La PME de la drogue ar­ro­sait l’ouest des A.-M

De­puis lun­di, 22 per­sonnes sont ju­gées par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grasse pour un vaste trafic de stu­pé­fiants qui tou­chait no­tam­ment Val­bonne, Val­lau­ris, Biot et An­tibes

Monaco-Matin - - Côte D’azur - GRÉGORY LE­CLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

Un « li­tron » si­gni­fiait en lan­gage co­dé un ki­lo de ré­sine de can­na­bis. La co­caïne était sur­nom­mée le « car­re­lage ». La « faïence » dé­si­gnait la mé­than­phé­ta­mine. Sous « sa­lade » ou « verte » se ca­chait l’herbe de can­na­bis. « Les pa­piers » s’ap­pli­quaient à l’ar­gent, la « bou­cave » à une ba­lance. Voi­là le vo­ca­bu­laire fleu­ri qui re­vient de­puis lun­di dans le procès de 22 per­sonnes, au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grasse pré­si­dé par Marc Joan­do. Tout ce pe­tit monde avait été in­ter­pel­lé en mars 2015. 250 gen­darmes, un hé­li­co­ptère, des chiens spé­cia­li­sés dans les « stups » avaient per­mis de pla­cer sous les ver­rous un ré­seau struc­tu­ré de trafic de stu­pé­fiants. Il rayon­nait à par­tir de Val­bonne et no­tam­ment du quar­tier de Gar­be­jaïre. Il ali­men­tait Biot et An­tibes. L’af­faire avait été me­née par la bri­gade de re­cherches de Cannes.

Peur à l’au­dience

Plane dans ce dos­sier un cli­mat de peur. Elle trans­pire, de­puis lun­di à l’au­dience, des pores d’une ma­jo­ri­té de pré­ve­nus. La  gen­darmes avaient pris part aux in­ter­pel­la­tions en mars  dans le quar­tier de Gar­be­jaïre à Val­bonne.

faute aux armes? Des pis­to­lets au­to­ma­tiques ont été re­trou­vés dans les per­qui­si­tions. Hier, té­moi­gnait d’ailleurs à la barre un pré­ve­nu, bras plâ­tré. Dans une trou­blante coïn­ci­dence, ce tren­te­naire, in­con­nu de la jus­tice jusque-là, a été « ra­fa­lé » le 5 no­vembre dans un bar de Val­bonne avec une arme de gros ca­libre. Une balle lui a ex­plo­sé le bras à quelques jours du procès dans le­quel il est mis en exa­men. Pris de nom­breux trous de mé­moire à la barre, il af­firme ne pas avoir été la cible, et n’être pour rien dans le trafic de stups.

De son cô­té, Sah­bi Saa­fi, pa­tron pré­su­mé de cette PME de la drogue, alias « Nar­tu », a été in­ter­pel­lé dans une Twin­go. Sur lui, 13900 eu­ros en li­quide, une car­touche de ca­libre 6,35 et une ky­rielle de té­lé­phones por­tables dits « je­tables », en­core em­bal­lés. Le bu­si­ness de la came sem­blait ju­teux. Saa­fi a es­ti­mé son bé­né­fice à 104650 eu­ros pour un chiffre d’af­faires de 587650 eu­ros, un in­ves­tis­se­ment de 483000 eu­ros et 161 kg de can­na­bis écou­lés. On se croi­rait au greffe du tri­bu­nal de com­merce. S’il re­con­naît vendre de l’herbe, il conteste être à la

tête d’un ré­seau de dis­tri­bu­tion. Dans l’af­faire, les gen­darmes sai­si­ront une ving­taine de ki­los de stu­pé­fiants. Avec par­fois des sur­prises lors des in­ter­pel­la­tions. No­tam­ment en in­ter­pel­lant le de­mi-frère de Saa­fi, Anis Ben­si­ka­li dit « tête de lé­zard » ou « per­ro­quet du Ga­bon ». Alors que les forces de l’ordre in­ves­tissent son im­meuble, un gen­darme du Psig voit tom­ber une clé à ses pieds, ba­lan­cée de­puis une fe­nêtre. Elle se ré­vé­le­ra être celle d’une Peu­geot 508 à bord de la­quelle les en­quê­teurs re­trou­ve­ront 2,8 kg d’herbe de can­na­bis, 82 grammes d’hé­roïne et un livre comp­table digne d’un épi­cier des stups. Ben­si­ka­li nie­ra s’être dé­bar­ras­sé de la clé.

« C’est mort Garbe, mon frère »

On croise éga­le­ment l’an­cien chef de ter­rain pré­su­mé, Giu­seppe Cas­tal­do, dit « Ga­by ». Il a ad­mis avoir été le dea­ler du quar­tier de Gar­be­jaïre à Val­bonne. Mais, il était in­car­cé­ré aux Bau­mettes pour une autre cause et conteste avoir conti­nué à di­ri­ger le ré­seau de­puis sa cel­lule. Hé­las pour lui, les gen­darmes avaient pla­cé le par­loir sous écoute. La jus­tice af­firme qu’il se te­nait au jus de l’am­biance du quar­tier. « Ah pu­tain, c’est mort Garbe, mon frère », lui avait ba­lan­cé un vi­si­teur, évo­quant la pré­sen­cede gen­darmes dans le quar­tier et d’une ca­mé­ra de vi­déo sur­veillance. « Ga­by » af­firme qu’ils par­laient de l’am­biance de Gar­be­jaïre... Au­jourd’hui, place aux ré­qui­si­tions du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, An­na­belle Sa­lauze, et aux pre­mières plai­doi­ries des avo­cats. Ju­ge­ment d’ici la fin de se­maine.

(Pho­to PC et DR)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.