Cher­chez les dif­fé­rences…

Monaco-Matin - - Détente -

À la règle du jeu s’est sub­sti­tué, de­puis quelques jours, le jeu de la règle consis­tant à ta­per sur les doigts des mains na­guère amies. Car, dans une pri­maire, ne s’af­frontent que des co­pains de  ans, de même sexe, sor­tant des mêmes écoles, af­fi­liés au même par­ti, ayant par­ti­ci­pé aux mêmes gou­ver­ne­ments, fré­quen­tant les mêmes res­tau­rants et éle­vés dans la même re­li­gion avec la pra­tique de la­quelle ils ont en­suite pris plus ou moins leur dis­tance. Le dé­bat po­li­tique im­plique qu’il ne faut sur­tout pas don­ner l’im­pres­sion d’être d’ac­cord, puisque si l’on était d’ac­cord, il y au­rait un can­di­dat de trop ou bien les deux fi­na­listes se­raient obli­gés de gou­ver­ner en­semble, ce qui n’est pas dans la tra­di­tion. Il ar­rive donc un mo­ment de la cam­pagne où l’on parle moins des ver­tus de son pro­gramme que des dé­fauts du pro­gramme de l’ad­ver­saire. Nous y sommes. N’ou­blions pas tou­te­fois que, tant qu’on n’est pas pas­sé de la théo­rie à la pra­tique, tout et son contraire peuvent se pro­duire de­puis que, non­obs­tant leurs or­di­na­teurs et leurs al­go­rithmes, les pré­vi­sion­nistes ont re­con­nu – après le Père Hu­go – que l’ave­nir n’ap­par­te­nait qu’à Dieu. Au terme de cet in­évi­table com­bat fra­tri­cide, il fau­dra en­core que la droite s’étripe avec une gauche dont on ignore, pour l’heure, si Hol­lande en fe­ra tou­jours par­tie et si M. Ma­cron, le mes­sie au­to­pro­cla­mé, pren­dra le dé­part en  ou en . Bon cou­rage!

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.