AS Mo­na­co : quelle se­maine !

Face à l’OM, les Mo­né­gasques l’ont em­por­té lar­ge­ment 4-0 et se po­si­tionnent un peu plus comme des pré­ten­dants au titre avec une ca­dence folle : 43 buts en 14 matches

Monaco-Matin - - La Une - FABIEN PIGALLE

Pour ceux qui se de­mandent en­core jus­qu’où peut al­ler Mo­na­co cette sai­son, l’équipe de Jar­dim n’ar­rête pas de se­mer des in­dices week-end après week-end. Et la ré­ponse semble de plus en plus évi­dente : l’ASM ira loin. Voire, au bout. C’est en tout cas ce qui ré­sonne dans les tra­vées des stades de L1, après ses matches. Bien plus que des bruits de cou­loirs. Avec quatre buts au comp­teur hier, les Mo­né­gasques aug­mentent d’un che­veu leur folle moyenne de buts de­puis le dé­but de sai­son en cham­pion­nat : plus de trois par match ! Bo­schi­lia (23’), Ger­main par deux fois (29’, 39’) puis Car­rillo (91’) n’ont lais­sé au­cune chance à l’OM. A la mi-temps, avec trois buts pour trois tirs ca­drés, le sus­pense était KO. Et les rouge et blanc rat­tra­paient sur le plan comp­table l’OGC Nice. Ils de­vancent ce matin leur voi­sin qui af­fronte Bas­tia (17h). Seule la dif­fé­rence de buts les sé­pare. Dans ce ma­no à ma­no, ser­ré sur le pa­pier, l’ASM semble prendre le des­sus. Du moins sur le plan psy­cho­lo­gique, tant ses vic­toires marquent les es­prits. La pres­ta­tion des Mar­seillais n’a pas été des plus clin­quantes, c’est vrai, mais on ne fait quand même pas ex­plo­ser toutes les dé­fenses de France et d’Eu­rope sans un mi­ni­mum de ta­lents et de fonds de jeu.

Li­bé­ré par Bo­schi­lia

L’équipe de Jar­dim, pré­pa­rée à la bonne en­tame de match olym­pienne, n’a pas pa­ni­qué. Signe d’un groupe en pleine confiance. Mo­na­co a conti­nué de s’ap­puyer sur les prin­cipes de jeu qui font de lui un pré­ten­dant au titre : pas­ser par les cou­loirs ; user tech­ni­que­ment et ner­veu­se­ment un ad­ver­saire aga­cé par les sor­ties de balle pré­cises et mon­tées tran­chantes. Dans l’axe, la rampe de lan­ce­ment Fa­bin­ho-Ba­kayo­ko a en­core ré­gné sans par­tage. En l’ab­sence de Ben­ja­min Men­dy à gauche, le jeu mo- né­gasque pen­chait for­te­ment à droite, où le duo Si­di­bé-Sil­va per­tur­bait plus fran­che­ment l’ar­rière-garde pho­céenne que son pen­dant Rag­gi-Bo­schi­lia. Les trois buts­mo­né­gasques en pre­mière pé­riode sont ve­nus de là, où par ef­fet ri­co­chet Ales­san­dri­ni était rem­pla­cé par Njié avant la pause. Le mi­lieu gauche de l’OMa­vait pour mis­sion de ver­rouiller le cou­loir... il s’y est noyé. Sil­va, lui, vo­lait. Si Gar­cia avait an­non­cé que son équipe n’était pas ve­nue en « vic­time ex­pia­toire » , les jambes mar­seillaises sem­blaient tout de même pé­tri­fiées au coup d’en­voi. Dans l’en­ga­ge­ment, les Pho­céens n’ont pas bous­cu­lé plus que ça les Mo­né­gasques. Vingt mi­nutes ap­pli­quées jus­qu’au coup de patte de Bo­schi­lia. Un coup franc fa­bu­leux aux airs de coup de mas­sue. Son troi­sième de la sai­son (à titre de com­pa­rai­son, Ju­nin­ho en avait plan­té cinq en une sai­son, un re­cord) ! On jouait alors la 23e mi­nute… et le châ­teau de cartes com­men­çait à s’écrou­ler. « Face à ce genre d’équipe et à la qua­li­té de ces joueurs, ce­la ne par­donne pas » , avouait Ba­fé Go­mis. Apar­tir de là, l’histoire était connue de tous. « Notre force cette sai­son, c’est d’être ca­pable de me­ner 2 ou 3-0, et de tou­jours conti­nuer de jouer et pres­ser haut l’ad­ver­saire, ex­pli­quait Ger­main, au­teur d’un dou­blé. Le but de Ga­briel nous a li­bé­rés, no­tam­ment dans l’en­tre­jeu, confir­mait-il. En­suite, on a dé­rou­lé. Comme nous le fai­sons de­puis le dé­but de sai­son. » Un cau­che­mar pour l’ad­ver­saire et un bon­heur pour les fans de l’ASM. Il y a bien long­temps qu’une équipe mo­né­gasque n’avait pas au­tant do­mi­né son su­jet. Avec la ma­nière. Tout un art.

(Pho­to Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

Sil­va, Fal­cao, Ger­main et Bo­schi­lia peuvent faire la fête. Tout sou­rit à Mo­na­co.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.