Qua­li­fiés!

Vain­queur très fa­cile de Tot­ten­ham (2-1), l’ASM est qua­li­fiée pour les 8èmes de fi­nale et as­su­rée de ter­mi­ner pre­mière de son groupe. Fan­tas­tique et mé­ri­té

Monaco-Matin - - La Une - MA­THIEU FAURE

Vain­queurs de Tot­ten­ham (-), les Mo­né­gasques ont dé­cro­ché leur billet pour les  es de fi­nale de la Li­guedes cham­pions, s’as­su­rant aus­si la  re place du groupe.

Pos­tu­lat : il ne fal­lait qu’un point à l’AS Mo­na­co pour s’of­frir un prin­temps eu­ro­péen. Mo­ra­li­té, l’équipe de la Prin­ci­pau­té a fait bien mieux en s’im­po­sant fa­ci­le­ment contreune très faible équipe de Tot­ten­ham, sur­clas­sée dans tous les sec­teurs (2-1) et s’as­sure, dans le même temps, la pre­miè­re­place du groupe. Un écart au ta­bleau d’af­fi­chage qui ne re­flète pas l’abysse entre les deux équipes, tant Hu­go Llo­ris au­ra tout sor­ti, no­tam­ment après la pause. Même quand Har­ry Kane éga­lise sur pe­nal­ty, l’es­couade du Ro­cher re­prend l’avan­tage sur le coup d’en­voi. En quatre passes. Bluf­fant. Hier, il souf­flait un vent de fo­lie au Louis-II. Les Mo­né­gasques ont mar­ché sans ver­gogne sur les Spurs. Ça al­lait beau­coup trop vite pour l’équipe de Mau­ri­cio Po­chet­ti­no, étouf­fée, se­couée, ba­la­dée par les in­ces­santes vagues mo­né­gasques.

Leo­nar­do Jar­dim et son iden­ti­té de jeu ba­sée sur les la­té­raux ont fait le reste. Ben­ja­min Men­dy et Dji­bril Si­di­bé sont dé­ci­sifs sur les deux buts, et ce n’est pas rien. 2-1, c’est presque flat­teur pour les vi­si­teurs du soir tant le match au­rait du être plié à la pause avec dix tirs dont six ca­drés, quand les An­glais ont rendu deux bulles dans les mêmes ca­té­go­ries. Cer­tains er­go­te­ront sur des dé­tails, af­fir­mant que les Spurs ont lais­sé sur le banc trois ti­tu­laires en vue du match de cham­pion­nat contreC­hel­sea, ce week-end (Ver­ton­ghen, Wal­ker et Erik­sen). Mais, au fond, ce n’est pas notre pro­blème. Mo­na­co a sor­ti son équipe- type, la même qui avait boxé le CSKA Mos­cou le match pré­cé­dent (3-0), et a ré­ci­di­vé avec la ma­nière.

La pres­ta­tion col­lec­tive la plus abou­tie de la sai­son

Cette fois, ce n’est plus une sur­prise, cette équipe est taillée pour jouer le titre le week-end et faire bonne fi­gure en se­maine contre les équipes plus riches. Face aux An­glais, Mo­na­co a li­vré sa pres­ta­tion col­lec­tive la plus abou­tie de la sai­son, sans au­cune fausse note. Hier, tout le monde était au ni­veau. Du ba­ro­mètre Tié­mouéBa­kayo­ko - im­mense - à Da­ni­jel Su­ba­sic, im­pé­rial sur le seul fris­son an­glais quand le score était en­core nul et vierge en­pas­sant par les pieds gauches de Le­mar et Sil­va, tout y était. Pis, Mo­na­co s’est per­mis le luxe de ra­ter un pe­nal­ty­par Fal­cao (10’) et de ne pas sco­rer sur ses pre­miers temps forts : Men­dy (13’), Le­mar (26’, 43’), Si­di­bé (27’) et Ger­main (35’). Comment me­su­rer la so­li­di­té de cette équipe ? En ‘‘zieu­tant’’ son banc de touche. Joao Mou­tin­ho y prend main­te­nant ré­gu­liè­re­ment place. Et Na­bil Di­rar n’était pas dans le groupe. Mo­na­co a de la pro­fon­deur de banc, de la puis­sance offensive, une iden­ti­té de jeu, une as­sise dé­fen­sive et des ta­lents dans toutes les lignes. Dans quinze jours, Mo­na­co joue­ra à Le­ver­ku­sen pour du beurre, as­su­ré de ter­mi­ner pre­mier de sa poule. Dans la fou­lée, quand l’UEFA pro­cè­de­ra au ti­rage au sort des hui­tièmes de fi­nale, per­sonne ne vou­dra se col­ti­ner le club de la Prin­ci­pau­té. Dire qu’en 2015, lors de la der­nière cam­pagne de C1, tout le monde sou­hai­tait s’in­vi­ter au Louis-II. En deux ans, les temps ont chan­gé.

Les Mo­né­gasquent exultent : l’équipe a li­vré une dé­mons­tra­tion et se­ra en hui­tièmes, quoi­qu’il ar­rive.

Va­lère Ger­main n’a pas mé­na­gé ses ef­forts.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.