Pa­ris a-t-il pro­gres­sé ?

Le PSG a chan­gé d’en­traî­neur cet été pour mieux fi­gu­rer sur la scène eu­ro­péenne. Le ré­sul­tat de ce soir à Ar­se­nal, don­ne­ra une pre­mière ten­dance

Monaco-Matin - - Sports -

Les deux for­ma­tions, dé­jà qua­li­fiées pour les hui­tièmes de fi­nale avant la 5e jour­née, ont fait match nul au match al­ler, (11 au Parc des Princes) en sep­tembre der­nier. Et ont ga­gné tous leurs autres matches contre des ad­ver­saires plus ac­ces­sibles (FC Bâle et Lu­do­go­rets Raz­grad). L’équipe qui s’im­po­se­ra ce soir pren­dra donc une grosse op­tion sur la pre­mière place, qui offre le sta­tut de tê­te­de­sé­rie lors du ti­rage au sort des hui­tièmes de fi­nale, le 12 dé­cembre à Nyon (Suisse). Au-de­là des consi­dé­ra­tions stra­té­giques, ces 90 mi­nutes se­ront cru­ciales pour l’image de marque eu­ro­péenne du PSG. In­ter­ro­gé hier dans le quo­ti­dien Le Pa­ri­sien, le­pré­sident de la FIFAGian­ni In­fan­ti­no a es­ti­mé que le club «a tout ce qu’il faut » pour être un can­di­dat cré­dible à la­vic­toire en Ligue des cham­pions. « Cette équipe est forte de­puis quelques an­nées dé­jà » , es­time en­core l’Ita­lo-Suisse, « il n’ya­plus d’ex­cuses. Il lui reste juste à ga­gner » . Dit au­tre­ment, le PSG joue un peu de sa cré­di­bi­li­té dès ce soir. Il s’est sé­pa­ré de Laurent Blanc­cet été parce que le Cé­ve­nol n’a ja­mais réus­si à fran­chir le cap des quarts de fi­nale de la com­pé­ti­tion eu­ro­péenne et que la der­nière cam­pagne de C1 avait vi­ré au fias­co fa­ceàu­nautre nou­veau riche am­bi­tieux, Man­ches­ter Ci­ty. Le Basque Unai Eme­ry est donc ar­ri­vé avec pour mis­sion d’étendre les conquêtes du PSG, pas­sé sous pa­villon qa­ta­ri en 2011.

Plu­sieurs ab­sents

Rien de mieux pour le dé­mon­trer qu’une grosse pres­ta­tion contre Ar­se­nal, his­toire de confir­mer la bonne passe ré­cente du PSG, qui reste sur quatre vic­toires consé­cu­tives. Eme­ry va néan­moins de­voir com­po­ser avec un fac­teur quiaaus­si per­tur­bé l’ac­tion de son pré­dé­ces­seur : les ab- sences sur bles­sure. Lay­vin Kur­za­wa, Ja­vier Pas­tore, et Adrien Ra­biot ne de­vraient pas être dis­po­nibles pour cette fi­nale du groupe A. La par­ti­ci­pa­tion d’An­gel Di Ma­ria, quia­quit­té pré­ma­tu­ré­ment la pe­louse du Parc sa­me­di fa­ceàNantes, est en­core source « d’un doute » , af­fir­mait hier Unai Eme­ry. L’Es­pa­gno­laé­ga­le­ment pré­ci­sé qu’Al­phonse Aréo­la est « prêt » à jouer. Par ailleurs, Serge Au­rier n’a pas été au­to­ri­séàen­trer sur le ter­ri­toi­re­bri­tan­nique (lire ci-contre) ! Les bles­sures, c’est un han­di­cap qui n’épargne au­cun grand club. Les Gun­ners aus­si y sont confron­tés et de­vront pour leur part faire sans leur ta­len­tueux la­té­ral droit Hec­tor Bel­le­rin, et sans un ab­sent de longue date, le dé­fen­seur cen­tral Per Mer­te­sa­cker. Le­mi­lieu San­ti Ca­zor­la est lui aus­si très in­cer­tain. Au PSG d’en pro­fi­ter.

h sur Ca­nal + Les équipes probables

Ar­se­nal : Os­pi­na - Jen­kin­son, Kos­ciel­ny, Mus­ta­fi, Mon­real - Co­que­lin, Xha­ka - Wal­cott, Özil, Iwo­bi - San­chez PSG : Areo­la - Meu­nier, Thia­go Sil­va (cap), Mar­quin­hos, Max­well - Ver­rat­ti, Thia­go Mot­ta, Ma­tui­di - Di Ma­ria, Ca­va­ni, Lu­cas

(Photos AFP)

Au match al­ler au Parc (-), Ca­va­ni était tom­bé sur un grand Os­pi­na. Bis re­pe­ti­ta ce soir ?

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.