« Nous de­vons nous ras­sem­bler der­riè­reFillon »

Monaco-Matin - - Côte D’azur - STEPH. GASIGLIA

On au­rait pu croire à un mee­ting de sou­tienàNi­co­las Sar­ko­zy, tant il était pré­sent… no­tam­ment dans les mots, forts, d’Eric Ciot­ti. Sauf qu’il s’agis­sait, hier soir dans la salle bon­dée de l’hô­tel Pla­zaàNice, de fé­dé­rer au­tour de Fran­çoisFillon. Et donc de dire non à Alain Jup­pé lors du se­cond tour de la pri­mai­rede la­droite et du centre. Le chal­len­ger du Sar­thois que le pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal des Alpes-Ma­ri­times ap­pelle «à se res­sai­sir », après les at­taques sur le ma­riage pour tous ou l’avor­te­ment. « Ce qui se passe de­puis di­manche, ça me cha­grine. C’est ca­ri­ca­tu­ral, ri­di­cule, pas à la hau­teur. Nous de­vons tous nous ras­sem­bler ». Vo­ter pour Fillon, « c’est une évi- dence » , a mar­te­lé Ciot­ti. Pour « sa sta­ture de chef d’État, ses va­leurs », mais aus­si pour le bi­lan « qu’il par­tage avec Sar­ko­zy » . « La place de la France à l’in­ter­na­tio­nale, la crois­sance, les peines plan­cher pour les mul­ti­ré­ci­di­vistes, l’in­ter­dic­tion de la bur­qa dans l’es­pace pu­blic, la loi qui porte mon nom sur la sup­pres­sion des al­lo­ca­tions fa­mi­liales en cas d’ab­sen­téisme sco­laire ». Et Ciot­ti de conclure : « Il y a un choix à faire et il me pa­raît évident ». Même choix que… Jo­seph Se­gu­ra, le maire de SaintLaurent-du-Var. « Je suis fier d’avoir re­pré­sen­té Bru­no Le Maire, mais nous de­vons main­te­nant nous ras­sem­bler der­rière Fran­çois Fillon ».

(Pho­to DR)

La salle du Pla­za, à Nice, bon­dée pour sou­te­nir Fran­çois Fillon au se­cond tour de la pri­maire.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.