« J’étais tel­le­ment dé­çu »

Zé­lim Khad­jiev panse ses plaies. Aux JO de Rio, le Ni­çois nour­ris­sait de belles am­bi­tions. Eli­mi­né pré­ma­tu­ré­ment, le Tri­co­lore en­tend ra­pi­de­ment ef­fa­cer cette dés­illu­sion

Monaco-Matin - - Sports - RE­CUEILLI PAR CHRISTOPHER ROUX

Il rê­vait d’un des­tin do­ré. Zé­lim Khad­jiev s’est pré­sen­té aux Jeux de Rio, l’été der­nier, le torse bom­bé et le cou­teau entre les dents. Pour ses pre­miers JO, le Ni­çois, né en Tchét­ché­nie, vou­lait rendre son pays d’adop­tion fier. La France n’a fi­na­le­ment pas eu le bon­heur de le comp­ter par­mi ses mé­daillés. Le lut­teur de 22 ans a chu­té dès son pre­mier com­bat, dans un mo­ney-time élec­trique face au Ja­po­nais Soh­suke Ta­ka­ta­ni, vice-cham­pion du monde en titre. Une dé­route qu’il en­tend uti­li­ser pour la suite et la nou­velle olym­piade qui s’ouvre à lui. Mais avant de lor­gner sur To­kyo, le pen­sion­naire du Lutte Club de Nice se­ra du groupe France, mar­di pro­chain, pour af­fron­ter le Ka­za­khs­tan au cirque d’Hi­ver à Pa­ris.

« Tou­jours un manque de concen­tra­tion sur mes fins de match »

Zé­lim, votre éli­mi­na­tion pré­ma­tu­réeàRio est-elle di­gé­rée ? Pour moi, bien sûr, cette dé­faite est un échec. Je l’ai mal vé­cue. C’est la plus grosse er­reur de ma car­rière. J’étais par­ti pour faire une mé­daille et j’avais toutes mes chances. Mal­heu­reu­se­ment, ma pre­mière ex­pé­rience a été mau­vaise. C’est un match que je dois ga­gner et je le perds à quatre se­condes de la fin. C’est dur. Sur­tout que quand je suis ren­tréàNice, tout le monde m’a rap­pe­lé ma dé­faite. Je n’étais pas bien. Vo­tre­dé­cep­tion était d’ailleurs tel­le­ment forte, que vous n’avez pas vrai­ment pro­fi­téde l’am­bian­cedes JO… Je suis ar­ri­vé vers la fin des Jeux. J’ai d’abord été con­cen­tré sur ma com­pé­ti­tion. Je ne suis pas al­léà­droi­teouà­gauche. Jeme suis re­po­sé dans ma chambre, me suis oc­cu­pé de ma per­te­de­poids. Je n’ai donc pas trop pro­fi­té. Je ne vou­lais pas me lais­ser dis­traire. La cé­ré­mo­nie de clô­ture ? J’étais tel­le­ment dé­çua­près la com­pé­ti­tion que je ne suis pas sor­ti de ma chambre. Jen’al­lais pas faire la fête alors que j’avais per­du. Je suis d’ori­gine tchét­chène. J’avais la France avec moi, mes proches de Tchét­ché­nie. Çam’a fait mal de les dé­ce­voir. En­fin, je dois­main­te­nant re­bon­dir. L’ave­nir est de­vant moi. Mes coachs m’ont dit que j’étais en­core jeune et que j’avais le po­ten­tiel pour ra­me­ner une mé­daillede To­kyo. Pour­quoi avoir fait le choix de re­prendre très vite après Rio ? Je suis dé­jà dans la pré­pa­ra­tion des Cham­pion­nats du monde de Pa­ris de l’an­née pro­chaine (- août à Ber­cy). C’est mon ob­jec­tif dé­sor­mais. Cet « échec » est-il seule­ment dû au manque d’ex­pé­rience ? J’ai for­cé­ment man­qué de vé­cu. En­suite, j’ai tou­jours un manque de concen­tra­tion sur mes fins de match. Je sais que c’est mon pro­blème. De­puis que j’ai re­pris l’en­traî­ne­ment après Rio, je tra­vaille sur ce point, même si en ce mo­ment, je suis un peu bles­sé et que je ne peux pas être à bloc. Jem’en­traîne avec les lé­gers pour ne pas me fai­re­mal. Où êtes-vous tou­ché ? J’ai mal aux ver­tèbres de­puis deux ans. Quand je suis re­ve­nu à Pa­ris (à l’IN­SEP où il s’en­traîne, ndlr), mon en­traî­neur m’a conseillé de me soi­gner. Je vais donc chez le ki­né et le doc­teur tous les jours.

« Je suis al­lé aux Jeux sans un grand ba­gage »

Ça va pas­ser d’après le doc­teur d’ici une ou deux se­maines. Je ne se­rai pas à %, certes, mais je vais quand même es­sayer de ga­gner mon match. Ce ne se­ra pas le même ni­veau qu’aux Jeux, mais ce se­ra im­por­tant pour moi de re­prendre confiance. Le Ka­za­khs­tan, c’est le bon pro­fil pour se re­lan­cer ? Les Ka­za­khs sont tech­niques et ra­pides, comme tous les lut­teurs des pays de l’Est. Pour moi, un match, c’est le for­mat par­fait pour évi­ter de me bles­ser da­van­tage et sa­voir où j’en suis. Dans quel do­maine vous faut-il pro­gres­ser en vue de To­kyo ? Dans la lutte, il y a beau­coup de choses à ap­prendre, sans cesse, sur­tout en libre. Je suis al­lé aux Jeux sans un grand ba­gage, juste avecmes qua­li­tés dans la mo­ti­va­tion et l’agres­si­vi­té, sur le ta­lent. Main­te­nant, j’ai un vé­cu. Je sais que je dois res­ter con­cen­tré jus­qu’à la der­nière se­conde.

(Pho­to DR)

Le lut­teur de  ans est convo­qué pour af­fron­ter le Ka­za­khs­tan, mar­di pro­chain à Pa­ris. Ce n’est pas le to­pa­vant de lut­ter contre leKa­za­khs­tan dans cinq jours…

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.