant aus­si que c’est dans le sud-est, sous le soleil de Port-deBouc, tout près de Mar­seille, que cette belle plan­tea­pous­sé, entre un père tech­ni­cien­chezU­si­nor et une mère in­fir­mière li­bé­rale : « Je suis née à Thion­ville, en Mo­selle, mais ma fa­mille s’est éta­blie à Port-de-Bouc lorsque j’avais deux ans. Donc je me consi­dère comme une fille du Sud! J’y ai pas­sé mon en­fance, mon ado­les­cence, et c’est aux Beaux-Arts de Mar­seille que j’ai fait mes études. Et ma fa­mille y vit tou­jours ». Sur la scène du pa­lais des Fes­ti­vals, LGS in­ter­pré- te­ra des titres de son der­nier al­bum, mais pas que : « Je re­pren­drai aus­si mes an­ciennes chan­sons, ar­ran­gées au goût du der­nier al­bum. J’adore leur don­ner une autre vie, tout en conser­vant la mé­lo­die. Un peu comme si je leur of­frais une nou­velle col­lec­tion de vê­te­ments ». Le tout dans un es­prit ré­so­lu­ment po­si­tif: « Après La Place du fan­tôme, un al­bum très in­ti­miste, à l’oc­ca­sion du­quel j’étais al­lée fouiller au fond de moi des choses un peu sombres, j’avais en­vie de me tour­ner vers l’autre, vers quelque chose de beau­coup plus lu­mi­neux. Et l’élé­ment dé­clen­cheur, ça a été ma tour­née pré­cé­dente au Viet­nam. Rien ne s’y est pas­sé comme pré­vu pour les concerts, mais j’ai pu jus­te­ment dé­cou­vrir les gens. Et c’est ce qui m’a ins­pi­ré ce pre­mier titre de Nos his­toires, Ha­noï, très vite. Je me suis em­pa­rée de ma gui­tare si­tôt le der­nier concert ter­mi­né pour res­ti­tuer dans la fou­lée ces émo­tions. » De­sa ren­contre avec la ro­man­cière Del­phine de Vi­gan, avec la­quel­leelle par­ti­ra d’ailleurs de mars à mai 2017pour une­tour­née de lec­tures mu­si­cales, L’une et l’autre, cette ar­tiste sin­gu­lière a éga­le­ment fait une chan­son, Je n’ai rien vu ve­nir. Nos his­toires scellent aus­si les re­trou­vailles de La Grande So­phie, via un émou­vant pia­no-voix, Tu dors, avec sa com­plice de longue date Jeanne Che­rhal. « Je vais sans doute pos­tu­ler avec elle pour le re­cord­de­duos dans le Gui­ness », sou­rit-elle. Sans ou­blier une autre per­son­na­li­té em­blé­ma­tique de cet opus, celle de Ma­ria Yu­di­na, pia­niste russe ré­sis­tante à l’op­pres­sion sta­li­nienne, dis­pa­rue en 1970, à la­quelle elle voue une fer­vente ad­mi­ra­tion. Une tra­ver­sée de pay­sages émo­tion­nels très va­riée, donc, que celle concoc­tée par cette ar­tiste à la fois in­clas­sable et dé­fi­ni­ti­ve­ment at­ta­chante.

La Grande So­phie. Ven­dre­di 25 no­vembre, à 20h30. Pa­lais des Fes­ti­vals (bou­le­vard de la Croi­sette) à Cannes. Ta­rifs: 25 €, ré­duit 22 €, moins de 26 ans 15 €, moins de 10 ans 10 €. Rens. 04.93.39.01.01. www.pa­lais­des­fes­ti­vals.com

(DR)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.