Sport et paix

Hier soir, la  e édi­tion du fo­rum « Peace and sport » s’est ou­verte par une­marche pour la paix en pré­sen­ced’Al­bert II et d’une fou­le­de­grands spor­tifs.

Monaco-Matin - - La Une - NI­CO­LAS HASSON- FAURÉ nhas­son@ ni­ce­ma­tin.fr

Le vent agite une sé­rie de dra­peaux. À cô­té, sur les Ter­rasses du Ca­si­no, il y a le prince Al­bert II, des membres du « Quar­tet du dialogue na­tio­nal » en Tu­ni­sie, prix No­bel de la Paix 2015, le rug­by­man Ima­nol Ha­ri­nor­do­quy, la joueuse de ten­nis Ta­tia­na Go­lo­vin, la star du saut à la perche Ye­le­na Isin­baye­va… et beau­coup d’autres per­sonnes. Ils tiennent des ra­meaux d’oli­vier, sym­bole de paix, des car­tons blancs. Et puis tout le monde se di­rige vers le Fair­mont, où se dé­roule la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture de la neu­vième édi­tion du fo­rum Peace and Sport, or­ga­ni­sé à Mo­na­co jus­qu’à ven­dre­di. Thé­ma­tique de l’événement: « La paix en jeu: chan­ger le monde par le sport ». C’était hier soir.

« Ame­ner beau­coup de chan­ge­ments »

Le cham­pion de taek­won­do Pas­cal Gen­til est ve­nu parce que « le sport peut ame­ner la paix, c’est un su­perbe ac­cé­lé­ra­teur » . Et, car les spor­tifs de haut ni­veau doivent « mon­trer la voie » . Autre ath­lète pré­sente hier, Ma­ria Toor­pa­kai. « Le sport a le pou­voir de trans­for­mer les pays, d’ame­ner beau­coup de chan­ge­ments », dit-elle. Le mes­sage convainc parce que la cham­pionne de squash, clas­sée 47e mon­diale, parle d’ex­pé­rience. Le mes­sage re­joint sa tra­jec­toire per­son­nelle. Son his­toire dé­marre au Wa­zi­ris­tan, au Pa­kis­tan. Une ré­gion mon­ta­gneuse, col­lée à l’Af­gha­nis­tan, très conser­va­trice. Les filles vont ra­re­ment à l’école. À quatre ans, elle coupe ses che­veux, brûle ses robes et met les vê­te­ments de son frère. Son père l’élève comme les gar­çons et cache son iden­ti­té. Et elle s’ins­crit au squash. Après les pre­mières com­pé­ti­tions, les Ta­li­bans me­nacent sa fa­mille.

« Res­ter po­si­tif »

Pen­dant trois ans, elle doit res­ter en­fer­mée chez elle. Jus­qu’à son dé­part pour To­ron­to, au Ca­na­da, où elle est de­ve­nue pro­fes­sion­nelle. Ce par­cours fait qu’au­jourd’hui, elle a « énor­mé­ment de confiance dans le pou­voir du sport » , re­prend-elle. Ma­ria Toor­pa­kai évoque les « jeunes gé­né­ra­tions » : « Si on ne les oc­cupe pas, les jeunes vont avoir des ac­ti­vi­tés né­ga­tives, ex­plique- t- elle. Avec le sport, les jeunes uti­lisent leur éner­gie de fa­çon po­si­tive. C’est le mes­sage : res­ter po­si­tif. Et c’est le moyen d’ar­ri­ver à la paix » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.