Un CRS re­ju­géaux as­sises de Ver­sailles pour avoir de­man­dé des fa­veurs sexuelles pour an­nu­ler les PV !

Monaco-Matin - - France/monde -

Cinq femmes ont ra­con­té, hier, aux as­sises à Ver­sailles, leur ren­contre avec un CRS qui ré­cla­mait des re­la­tions sexuelles contre la pro­messe d’an­nu­ler leurs PV. Par­mi elles, une jeune femme de 29 ans, longue che­ve­lure blonde, ra­conte des « ca­resses » jus­qu’aux « par­ties in­times » à l’ar­rière d’un four­gon, lors d’un contrôle d’al­coo­lé­mie, une nuit de 2011. Puis un ap­pel du CRS, le len­de­main : « Je suis en bas de chez toi, des­cends avec tes PV. » Elle s’exé­cute, té­ta­ni­sée : le po­li­cier me­nace de ra­con­ter les at­touche- ments de la veille à son com­pa­gnon. Il la presse de mon­ter dans la four­gon­nette et, ra­conte- t- elle, lui im­pose une fel­la­tion.

« Tout est cal­cu­lé »

Deux ans après, elle re­croise sa route. Nou­veau test d’al­coo­lé­mie. « J’in­siste, je lui dis “Tu me re­con­nais?” », té­moigne-t-elle. Il l’em­mène au com­mis­sa­riat puis la viole au re­tour, dit-elle. « La pre­mière fois, lâ­chet-elle, émue, je pen­sais qu’il ne me lais­se­rait pas en sor­tir vi­vante. La deuxième fois, je me suis dit : tout est cal­cu­lé. » Elle ne porte pas plainte : « Ma pa­role n’a pas beau­coup de va­leur à cô­té de quel­qu’un qui est as­ser­men­té. » Dans le box des ac­cu­sés, Ted­dy Aris­tan­gele, 37 ans, nie tout : « Elle s’est ca­res­sée la poi­trine et les par­ties in­times. » Le po­li­cier, au­jourd’hui ré­vo­qué, re­con­naît avoir ré­cla­mé des fa­veurs à une di­zaine de femmes contre la pro­messe de ne pas les ver­ba­li­ser, entre 2010 et 2013. Il a ad­mis fi­na­le­ment, hier, cer­taines ac­cu­sa­tions d’agres­sion sexuelle. Le ver­dict est at­ten­du ven­dre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.