Lo­pez re­prend la main

Après Trinh-Duc et Dous­sain, le Basque de­vrait de nou­veau dé­bu­ter à l’ou­ver­ture, face aux All Blacks, vingt mois après sa der­nière ti­tu­la­ri­sa­tion

Monaco-Matin - - Sports -

C’est une sorte de deuxième chance au car­ré qui s’offre ain­si à Ca­mille Lo­pez (27 ans, 10 sél.). Non­seu­le­ment il a l’oc­ca­sion « d’ai­der l’équipe à ga­gner un match » , mais sur­tout à le faire d’en­trée, et non en tant que rem­pla­çant, comme sa­me­di der­nier où il man­qua le drop de la gagne face à l’Aus­tra­lie (23-25), après avoir rem­pla­cé Dous­sain. Mais il a éga­le­ment l’oc­ca­sion de re­vê­tir à nou­veau le maillot flo­qué du nu­mé­ro10 des Bleus, pour la pre­mière fois de­puis le 15 mars 2015 (29-0 en Ita­lie). Il était alors sor­ti, tou­ché au ge­nou­droit. Cette bles­sure ali­mente un dif­fé­rend entre l’en­ca­dre­ment mé­di­cal fran­çais et ce­lui de Cler­mont. Puis, Lo­pez se re­trouve rayé de la liste pour la Coupe du monde, ‘‘PSA’’ l’ayant re­lé­gué au 5e rang des N.10 der­rière Fré­dé­ric Mi­cha­lak, Rémi Tales, Fran­çois TrinhDuc et Jules Plis­son. Mi­cha­lak re­trai­té, Tales mis hors-jeu, Plis­son écar­té et Trinh-Duc bles­sé : le re­voi­là donc en Bleu ! Une place à l’ou­ver­ture que No­vès sem­blait pré­voir de­puis une semaine, puis­qu’il dé­cla­rait, avant l’Aus­tra­lie, ti­tu­la­ri­ser Dous­sain tout en pré­pa­rant Lo­pez pour une échéance non pré­ci­sée.

« Il s’épa­nouit »

Sur le ter­rain, il ne se­ra pas dé­pay­sé, au mi­lieu de ses co­équi­piers de Cler­mont (Na­kai­ta­ci, Fo­fa­na, La­me­rat et sans doute Sped­ding), qui écrase qua­si­ment tout sur son pas­sage de­puis le dé­but de sai­son et dé­ve­loppe un jeu flam­boyant. Lo­pez y est pour quelque chose, comme l’ASM a sa part dans son re­tour en grâce. « Il s’épa­nouit au quo­ti­dien dans un sys­tème et le sys- tème évo­lue grâce à lui » , ex­plique son ma­na­ger en Au­vergne, Franck Azé­ma. Alain Pe­naud, an­cien ou­vreur in­ter­na­tio­nal, dé­ve­loppe : « Il n’y a pas de bonne équipe et de bon ou­vreur sans vrai pro­jet de jeu. En­core plus au­jourd’hui qu’il y a dix ans, quand un ou­vreur pou­vait à lui seul chan­ger le cours d’un match ». « Ou­vreur est un poste où on a be­soin d’être ins­tal­lé, ce que font toutes les équipes sauf la France. Or, à Cler­mont, il est en confiance, maî­trise le sys­tème et ses qua­li­tés cor­res­pondent à ce sys­tème », pour­suit-il.

Meilleur au pied

« Il s’est amé­lio­ré dans son jeu au pied. Son pied gauche, qui était court par mo­ments, s’est al­lon­gé » , juge Vincent Et­che­to, son an­cien en­traî­neur à Bor­deaux-Bègles et ac­tuel ma­na­ger de Bayonne. Pour Franck Azé­ma, Lo­pez a aus­si « pro­gres­sé dans sa ges­tion du tem­po d’un match, sa ca­pa­ci­té à mieux ré­gu­ler les temps forts et les temps faibles », et a cor­ri­gé sa pro­pen­sion à gam­ber­ger après un mau­vais match. « Il est plus ca­pable de re­la­ti­vi­ser, est moins ob­nu­bi­lé par ses per­for­mances. Par mo­ments, il faut être ca­pable de se dire : ‘‘Ok ce n’est pas bien, mais ce qui compte, c’est le pro­chain match’’ ». Amettre en­pra­tique sa­me­di.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.